Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (jeudi 25)
Eldia - Jeremy Jay - Josh T. Pearson  (La Flèche d'Or, Paris)  jeudi 25 février 2010

Les Nuits de l'Alligator ont de nombreux atouts, à commencer par une programmation aventureuse et difficile axée autour du blues.

A priori plutôt pointue et touchant un public très ciblé, la programmation a toujours su ouvrir ses portes à toute sorte de musiques ayant trait de près ou de loin au blues, que ce soit en proposant de vieux briscards barbus les bottes dans le bayous ou de jeunes pousses influencées d'une façon ou d'une autre par cette musique de l'âme et des tourments.

Ce soir, à la Flèche d'Or, le programme s'annonce aussi intéressant puisqu'une fois de plus, l'affiche propose découverte et valeur sûre.

Pourtant, ce soir là, ça coince un peu et l'Alligator semble un peu fatigué. Le public, lui aussi, n'est pas d'une ferveur exemplaire. Il arrive tard et par petits groupes, attirés en ce lieu de toute évidence par le bas prix et l'assurance d'y trouver de la musique live pour boucher les (trop rares) trous dans leurs conversations chiantes mais tellement hype. Un public de parisiens en goguette donc, plus que de vrais curieux venus taquiner le crocodile.

Autre constat, les concerts annoncés pour 19h30 (heure de l'ouverture de la salle en réalité) ne commenceront que deux heures plus tard, les artistes et le public déjà présents, victimes de ce faux public venu tenir salon après, imaginons, un restaurant plus ou moins japonais.

C'est donc avec une patience et un enthousiasme pour le moins émoussés que nous accueillons le premier groupe.

Eldia, groupe français, est composé de quatre membres et vient de sortir son premier album Yayaya. Heureux d'être là (ce sont eux qui le disent), les Eldia se démènent sur la scène tandis que leur fans s'enthousiasment dans la salle.

Musicalement, le groupe joue une power-pop plutôt classique lorgnant, s'il fallait citer un groupe connu, du côté de Franz Ferdinand par exemple.

Energiques et généreux dans leur jeu, Eldia emballe tout de même assez moyennement. D'autant que le fil rouge "blues" semble rompu, faisant davantage ressembler ce concert à une fin de soirée d'un tremplin "Rock is dead ?" qu'à une mise en bouche préparant l'arrivée sur scène de Josh T. Pearson, au point de se demander, jusqu'à l'apercevoir dans la salle, s'il jouera bien ce soir là. Raison de plus en tout cas pour regretter la présence de Honkeyfinger, autre chevelu, déprogrammé au profit de la Maroquinerie l'avant-veille.

Bref, Eldia(blo ?) a fait son job, venir présenter son album Yayaya en vente au fond de la salle avec de beaux polo rayés. Sans doute pas un mauvais groupe mais un rendez-vous raté à remettre à une date ultérieure...

Le batteur fera un petit extra après une courte pause pour venir accompagné d'un tambourin et de marracas le jeune Jeremy Jay pour un set un peu court (non, je ne dirais rien sur l'heure tardive de début de concert) mais, malgré la désaffection de la salle par les moins curieux (ou ceux qui habitent le plus loin), plutôt réussi et en tout cas très touchant.

Son folk dépouillé et parfois maladroit dévoile quelques bien jolies chansons et les pas de danse mal assurés de ce grand mec de Los Angeles aux airs d'éternel étudiant ne font que renforcer la sympathie qu'il semble générer. On pense à la prestation sur cette meme scène il y a environ un an d'Eugene McGuinness, autre grand timide aux mélodies touchantes.

Très court set donc et rapide changement de plateau tandis que l'hémorragie de public ne reussit pas à être résorbée. Il faut dire que cela semble bien difficile d'attirer l'attention sur une folk intimiste, tard et après un groupe plutôt dansant et énergique.

Arrivé un peu tard, Josh T. Pearson s'installe enfin et fait ses balances sous nos yeux avec beaucoup de calme et d'attention pour les régisseurs. Un pupitre avec son texte sous les yeux, il nous annonce qu'il va, ce soir, revisiter quelques classiques folk et country.

Guitare en bandoulière, Pearson chantera donc l'amour perdu et les âmes errantes.

Bien ancré au sol dans ces superbes santiags, Josh T. Pearson est pourtant bien loin dans sa tête, flottant au-dessus de la scène tandis que son chant chamanique nous envoûte, touchés par sa voix superbe, fragile et imposante autant que par son regard clair et perçant au travers de sa chevelure et de sa barbe denses, le protégeant sans doute de quelques vilains esprits dont l'Amérique a le secret.

L'expérience est de courte durée et lorsqu'il s'arrête de jouer, aussi brutalement que cela avait commencé paisiblement, il reste dans la salle de la Flèche d'Or une sorte de présence indicible, une aura qui nous enveloppe et on regarde benoîtement Pearson ranger son matériel, enfiler ses mitaines de cuir et descendre dans la salle à la rencontre du public. Il a l'air totalement humain, après tout.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ya Ya Ya de Eldia
Eldia en concert au Café de la Plage (1er février 2005)
La chronique de l'album Splash de Jeremy Jay
Jeremy Jay en concert au Festival Radar #5 (jeudi 10 septembre 2009)
Josh Pearson en concert au Festival Les Nuits de l'alligator 2007 (samedi)

En savoir plus :
Le Myspace de Eldia
Le Myspace de Jeremy Jay
Le Myspace de Josh T. Pearson
Le site officiel du Festival Les Nuits de l'alligator

Crédits photos : David Didier (Toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=