Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Blonde Redhead
Misery is a butterfly  (4AD)  avril 2004

La première fois que j’ai entendu cet album, un frisson m’a parcouru le dos. Puis j’ai eu envie de rejoindre la lumière, le soleil, sortir au grand air. Embarquer un lecteur de CD portable, ce disque Misery is butterfly, une monographie de Nicolas de Staël et me jeter sur un gazon bien frais pour dévorer tout cela.

Mais voilà. Coincé entre mes quatre murs, je ne peux pas aller bien loin. Du coup, je m’assoie, ferme les yeux – je ne les rouvre que pour compulser les paysages méditerranéens tels que les perçoit de Staël dans le recueil que j’ai extrait de la bibliothèque – et j’écoute.

Et ce que j’entends tout au long de cet album est merveilleux, unique, presque irréaliste. Une musique fantastique, chaude, épaisse envahit mes songes alors que la voix sexy de Kazu Makino m’inspire d’autres pensées, plus sensuelles, moins tranquilles celles-là mais tout aussi douces et envoûtantes.

Etrangement quand j’entends "Magic Mountain" (neuvième titre de l’album), je me jette sur mon magnétoscope, farfouille parmi la pile des cassettes vidéo et m’empresse de placer "Histoire d’O" dans le lecteur.Sais pas pourquoi...(je n’explique toujours pas mon geste.)

... mais les images, fantomatiques, romantiques et érotiques que je vois alors (j’ai coupé le son) s’accordent très bien avec les reproductions de De Staël et les prodigieuses sonorités des Blonde Redhead.

Oui voilà cet album est presque sensuel, presque érotique. Hum ! Bon, je descends de mon nuage...

Les Blonde Redhead ont fait du chemin depuis Melody of Certain Damaged Lemons sorti en 2000. L’attente a été longue, notre patience commençait à atteindre ses limites mais – ô sublime – Misery is butterfly vient récompenser notre endurance. C’est un véritable plaisir, inédit à ce jour, que d’entendre des titres comme "Elephant Woman" qui atteint des sommets (et ce n’est que le premier titre !), comme "Misery is butterfly" ou "Falling man".

Délaissant les ambiances bruyantes, les différents sons (cordes, guitares, électroniques, batterie...) fusionnent, se lient, forment une trame qui s’évapore à la fin de chaque titre. Une osmose est créée. Tous les instruments et les voix (Amedeo Pace et Kazu Makino) trouvent leur place : rien de superflu ici.

En plus, le tout est emballé dans un packaging terrible, original et luxueux tout à fait dans la ligne 4AD.

Misery is butterfly est un bijou, une merveille. Appelez cela comme vous voulez : de l’avant-garde noisy, de la pop baroque expérimentale…Je m’en fiche. Je sais seulement que cet album est le meilleur que j’ai écouté en 2004, et peut être même depuis 2003.

Et de loin.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 23 de Blonde Redhead
La chronique de l'album Penny Sparkle de Blonde Redhead
La chronique de l'album Barragàn de Blonde Redhead
La chronique de l'album Masculin Féminin de Blonde Redhead
Articles : Photos Blonde Redhead et Girls in Hawaii - La Route Du Rock
Blonde Redhead en concert au Festival La Route du Rock 2004 (dimanche)
Blonde Redhead en concert au Festival Primavera sound 2007 (vendredi)
Blonde Redhead en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
Blonde Redhead en concert au Bataclan (17 avril 2008)
Blonde Redhead en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
Blonde Redhead en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)
La conférence de presse de Blonde Redhead (août 2004)


Olivier K         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=