Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce These New Puritans
Hidden  (Domino / PIAS)  février 2010

La nouvelle nouvelle vague ? Post New Wave ? Délire arty onaniste indigeste ? Pavé dans la marre de la musique radiophonique, en tout cas. These New Puritans abandonne son statut de prétendant à la succession de son altesse Franz Ferdinand pour hanter les terres d'une expérimentation propre sur elle et ambitieuse – mégalo ?

Emmené par le compositeur Jack Barnett, le quartet de Southend-on-Sea (il paraît que c'est important) s'offre un deuxième album impossible pour des jeunots d'une vingtaine d'années. Impossible à tout les sens du terme et tout d'abord parce qu'il assemble l'instrumentation la plus improbable : des pièces de rock traditionnelles (guitare, basse, batterie), des touches d'électronique (sonorités tout droit venues du monde du hip hop ou du r'n'b ; bruitages improbables, à base de melon et autres bizarreries), instruments classiques (piano joué par une concertiste égarée, section de treize cuivre & bois, chœur d'enfant) ou exotiques (tambours japonais traditionnels)...

En résultent des sonorités inattendues, inouïes au sens propre du terme et passablement exigeantes pour l'auditeur. C'est que ce Hidden n'est pas fait pour s'écouter à la va-vite ni, probablement, pour s'intégrer à votre shuffle de soirée. Avec une assurance qui en horripile déjà plus d'un, Jack Barnett revendique le sérieux et l'ambition de son œuvre. Ambition déplacée ? Pas certain, tant il est vrai que la formation se démarque de tout horizon musical contemporain, pour ouvrir, peut-être, un nouvel univers. On ne chasse pas sur les terres du top 50, c'est certain.

De façon étonnante, le groupe se démarque aussi de la non-scène expérimentale en proposant un disque à la production éclatante, irréprochable, claire et d'une certaine façon assez lisse. On est ici aux antipodes des rugosités un peu brouillonnes, enfiévrées, surchargées, évocatrices et tout en sous-entendus qui ont pu faire la gloire d'autres formations atypiques dans leurs instrumentations ou compositions. La bande à Barnett propose plutôt une symphonie pop irréelle et iconoclaste, abreuvée de classicisme et d'irrévérence, dont on ne saura pas immédiatement décider si elle est grandiose ou ridicule. Quoiqu'elle réussisse certainement le tour de force d'être les deux à la fois, ce qui est loin d'être à la portée de tous.

L'univers convoqué est noir et ample, souvent furieux ; il bascule volontiers d'un côté sur l'autre, comme un enfant au sommeil perturbé. C'est qu'il y en a, des rêves, là-dedans. Noirs. De guerre, de sang. Et blanc. De légèreté, un certain vide. Angoissant et normal. Et Jack Barnett, qui se revendique possédé par la musique, obsédé par la création, habité de sonorités venues de nulle-part, que l'on trouve un rien inadapté socialement, pourrait bien acquérir avec des disques comme ceux-là le statut de compositeur culte assez rapidement. Si en plus il pouvait avoir quelques accès de démence ou une mort atroce, la gloire serait assurée.

En attendant, on pourra aboyer avec les chiens, pour maudire ou défendre ces gamins prétentieux qui ne savent tenir leur place et pourraient bien en musique vouloir faire autre chose que ce que tout le monde fait (mieux ou moins bien – cela compte-t-il ?). These New Puritans, eux, s'en moquent, ils se contentent de faire de la musique, comme ils l'entendent.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Field Of Reeds de These New Puritans
La chronique de l'album Inside the Rose de These New Puritans
These New Puritans en concert au Festival Les Inrocks (édition 2013) - jeudi 7 novembre

En savoir plus :
Le site officiel de These New Puritans
Le Myspace de These New Puritans

 


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=