Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (mercredi 24)
Triggerfinger - Radio Moscow - James Chance & Les Contorsions  (La Maroquinerie, Paris)  mercredi 24 février 2010

Si on commence à parler de la 5ème édition des Nuits de l’Alligator et plus particulièrement de cette soirée du 24 février, on pourrait la résumer par : ça décoiffe !

En effet, tous les éléments étaient réunis pour embarquer le public. Et si au niveau capillaire, il y en avait pour tous les goûts, d’un point de vue musical, le maître mot de cette soirée à la Maroquinerie, qui oscillaient entre blues/rock & jazz, était "énergie".

C’est Triggerfinger, groupe belge qui a commencé à faire ronronner le moteur de la salle. Ce trio composé d’une base simple et solide : guitare, basse, batterie enrobées de costards dessinait le tableau d’un rock incandescent à l’image du dernier opus What grabs ya ?.

Le leader, Ruben Block, au demeurant chanteur et guitariste, très théâtral, monte sur les amplis vacillant pour le dernier morceau du set. Certains diront qu’il en fait un peu trop mais après tout, c’est la loi du spectacle ! Côté batteur, c’est un musicien sous acide qui enflamme la rythmique de compos plutôt prometteuses.

A mi-chemin entre Jesus Volt et les ZZ Top du dernier cru notamment.

Voix grave, réverb’, pléiade d’effets et groove vivifiant. Univers sombre, orageux et paradoxalement décalé.

Une musique au second degré et en 3 dimensions.

Puis vint les Radio Moscow ou une vision nostalgique de l’artisanat pratiqué à Woodstock. Un groupe américain au sang neuf, porté par le leader Parker Griggs et qui a sorti son second album intitulé Brain Cycles en 2009.

Trois gars, jeunes, chevelus, génération beatniks qui transpirent le blues/rock des années 60/70. Pour vous donner une idée de l’assemblage : la guitare d’Hendrix (pédale wah-wah à gogo), le chant de Robert Plant et un esprit assez proche de notre irlandais regretté, Rory Gallagher

Pas de réelles surprises cependant, puisque l’originalité des prédécesseurs avait déjà laissé quelques traces sur des bandes sons écoutées et réécoutées.

La mise en scène est plutôt minimaliste si nous venons à les comparer au groupe précédent. Cela dit, l’enthousiasme du public est plus que palpable pour ce plongeon dans une époque que la moitié des auditeurs de l’instant, n’ont jamais connus. Immersion réussie, dans l’atmosphère psychédélique d’une ère ressuscitée !

Enfin, pour clore les réjouissances… Place à Monsieur James Chance & Les Contorsions, présenté comme la légende vivante de la soirée.

Ex-punk (si, si) qui s’est laissé happer par le rivage d’un jazz teinté de funk, empreint de la rock n’roll attitude !

L’américain qui a connu son heure de gloire à son arrivée dans la Big Apple des 70’s, cultive savamment le look rockabilly des 50’s, costard blanc et banane à l’appui. Sa voix se fait électrique, le son des instruments acide, les divagations musicales omniprésentes.

Il se lance alors, entouré d’une fine équipe de musiciens, dans une démonstration de jonglage entre saxo, clavier et chants. Trop pour un seul homme ? James Chance se fait un plaisir de prouver le contraire à ceux qui pouvaient en douter ! Une démonstration scénique qui rappelle dans la forme, celles des concerts de l’un des serviteurs du British Blues Boom, John Mayall.

Etonnant, déroutant notamment lorsque son orchestre se lance dans les parties de free jazz. La salle comble parait totalement absorbée par les élucubrations de l’artiste. Cette collaboration avec les contorsions semble une évidence.

Les trois groupes ont maintenu la cadence de bout en bout. Découvertes à suivre de très près et valeur sûre qui continue de captiver le public. Des soirées avec une telle effervescence se résument en un seul mot : ébouriffant !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album All this dancin' around de Triggerfinger
Triggerfinger en concert à La Maroquinerie (lundi 11 octobre 2010)
Triggerfinger en concert à Oeno Music Festival #2 (édition 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Triggerfinger
Le Myspace de Triggerfinger
Le site officiel de Radio Moscow
Le Myspace de Radio Moscow
Le Myspace de James Chance & Les Contorsions
Le site officiel du Festival Les Nuits de l'alligator

Crédits photos : Marie Guerre (Toute la série sur Taste of Indie)


Sarah Defaye         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=