Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Friends of Dean Martinez
Ramdom Harvest  (Glitterhouse / Chronowax)  mars 2004

On avait quitté Friends of Dean Martinez sur une petite interview et un superbe album Under the waves il y a environ un an. A l'époque, l'album avait été enregistré avec les participations des compéres Burns / Convertino qui depuis se sont consacrés entièrement à Calexico.

Aussi, nous attendions ce nouvel album avec une certaine curiosité afin de savoir si oui ou non le son de Friends of Dean Martinez existe en tant qu'émanation de son leader Bill Elm.

On dit souvent d'un album qu'il est "dans la continuité" du précédent, et en général cela s'accompagne d'un tas de critiques pour expliquer que le musicien a trouvé ses limites et ne sait pas se renouveler. Pourtant, en ce qui concerne Random Harvest, il en va tout autrement.

Si en effet ce disque est le prolongement incontestable de "Under the Waves" ce qui est très positif. Car plus qu'un disque il s'agit bien d'un univers tout entier que nous fait partager Bill Elm, celui des westerns et des grands espaces... Et tout cela sans une seule parole, tout est instrumental et pourtant tellement parlant.

Mais attention n'allez pas croire que Ramdom Harvest est un album de folklore mexicain.Il s'agit plutôt d'une évocation, de petites touches omniprésentes mais discrètes qui nous raménent inlassablement à Tucson, Arizona.

"So well remembered" ouvre le bal avec entrain et plante le décor avec ses faux air de Calexico en moins joyeux. C'est sur "Ripcord" que les choses sérieuses commencent. Brillante démonstration de comment créer une ambiance avec 2 guitares et une batterie à peine effleurée sans avoir recours aux clichés habituels du mariachi toujours souriant.

Le décor est donc planté, et ressemble comme 2 gouttes d'eau à celui de Under the Waves... et pourtant tout est différent, tout va plus loin ... car Ramdom Harvest est sans doute le meilleur travail de Bill Elm depuis très longtemps.Et le superbe "The winter palace" qui déroule le long de ses 7 minutes tout le savoir faire de Elm et ses compagnons est là pour le prouver.

Ce disque que l'on imagine comme la bande son idéal d'un western moderne se suffit à lui même. Nul besoin d'images, elles sautent aux yeux. Impossible alors d'imaginer un autre metteur en scène que vous même.

Et quand "The winter palace" enchaine sur l'indissociable "Ramdom Harvest" c'est l'apothéose, le moment fort de votre film, morceau fantastique sur lequel on jurerait entendre un Mogwai country en verve mélodique dans une pourtant relative économie d'instruments et de décibels.

Le sombre et destructuré "Dusk" ne vient que confirmer les qualités de ce disque sur un titre flirtant entre le Neil Young de Dead Man et l'univers post rock de GYBE! ou Mogwai.

"Lost horizon" est le tube de l'album, la bouffée d'air frais après l'angoissant "Dusk" revenant titiller du bout du maraccas l'univers de Calexico. On approche de la fin de notre film, la tragédie a eu lieu sur "Dusk", tout va mieux et c'est serein que nous abordons le morceau de clôture, le faux calme "Nowhere to go" parfait comme générique de fin et leitmotiv de ce groupe atypique qu'est Friends of Dean Martinez...

Nowhere to go ... signe d'impuissance ou revendication ? Seul Bill Elm connait peut être la réponse mais une chose est certaine, ce disque doit absolument rejoindre votre discothèque !

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Under the waves de Friends of Dean Martinez
Friends of Dean Martinez en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
L'interview de Friends of Dean Martinez (Mai 2003)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=