Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lena Deluxe - Jean-Louis Murat
Grand Mix  (Tourcoing)  vendredi 2 avril 2010

Pour apprécier Jean-Louis Murat, sur disques comme sur scène, il faut aimer les mots : c’est par le verbe que l’on peut juger, dans un premier temps, un concert de l’auvergnat. Musicalement on peut décrire la prestation de Murat comme la rencontre idéale entre la chaleur du jazz et la poésie surréaliste. Une écoute attentive des paroles nous procure un effet comparable à la lecture de certains textes surréalistes, conçus selon le procédé automatique qui consiste à écrire le plus vite possible afin d’avoir accès aux zones de l’inconscient. La créativité de Murat étant connue pour être faste on peut imaginer qu’il procède de cette manière, selon un rythme sans doute quotidien ; qu’il garde toujours en réserve une quantité de textes qui tôt ou tard finiront par figurer sur un album. Le résultat ? Un album minimum par an depuis la fin des années 90. Si l’on regarde l’ensemble de sa discographie, force est de constater que la quantité implique également une qualité d’écriture, relativement constante.

Quant à l’instrumentation, entre les nappes synthétiques des premiers albums et la facture acoustique de la dernière période on trouve évidemment un large contraste.

En ce qui me concerne – et cette constatation ne cesse de me surprendre – je trouve plus beaux et plus forts les premiers albums "synthétiques", peut-être à cause de leur caractère novateur − même s’ils sont indiscutablement en phase avec leur époque : fin des années 80, tout à fait normal d’utiliser des synthés. Mais ce que Murat a apporté avec des albums comme Cheyenne Autumn ou Le Manteau de Pluie est important.

Sur scène, la méthode, ou plutôt la formule, continue de surprendre. Vertiges des mots, mouvement fluide de la mélodie : on se laisse porter par cette ivresse même si le ton ne change pas.

Cette constante est à préciser : sur une heure et demie de concert, Murat reprend de manière cyclique les mêmes thèmes, mêmes effets, mêmes ruptures électriques. Du coup chaque nouvelle introduction est la répétition de ce qui vient de se jouer, définissant certes le prolongement de l’élan initial, mais aussi la confirmation de la tonalité centrale. Pendant la première demi-heure on a tendance à ne pas y prêter attention. Au bout d’une heure, cette impression de "déjà-vu" s’avère remarquable.

Disons que Murat s’est contenté de faire du Murat, en faisant attention de ne pas donner plus que ce qui était nécessaire. Rester entre les bornes du raisonnable, paradoxalement pourrait-on dire puisque les textes disent le contraire. C’est-à-dire que, si l’on excepte les fans radicaux qui auront toujours sur les concerts un jugement faussé par leur passion, le public est sorti de la salle du Grand-Mix plutôt satisfait, alors qu’il aurait pu être autrement marqué par l’imprévisible, l’audace – même si la prestation fut brillamment conclue par les vers du Grand Poète (L’Examen de Minuit de Baudelaire).

La chanteuse lilloise, Lena Deluxe a ouvert la soirée en solitaire : beaucoup de sensibilité et de gentillesse, ce qui humainement est déjà beaucoup. Même si certaines influences sont perceptibles (Shannon Wright pour l’immédiateté, PJ Harvey pour la sécheresse, Belle and Sebastian pour l’élégance), cette jeune chanteuse n’aura pas de mal à s’en libérer, aucun doute à ce propos. Le ton personnel finira par l’emporter. Seule, sur scène, sa présence est déjà forte, on s’en rend compte par la qualité de silence qui suit chacune de ses chansons. La curiosité nous amènera donc à guetter ses prochaines apparitions au sein d’une formation complète.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Lena Deluxe en concert à Malle à Disques (samedi 3 octobre 2015)
La chronique de l'album Moscou de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Les fleurs du mal - Charles et Léo de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Tristan de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Le cours ordinaire des choses de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Grand Lièvre de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Toboggan de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Babel de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Live aux [PIAS] Nites de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Morituri de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Travaux sur la N89 de Jean-Louis Murat
Jean-Louis Murat en concert aux Saulnières (28 octobre 2004)
Jean-Louis Murat en concert à La Cigale (17 novembre 2006)
Jean-Louis Murat en concert au Studio Davout (3 septembre 2009)
Jean-Louis Murat en concert à L'Alhambra (mardi 23 novembre 2010)
Jean-Louis Murat en concert à la Salle Moebius du Beffroi (samedi 10 octobre 2015)
L'interview de Jean-Louis Murat (20 septembre 2011)

En savoir plus :
Le Myspace de Lena Deluxe
Le site officiel de Jean-Louis Murat
Le Myspace de Jean-Louis Murat

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=