Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (jeudi 25)
Eldia - Jeremy Jay - Josh T. Pearson  (La Flèche d'Or, Paris)  jeudi 25 février 2010

Les Nuits de l'Alligator ont de nombreux atouts, à commencer par une programmation aventureuse et difficile axée autour du blues.

A priori plutôt pointue et touchant un public très ciblé, la programmation a toujours su ouvrir ses portes à toute sorte de musiques ayant trait de près ou de loin au blues, que ce soit en proposant de vieux briscards barbus les bottes dans le bayous ou de jeunes pousses influencées d'une façon ou d'une autre par cette musique de l'âme et des tourments.

Ce soir, à la Flèche d'Or, le programme s'annonce aussi intéressant puisqu'une fois de plus, l'affiche propose découverte et valeur sûre.

Pourtant, ce soir là, ça coince un peu et l'Alligator semble un peu fatigué. Le public, lui aussi, n'est pas d'une ferveur exemplaire. Il arrive tard et par petits groupes, attirés en ce lieu de toute évidence par le bas prix et l'assurance d'y trouver de la musique live pour boucher les (trop rares) trous dans leurs conversations chiantes mais tellement hype. Un public de parisiens en goguette donc, plus que de vrais curieux venus taquiner le crocodile.

Autre constat, les concerts annoncés pour 19h30 (heure de l'ouverture de la salle en réalité) ne commenceront que deux heures plus tard, les artistes et le public déjà présents, victimes de ce faux public venu tenir salon après, imaginons, un restaurant plus ou moins japonais.

C'est donc avec une patience et un enthousiasme pour le moins émoussés que nous accueillons le premier groupe.

Eldia, groupe français, est composé de quatre membres et vient de sortir son premier album Yayaya. Heureux d'être là (ce sont eux qui le disent), les Eldia se démènent sur la scène tandis que leur fans s'enthousiasment dans la salle.

Musicalement, le groupe joue une power-pop plutôt classique lorgnant, s'il fallait citer un groupe connu, du côté de Franz Ferdinand par exemple.

Energiques et généreux dans leur jeu, Eldia emballe tout de même assez moyennement. D'autant que le fil rouge "blues" semble rompu, faisant davantage ressembler ce concert à une fin de soirée d'un tremplin "Rock is dead ?" qu'à une mise en bouche préparant l'arrivée sur scène de Josh T. Pearson, au point de se demander, jusqu'à l'apercevoir dans la salle, s'il jouera bien ce soir là. Raison de plus en tout cas pour regretter la présence de Honkeyfinger, autre chevelu, déprogrammé au profit de la Maroquinerie l'avant-veille.

Bref, Eldia(blo ?) a fait son job, venir présenter son album Yayaya en vente au fond de la salle avec de beaux polo rayés. Sans doute pas un mauvais groupe mais un rendez-vous raté à remettre à une date ultérieure...

Le batteur fera un petit extra après une courte pause pour venir accompagné d'un tambourin et de marracas le jeune Jeremy Jay pour un set un peu court (non, je ne dirais rien sur l'heure tardive de début de concert) mais, malgré la désaffection de la salle par les moins curieux (ou ceux qui habitent le plus loin), plutôt réussi et en tout cas très touchant.

Son folk dépouillé et parfois maladroit dévoile quelques bien jolies chansons et les pas de danse mal assurés de ce grand mec de Los Angeles aux airs d'éternel étudiant ne font que renforcer la sympathie qu'il semble générer. On pense à la prestation sur cette meme scène il y a environ un an d'Eugene McGuinness, autre grand timide aux mélodies touchantes.

Très court set donc et rapide changement de plateau tandis que l'hémorragie de public ne reussit pas à être résorbée. Il faut dire que cela semble bien difficile d'attirer l'attention sur une folk intimiste, tard et après un groupe plutôt dansant et énergique.

Arrivé un peu tard, Josh T. Pearson s'installe enfin et fait ses balances sous nos yeux avec beaucoup de calme et d'attention pour les régisseurs. Un pupitre avec son texte sous les yeux, il nous annonce qu'il va, ce soir, revisiter quelques classiques folk et country.

Guitare en bandoulière, Pearson chantera donc l'amour perdu et les âmes errantes.

Bien ancré au sol dans ces superbes santiags, Josh T. Pearson est pourtant bien loin dans sa tête, flottant au-dessus de la scène tandis que son chant chamanique nous envoûte, touchés par sa voix superbe, fragile et imposante autant que par son regard clair et perçant au travers de sa chevelure et de sa barbe denses, le protégeant sans doute de quelques vilains esprits dont l'Amérique a le secret.

L'expérience est de courte durée et lorsqu'il s'arrête de jouer, aussi brutalement que cela avait commencé paisiblement, il reste dans la salle de la Flèche d'Or une sorte de présence indicible, une aura qui nous enveloppe et on regarde benoîtement Pearson ranger son matériel, enfiler ses mitaines de cuir et descendre dans la salle à la rencontre du public. Il a l'air totalement humain, après tout.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ya Ya Ya de Eldia
Eldia en concert au Café de la Plage (1er février 2005)
La chronique de l'album Splash de Jeremy Jay
Jeremy Jay en concert au Festival Radar #5 (jeudi 10 septembre 2009)
Josh Pearson en concert au Festival Les Nuits de l'alligator 2007 (samedi)

En savoir plus :
Le Myspace de Eldia
Le Myspace de Jeremy Jay
Le Myspace de Josh T. Pearson
Le site officiel du Festival Les Nuits de l'alligator

Crédits photos : David Didier (Toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=