Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce TV Glory - Pony Pony Run Run
L'Aéronef  (Lille)  dimanche 7 mars 2010

Ils ne le savaient pas encore en achetant leur place pour le concert du 7 mars, qu'ils vivraient une date historique : le premier concert d'un Pony Pony Run Run victorieux – victorieux de la musique, fort d'une cocarde télévisuelle de grand retentissement médiatique. Une décoration acquise au champ d'honneur de la culture de masse.

Pony Pony Run Run, malgré son nom impossible, a été élu révélation du public, reconnaissance haute en symbole s'il en est ; et ce soir-là, ils remontent sur la scène d'un Aéronef bien rempli pour délivrer une prestation qui sent autant la jubilation que l'épuisement d'avoir trop fêté la victoire.

Mais le grand gagnant, n'est-ce pas le public lui-même ? Majoritairement mineur, avec toutes les circonstances aggravantes de l'âge (son exubérance, sa naïveté, sa promptitude émotionnelle...), aisé à détourner, séduire, enthousiasmer ; abuser ? Et moi ?

Moi, trentenaire passé dans cette salle, je sens bien que j'ai perdu mon innocence.

Depuis quelques temps, ils me lassent un peu les clichés scéniques, rituels qui se vident de leur sens passées les premières dizaines (centaines ?) de concerts : noir d'introduction, l'ambiance qui doit gonfler, patiemment, le rappel déjà inscrit sur la setlist, l'amour réciproque, l'étonnement feint, la soirée la plus incroyable de la tournée, est-ce que vous êtes chauds ce soir...

J'avais donc grand crainte de n'avoir à me mettre sous la plume que l'ennui de celui qui, dépité, n'arrive pas à ne pas voir de trop grosses ficelles. D'autant que la pop un peu rock, un peu synthétique, un peu dansante des Pony Pony Run Run a un côté déjà entendu assez évident, malgré tous les efforts d'une hyper-production bien au goût du jour. D'autant que leur light-show impressionnant, pour être assez agréable à l'œil, n'est pas un gage de spontanéité (un tableau par morceau, aux évolutions finement synchronisées).

Pourtant, force est de reconnaître à la formation une certaine fraîcheur. L'effet gueule de bois du lendemain ? Ou une capacité très humaine à entrer en contact avec son public ? Dans la salle, en tout cas, les teenagers exultent et ce n'est déjà pas si mal.

Bien sûr, c'est surtout l'archi-tube "Hey You" (lui aussi popularisé par une émission télé, tiens-tiens...) qui fait réagir la foule. Je ne peux m'empêcher de trouver que c'est un peu court de ne connaître vraiment qu'un single pour une révélation du public. Mais je réalise progressivement que tous les titres du groupe sont un peu pareils. Et puis c'est tellement dans l'air du temps :  un monde musical à mettre en mp3, où l'unité de mesure n'est plus l'album mais le titre à 99 cents.

Il y aura quelques moments où le groupe saura s'éloigner de sa pop sage et propre sur elle, pour flirter avec une électricité plus ambigüe, façon Gary Numan, où l'aspect synthétique devient froid comme un quart d'heure de Blade Runner ; ou pour verser dans une énergie moins contrôlée, comme lors de ce final technoïdal explosif. D'autres directions, moins consensuelles mais plus créatives certainement, où l'on souhaiterait volontiers voir le groupe s'égarer.

En première partie, la formation lilloise TV Glory a délivré une prestation sympathique, dans un registre d'ailleurs pas très éloigné par sa bonne humeur et un certain côté bien pensant. Le quartet cultive cependant un côté plus électronique (que de beats, que de beats !) et s'ancre plus clairement dans les 70's (façon ou Bowie ou T-Rex). Malgré ses efforts, le groupe aura cependant du mal à obtenir l'adhésion du public, venu pour un autre que lui, et une vague lassitude réciproque se fera même par instants sentir. Le revers de la médaille de la fanitude serait-il une certaine fermeture ?

De perdre son innocence on gâche, c'est certain, la capacité à vivre un moment unique, ultime, absolu, en compagnie de ses idoles de passage ; mais l'on y gagne peut-être aussi une ouverture nouvelle, à l'inconnu, à l'imprévu... Une capacité plus lucide à s'émerveiller de ce qui en vaut la peine.

Loin du jeunisme si souvent vendu, érigé en culte social (nouvel opium d'un peuple usé d'avoir été adulte de façon trop triste et qui éprouve le besoin de trouver en sa jeunesse encore un peu verte un exutoire ?), l'aventure serait-elle du côté de ceux qui savent se méfier, ouvrir les yeux, cyniques peut-être, mais libres véritablement, quand on voudrait leur maintenir la tête dans le sac d'une réclame pour parfum à la chaîne proclamant que la vie est un voyage, qu'il faut voyager léger. Qu'est-ce qu'être mineur ? C'est l'incapacité dans laquelle on se trouve de pouvoir penser par soi-même répondait Emmanuel Kant. À bon entendeur, salut.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album You need Pony Pony Run Run de Pony Pony Run Run
La chronique de l'album Album 2 de Pony Pony Run Run
Pony Pony Run Run en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)
Pony Pony Run Run en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Pony Pony Run Run en concert au Transbordeur (mercredi 2 novembre 2016)
L'interview de Pony Pony Run Run (12 mai 2009)
L'interview de Pony Pony Run Run (jeudi 3 mai 2012)

En savoir plus :
Le Myspace de TV Glory
Le site officiel de Pony Pony Run Run
Le Soundcloud de Pony Pony Run Run
Le Facebook de Pony Pony Run Run

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Pony Pony Run Run (3 mai 2012)
Pony Pony Run Run (9 juin 2009)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=