Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Puissants et miséreux
Manufacture des Abesses  (Paris)  février 2010

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Yann Reuzeau, avec Jean-Luc Debattice, Marine Martin-Ehlinger, David Nathanson, Morgan Perez, Damien Ricour, Romain Sandère et Sophie Vonlanthen.

Le jeune auteur dramatique Yann Reuzeau alterne, toujours dans la contemporanéité, comédie et comédie dramatique et c'est dans ce dernier registre que s'inscrit la cuvée 2010 avec une pièce au titre hugolien "Puissants et miséreux" qui, de surcroît, tant par son sujet que par sa forme, constitue un pari pour le moins hardi.

En effet, il a choisi de traiter, comme l'indique le titre, deux mondes, particulièrement significatifs et quasiment antinomiques, situés aux antipodes de l'échelle sociale, - les bas fonds et les nantis - en abordant de nombreuses thématiques sociétales et ce, sous forme d'un diptyque qui ressortit également de l'exercice de style réussi.

En effet, au niveau de la construction, les deux opus sont conçus de manière symétrique autour du pivot que constitue l'argent, objet de toutes les luttes, lutte pour la survie ou lutte pour le pouvoir, avec le même nombre de personnages, trois hommes et une seule femme, à qui est attribué le rôle moteur.

Emergent en miroir de nombreuses similitudes : dissensions et confrontations se déroulent dans un microcosme à la structure pyramidale toujours normée, avec le même principe, la solidarité, solidarité de fait pour l'un, lien du sang pour l'autre, avec pour seules différences le vocabulaire et les enjeux.

Premier temps, décor réaliste et naturalisme maîtrisé pour une plongée en apnée dans un cul-de-basse-fosse à la rencontre de ceux qui sont invisibles aux yeux de la bonne société. Rencontre et cohabitation de deux générations de SDF : les plus anciens, clochards flamboyants et irréductibles, libertaires sans Dieu ni maître, qui perpétuent leur propre code de l'honneur, de vraies gueules magistralement campées par Jean-Luc Debattice et David Nathanson, et les nouveaux venus, au choix les victimes de la précarité ou les exclus de la croissance, qui essaient encore de garder la tête hors de l'eau. Un jeune paumé bas du front qui use de tous les expédients possibles, interprété par Romain Sandère qui force un peu sur le registre du simplet à la Dany Boon, et une jeune femme de condition très modeste à la dérive, rôle pour lequel Sophie Vonlanthen, distribuée en contre emploi, donne une composition "Actors Studio" saisissante et impressionnante.

Second univers, les hautes sphères de la finance, de l'économie et de la politique, nouveaux ordres du royaume républicain, incestueux triumvirat que Yann Reuzeau entreprend d'explorer par la voie d'une race marginale celle des grands groupes familiaux.

Affaibli par la maladie, le pater familias tutélaire, personnage à la Bullitt de Kessel sur mesure pour Jean-Luc Debattice, qui s'est métamorphosé à vue pendant le changement de décor, a dû lever le pied et se rend compte que face à un fils qui n'espère plus devenir calife à la place d'une calife qui ne veut pas décrocher (Damien Ricour parfait) il ne peut compter que sur lui-même refusant d'adouber sa fille, personnage qui sous la houlette de Marine Martin-Ehlinger n'est pas sans ressemblance avec la présidente du MEDEF ou un fils spirituel qui reste un étranger (Morgan Perez convaincant).

Après le morceau de bravoure du premier volet, difficile toutefois pour le spectateur, malgré la mise en scène très tenue de l'auteur et une interprétation de qualité, de s'immerger dans le panier de crabes en costume d'énarques du second volet et de rebondir, à partir d'une partition plus convenue, sur les petites turpides politico-financières à la Dallas qui ont pour nom conseil d'administration, OPA, parachute doré, délit d'initié qui font la une quotidienne des journaux.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's

C'est la saison des soldes. Peut être l'occasion d'acheter au rabais quelques oeuvres d'artistes qui auraient mérité que l'on paie le prix fort. Qu'à cela ne tienne, voici le sommaire de la semaine rempli de découvertes et d'artistes à soutenir, soldés ou non.

Du côté de la musique :

"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"Demain est mort" de Larme Blanche
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool
et toujours :
"Broken toy" de Dirty Bootz
"Voix du ciel" de Ensemble Gilles Binchois
"Telemann : Frankfurt Sonatas" de Gottfried von der Goltz
"Lemon the moon" de Nitai Hershkovits
"Le rêve et la terre : Debussy, Ginastera" de Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Phèdre" au Théâtre des Abbesses
"Du ciel tombaient des animaux" au Théâtre du Rond-Point
"Les Passagers de l'aube" au Théâtre 13/Jardin
"Pièce en plastique" au Théâtre de Belleville
"Les Feux de l'Amour et du Hasard" au Grand Point Virgule
"Ruy Blas, grotesque et sublime" au Théâtre Essaion
"Les Michel's" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Dom Juan - Le festin de pierre" au Théâtre de la Cité internationale
"Le dernier carton" au Théâtre du Gymnase
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ritals" au Théâtre La Scène Parisienne
"Odyssée" au Lavoir Moderne Parisien
"Philippe Fertray - Pas de souci" au Théâtre de la Contrescarpe
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" à la Comédie Bastille
"Constance - Pot pourri" au Théâtre de l'Oeuvre
"Dans ma chambre" au Théâtre Les Déchargeurs
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles de janvier

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

"Barthes*" de Vincent Gérard, Cédric Laty, Bernard Marcadé et et Camille Zéhenne
la chronique des films sortis en décembre
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos
et toujours :
"Juste une balle perdue" de Joseph D'anvers
"La séparation" de Sophia de Séguin
"Otages " de Nina Bouraoui
"Sukkwan island" de David Vann

Froggeek's Delight :

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=