Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (lundi 22)
Hell's Kitchen - Mustang - Bob Log III  (La Maroquinerie, Paris)  lundi 22 février 2010

Répondant à l'appel du blues, nous nous rendons ce soir à La Maroquinerie pour assister à la première des sept soirées parisiennes du festival Les Nuits de l'Alligator – consacré à la musique née sur les rives du Mississippi.

L'affiche de ce soir s'avère aussi aussi éclectique qu'intéressante : de grands suisses (Hell's Kitchen), de jeunes pousses Clermontoises qui montent (Mustang), et un astronaute prêcheur de blues (Bob Log III).

Les Hell's Kitchen sont chargés de démarrer la soirée.

Ils entament leur set par un blues lancinant et écorché, puis enchaînent avec deux morceaux beaucoup plus virulents et entraînants, chargés de saturation. Quarante minutes durant, ils alterneront entre ces deux styles.

Sur scène, un guitariste-chanteur, un batteur-percussionniste et un contrebassiste. Le guitariste, tout sauf un manchot, nous gratifie de quelques solos forts réjouissants.

Un brin déjanté, il assure aussi le spectacle par ses grimaces, ses cris et poses en tous genres, et ses tentatives d'avalage de micro.

Le batteur, lui, alterne entre batterie et washboard, alors que le contrebassiste demeure imperturbable.

Le passage tonique et musclé des Hell's Kitchen n'apporte certes rien d'extraordinaire ou de révolutionnaire, mais les suisses rendent tout de même une très bonne copie, honnête et inspirée, qui a convaincu le public, nous y compris.

Place à Mustang : dès leur apparition, on se retrouve projetés illico au beau milieu des années 50. Tout sur scène (musique, fringues, voix, coiffures) ramène à la décennie dorée du rock & roll.

Vêtus de blanc, cheveux gominés et coiffés façon Elvis pour le chanteur, pantalon à bretelle et chapeau pour le bassiste, lunettes de soleil pour le batteur : les Mustang ont tout pour plaire à Didier l'Embrouille.

Après un méticuleux changement de plateau, ils attaquent par "Mustang", un titre instrumental qu'on jurerait écrit par les Shadows.

La guitare est bourrée de réverb, la basse est ronde et chaude, la batterie soutient le tout habilement.

La musique des trois garçons est complètement à contre-courant, on les imagine aisément faire un tabac dans les 50's.

Les mauvaises langues les cantonneront à des Chats Sauvages ou des Chaussettes Noires modernes. La filiation existe mais est réductrice. Ces trois gars ont de l'énergie à revendre, de vraies qualités de musiciens et des influences racées (Gene Vincent, Elvis Presley, Chuck Berry, mais pas seulement).

Le rêve Américain fonctionne à plein régime pour Mustang. Mais ils font un peu trop propres sur eux pour que notre curiosité se transforme en enthousiasme. Il leur manque encore une dose d'agressivité rock pour convaincre complètement.

Même si les compositions ne sont pas encore toutes à la hauteur, Mustang s'impose comme un bon groupe de scène.

Ils alternent efficacement slows ("La Plus Belle Chanson Du Monde", superbe ballade dont les accords ne sont pas sans rappeler un célèbre duo versaillais), rockabilly ("Sexy Symphonie"), surf pop ("King Of The Jungle"), rock & roll ("Je M'Emmerde"), yéyé ("Pia Pia Pia") et ajoutent quelques effets électroniques – boîtes à rythmes et synthé – ("C'est Fini", très Kraftwerk dans l'esprit).

Les tics vocaux de Jean Felzine peuvent parfois crisper, mais on voit surtout en lui un bon chanteur, à la maturité et à la maîtrise vocale indéniable. S'ajoute à cela le fait que la version live présentée ce soir est autrement plus convaincante que celle du disque. Il faut prendre Mustang pour ce qu'il est : un exercice de style passionné mais encore tendre. Même si leur prestation a ses limites, les anachroniques Clermontois sont donc bien plus qu'une simple caricature et finissent par remporter la partie.

Dernier artiste à rentrer en piste ce soir : Bob Log III. Imaginez un Daft Punk orphelin de ses platines, transformé en Homme-Orchestre, et jouant du John Lee Hooker sous amphétamines. De profil, avec son téléphone incrusté dans le casque en guise de micro, on croirait voire une mouche géante sur scène. Ne lui manque plus que les ailes.

Arrivé depuis les coulisses en jouant sur sa guitare, l'américain ne s'octroie aucun temps mort. Le pied droit vissé sur la pédale de grosse caisse et le gauche sur ses cymbales, le musicien offre un blues cradingue complètement déjanté envoyé à toute allure. Au-delà du concept scénique amusant, Bob Log III donne sérieusement envie de remuer du popotin.

Expérience bizarre tout de même que de fixer un cosmonaute à guitare pendant une heure. Une chose est sûre : ce n'est pas par le regard qu'il fait passer ses émotions.

L'américain n'a pas sa langue dans sa poche et manie fort bien la provocation : ses pitreries baragouinées entre deux morceaux font glousser les spectateurs.

Au cours d'hilarants monologues, il supplie notamment ces derniers de lui donner à boire ("I'll drink everything, I'm a thirsty motherfucker !") puis enchaîne sans transition avec "A song about absolutely nothing". Tout ça n'a ni queue ni tête, le show a un aspect décalé et foutraque très plaisants.

Mais là aussi, le concept a ses limites. Certes emballants et sacrément décapants, les titres suivent le même schéma et s'avèrent répétitifs au bout du compte.

Mais ne faisons pas la fine bouche : son show est suffisamment étonnant pour passer un bon moment musical.

Cette charmante soirée d'ouverture du festival "Les Nuits de l'Alligator" a tenu ses promesses. Dans une ambiance décontractée et bon enfant, on a assisté à trois déclinaisons différentes et réussies du blues.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Doctor's Oven de Hell's Kitchen
La chronique de l'album A71 de Mustang
La chronique de l'album Ni Vis Ni Connus de Henri Caraguel - Sofian Mustang
La chronique de l'album Sélection singles & EP de Mustang - Akira Kosemura - Sylvain Fesson - Lonny Montem
Mustang en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Mustang en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)
Mustang en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - samedi
Mustang en concert au Fil (vendredi 19 octobre 2012)
Bob Log III en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (lundi 22 et mardi 23)

En savoir plus :
Le site officiel de Hell's Kitchen
Le Myspace de Hell's Kitchen
Le Myspace de Mustang
Le site officiel de Bob Log III
Le Myspace de Bob Log III
Le site officiel du Festival Les Nuits de l'alligator
Le blog de Pierre

Crédits photos : Marie Guerre (Toute la série sur Taste of Indie)


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=