Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Silvain Vanot - JP Nataf
Grand Mix  (Tourcoing)  jeudi 11 mars 2010

Cinq années après la sortie de son premier album solo Plus de Sucre, JP Nataf, l’ancien chanteur des Innocents, présente sur scène Clair, deuxième album franchissant un seuil dans la quête de perfection pop.

Sur la scène du Grand Mix, le chanteur français a offert près de trois heures de concert. Si nous tenons compte de l’enthousiasme des musiciens, l’humour avec lequel ils ont effectué les transitions, on peut comprendre ce plaisir, rare, que l’on peut avoir en allant à un concert.

Parce qu’il n’est pas nécessaire de bien connaître le groupe pour prendre ce plaisir : souvent – admettons-le – nous sommes déçus de voir se répéter le contenu exact des disques de tel groupe.

Mais un concert exige avant tout un dialogue entre artiste et public, et JP Nataf et Silvain Vanot (en première partie) ont démontré avec brio la chaleur que pouvait apporter cette ouverture.

Anecdotes, clins d’œil aux fans, improvisations musicales furent les ingrédients nécessaires pour passer une soirée placée sous le signe de la poésie. Car il ne faut pas oublier la qualité d’écriture de ces deux artistes importants de la scène nationale.

JP Nataf précise sur scène l’équilibre entre mélodie et texte, en donnant à ses chansons de l’ampleur. Avec les Innocents, il parvenait à mélanger rock et variété, assez simplement, ce qui conférait à ses chansons une certaine immédiateté.

Aujourd’hui ce geste est affiné : la notion de variété est remplacée par le souci de perfection pop, ce qui n’est pas pour nous déplaire, à l’heure où l’on désigne comme groupe pop tout groupe susceptible d’enchaîner facilement les clichés mélodiques − clichés évidemment poursuivis par les groupes à succès actuels (disons 80 % des groupes répertoriés dans les magazines spécialisés).

Nataf, depuis la séparation de son premier groupe, évolue dans une relative discrétion, le poussant à faire ses preuves à nouveau, quitte à aller chercher la liberté dans cette faculté de réécrire le format pop. Déstructurant la contrainte du couplet / refrain, il parvient ainsi à composer des chansons audacieuses, dont les paroles semblent issues de procédés d’écriture automatiques qui peuvent faire penser au style de Jean-Louis Murat.

Exemple de ce procédé : "Hilare, il a l’air pour l’heure hilare / il dort, à ça il n’a pas de mal". Allitération amusante, suivie par la suite : "il tête, il allaite, il guette ce qui le guette, ce qui le botte, allongé sur sa paille". Jeux de sonorités qui donnent à cette musique un caractère fluide. On retiendra de cette longue prestation, les chansons remarquables que sont "Seul Alone", "Jean-Christophe", "La Grande Ourse", "Myosotis".

Silvain Vanot en première partie a joué la presque-totalité de son dernier album, Bethesda, sorti l’année dernière. Interprétation sobre, dans la continuité de ce qu’avait l’habitude de nous présenter le chanteur au XXème siècle (pour reprendre son expression). L’isolement apparent du chanteur, qui a attendu huit ans avant de sortir son album − période de retrait lui permettant de s’extraire de l’industrie musicale qu’il estimait de plus en plus faussée − explique son refus de la moindre contrainte de temps.

Sur scène, j’ai été surpris par sa grande tranquillité, la lenteur puissante avec laquelle il change d’instruments, ajuste son harmonica ; lenteur de rythme surtout apportant à l’ensemble une profondeur. Par cette dynamique ces chansons gagnent en précision, exprimant aussi une sécheresse digne du meilleur Neil Young (influence majeure et jamais démentie de Silvain Vanot).

Mais la gravité des textes, appuyée par leur caractère elliptique  − qui correspond à un degré au-dessus du dépouillement – ne se départit par d’un humour noir, comme sur "Implacable" dont on peut reprendre les premiers mots : "J’aimerais coucher avec toi / Pour me venger de ton père / (…) Parce que ta mère est trop vieille…". Vaste programme de la part d’un auteur qui n’a rien perdu de sa verve, ni de sa force poétique.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bethesda de Silvain Vanot
Une 2ème chronique de l'album Bethesda de Silvain Vanot
La chronique de l'album Ithaque de Silvain Vanot
Silvain Vanot en concert à L'Archipel (samedi 9 janvier 2010)
L'interview de Silvain Vanot (mardi 22 décembre 2009)
JP Nataf en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
JP Nataf en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 24 juillet 2010)
L'interview de JP Nataf - Fabien Martin (21 avril 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Silvain Vanot
Le Bandcamp de Silvain Vanot
Le Facebook de Silvain Vanot
Le Myspace de JP Nataf

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Silvain Vanot (22 décembre 2009)


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=