Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eagle Twin - Sunn O)))
Aéronef  (Lille)  mercredi 27 janvier 2010

Des formes qui jouent une musique informe, dans l'obscurité, et déclenchent un cataclysme grondant.

Voilà à quoi l'on pourrait bien résumer un concert de Sunn O))) (pronconcer "sun", tout simplement).

Guitares, basses, et autres sonorités que l'oreille renoncera à identifier (quoique l'œil puisse parfois reconnaître un objet aussi exotique qu'un trombone à coulisse), noyées de saturation, ralenties à l'extrême, aggravées, pesantes, étirées, qui dessinent – ou plutôt : ne dessinent pas ; elles se contentent de s'étaler – qui s'étalent donc, coulant un espace où largeur et longueur s'effondreraient en une profondeur désespérante.

Informe, elle l'est, la musique de Sunn O))) : sans limites ni dessin, sans la dérangeante scansion d'une pulsation rythmique. L'expérience est physique, au sens auquel le contact entre deux corps peut l'être, presque autant qu'auditive : de la cage thoracique au sol de la salle de concert, tout vibre, à en perdre un peu ses repères. L'image enfantine, absurde, d'un personnage de dessin animé renversé par le son vient à l'esprit, accroché à un élément du mobilier pour ne pas s'envoler, à l'horizontale.

En robes de bures noires aux capuches profondes, noyés dans une fumée épaisse, en contre-éclairage minimal, les musiciens de Sunn O))) façon quatuor défendent sur scène leur dernier opus : Monoliths & Dimensions, pour lequel les deux fondateurs, Greg Anderson & Stephen O'Malley (par ailleurs patrons du label Southern Lord) se sont adjoint les services de Steeve Moore (échappé du groupe Earth pour tenir ici clavier et trombone) et d'Attila Csihar (par ailleurs chanteur du groupe de Black Métal Mayhem), voix plutôt que chant de cette manière de messe noire.

En résulte une musique plus complexe, au sens propre du terme, qui pour être moins jusqu'au-boutiste (à l'origine la formation ne sortait pas des drones arrachés aux guitares), n'en est que plus extrême, la superposition des sonorités faisant encore gagner l'ensemble en ampleur.

Bien entendu, on pourra rester réservé sur la mise en scène mystico-black-glauque, qui reste fermement ancrée dans l'univers du métal alors que tout, dans le rapport de Sunn O))) au son, sa matière, semble appeler un dépassement de cette iconique un rien cliché.

On prendra alors le temps de goûter à la vanité d'une certaine affectation, sans d'ailleurs si bien que cela pouvoir la distinguer clairement de l'hypnose dans laquelle nous plongent les mouvements lents, comme flottants, des musiciens.

On sourira, peut-être, de voir pendant une partie du set émerger, à peine, sous la capuche, le visage fondu, comme brûlé à l'acide, d'Attila (mais heureusement, c'est pour de faux – ouf, c'est un masque !) ; restera alors à fermer les yeux et à se laisser emporter dans un univers plus riche, que suscitent aisément les compositions du groupe – comme l'a parfaitement démontré ce diable-mélomane de Jim Jarmusch avec son Limits of Control, pictural et contemplatif, dont la bande originale convoque justement Sunn O))) aussi bien que Boris ou Earth ; comme le démontre aussi "Alice", dernier titre de de Monoliths & Dimensions, qui apporte à la discographie du duo la richesse de la couleur au milieu de son noir & gris & blanc.

En première partie, Eagle Twin aura également proposé un set plus en nuances qu'on n'aurait pu le croire aux premiers abords. Alors que l'on se préparait à l'ennui du metal hyper-viril d'un duo de tatoués en barbes et sueur, sorte d'anti-White Stripes s'il en est, on a eu le plaisir de découvrir sur scène une formation tout à fait digne d'intérêt.

Imaginez ce que pourrait être du blues-metal servi par deux guerriers vikings et vous aurez une juste idée de ce que peut évoquer la prestation scénique du groupe et de la sensation de puissance qui s'endégage.

Au matraquage pithécanthropesque de la batterie répondent les coups de boutoirs de riffs qui, pour être nés dans le bayou, n'en ont pas moins leur petit côté sludge ; quelques hurlements graves et profonds survolent, un peu à l'improviste, ces sonorités grasses ; une évidence sur scène : Eagle Twin en met plein la vue, et pourtant, on sent que le duo en a encore sous le pied.

Une formation sérieuse en son genre, qui mérite certainement que l'amateur aille jeter une oreille à son Unkindness of Crows, paru en juillet dernier chez Southern Lords.

 

En savoir plus :
Le Myspace de Eagle Twin
Le site officiel de Sunn O))) & Boris
Le Myspace de Sunn O)))

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=