Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce TV Glory - Pony Pony Run Run
L'Aéronef  (Lille)  dimanche 7 mars 2010

Ils ne le savaient pas encore en achetant leur place pour le concert du 7 mars, qu'ils vivraient une date historique : le premier concert d'un Pony Pony Run Run victorieux – victorieux de la musique, fort d'une cocarde télévisuelle de grand retentissement médiatique. Une décoration acquise au champ d'honneur de la culture de masse.

Pony Pony Run Run, malgré son nom impossible, a été élu révélation du public, reconnaissance haute en symbole s'il en est ; et ce soir-là, ils remontent sur la scène d'un Aéronef bien rempli pour délivrer une prestation qui sent autant la jubilation que l'épuisement d'avoir trop fêté la victoire.

Mais le grand gagnant, n'est-ce pas le public lui-même ? Majoritairement mineur, avec toutes les circonstances aggravantes de l'âge (son exubérance, sa naïveté, sa promptitude émotionnelle...), aisé à détourner, séduire, enthousiasmer ; abuser ? Et moi ?

Moi, trentenaire passé dans cette salle, je sens bien que j'ai perdu mon innocence.

Depuis quelques temps, ils me lassent un peu les clichés scéniques, rituels qui se vident de leur sens passées les premières dizaines (centaines ?) de concerts : noir d'introduction, l'ambiance qui doit gonfler, patiemment, le rappel déjà inscrit sur la setlist, l'amour réciproque, l'étonnement feint, la soirée la plus incroyable de la tournée, est-ce que vous êtes chauds ce soir...

J'avais donc grand crainte de n'avoir à me mettre sous la plume que l'ennui de celui qui, dépité, n'arrive pas à ne pas voir de trop grosses ficelles. D'autant que la pop un peu rock, un peu synthétique, un peu dansante des Pony Pony Run Run a un côté déjà entendu assez évident, malgré tous les efforts d'une hyper-production bien au goût du jour. D'autant que leur light-show impressionnant, pour être assez agréable à l'œil, n'est pas un gage de spontanéité (un tableau par morceau, aux évolutions finement synchronisées).

Pourtant, force est de reconnaître à la formation une certaine fraîcheur. L'effet gueule de bois du lendemain ? Ou une capacité très humaine à entrer en contact avec son public ? Dans la salle, en tout cas, les teenagers exultent et ce n'est déjà pas si mal.

Bien sûr, c'est surtout l'archi-tube "Hey You" (lui aussi popularisé par une émission télé, tiens-tiens...) qui fait réagir la foule. Je ne peux m'empêcher de trouver que c'est un peu court de ne connaître vraiment qu'un single pour une révélation du public. Mais je réalise progressivement que tous les titres du groupe sont un peu pareils. Et puis c'est tellement dans l'air du temps :  un monde musical à mettre en mp3, où l'unité de mesure n'est plus l'album mais le titre à 99 cents.

Il y aura quelques moments où le groupe saura s'éloigner de sa pop sage et propre sur elle, pour flirter avec une électricité plus ambigüe, façon Gary Numan, où l'aspect synthétique devient froid comme un quart d'heure de Blade Runner ; ou pour verser dans une énergie moins contrôlée, comme lors de ce final technoïdal explosif. D'autres directions, moins consensuelles mais plus créatives certainement, où l'on souhaiterait volontiers voir le groupe s'égarer.

En première partie, la formation lilloise TV Glory a délivré une prestation sympathique, dans un registre d'ailleurs pas très éloigné par sa bonne humeur et un certain côté bien pensant. Le quartet cultive cependant un côté plus électronique (que de beats, que de beats !) et s'ancre plus clairement dans les 70's (façon ou Bowie ou T-Rex). Malgré ses efforts, le groupe aura cependant du mal à obtenir l'adhésion du public, venu pour un autre que lui, et une vague lassitude réciproque se fera même par instants sentir. Le revers de la médaille de la fanitude serait-il une certaine fermeture ?

De perdre son innocence on gâche, c'est certain, la capacité à vivre un moment unique, ultime, absolu, en compagnie de ses idoles de passage ; mais l'on y gagne peut-être aussi une ouverture nouvelle, à l'inconnu, à l'imprévu... Une capacité plus lucide à s'émerveiller de ce qui en vaut la peine.

Loin du jeunisme si souvent vendu, érigé en culte social (nouvel opium d'un peuple usé d'avoir été adulte de façon trop triste et qui éprouve le besoin de trouver en sa jeunesse encore un peu verte un exutoire ?), l'aventure serait-elle du côté de ceux qui savent se méfier, ouvrir les yeux, cyniques peut-être, mais libres véritablement, quand on voudrait leur maintenir la tête dans le sac d'une réclame pour parfum à la chaîne proclamant que la vie est un voyage, qu'il faut voyager léger. Qu'est-ce qu'être mineur ? C'est l'incapacité dans laquelle on se trouve de pouvoir penser par soi-même répondait Emmanuel Kant. À bon entendeur, salut.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album You need Pony Pony Run Run de Pony Pony Run Run
La chronique de l'album Album 2 de Pony Pony Run Run
Pony Pony Run Run en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)
Pony Pony Run Run en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Pony Pony Run Run en concert au Transbordeur (mercredi 2 novembre 2016)
L'interview de Pony Pony Run Run (12 mai 2009)
L'interview de Pony Pony Run Run (jeudi 3 mai 2012)

En savoir plus :
Le Myspace de TV Glory
Le site officiel de Pony Pony Run Run
Le Soundcloud de Pony Pony Run Run
Le Facebook de Pony Pony Run Run

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Pony Pony Run Run (3 mai 2012)
Pony Pony Run Run (9 juin 2009)


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=