Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Femmes S'en Mêlent #13 (2010)
Dance Yourself To Death - Tender Forever - Duchess Says - MEN  (L'Alhambra, Paris)  vendredi 2 avril 2010

Pour clôturer son édition 2010, le festival Les Femmes S'en Mêlent avait décidé de se parer de sa plus belle parure arc-en-ciel avec une affiche dédiée aux femmes qui aiment les femmes, le jeu de mots prenant enfin tout son sens. Puis, dernière minute, annulation de Chicks On Speed remplacé par Duchess Says. Les shows foutraques des Chicks, plus performance que concert, ne m'avaient pas toujours convaincu, alors mettre à la place un groupe qui avait tourné avec Lesbians On Ecstasy, pourquoi pas ?

En entrant dans la salle, il est surprenant de renifler un air saturé d'œstrogènes, environ une proportion de 10 femmes pour un homme. Un peu loin de la proportion habituel des concerts de rock. Et à Marc Lavoine me direz-vous ? J'ai dit de rock ! Pas de sous-guimauve à minettes.

Mais puisque ce n'est pas parce qu'il y a de l'œstrogène qu'il n'y a pas de plaisir, le premier groupe, les Dance Yourself To Death, originaires de Toronto, entrent en scène. Trois filles, basse et chant, guitares et batterie, et un garçon aux claviers, balancent un pop-rock fm vitaminé à défaut d'être particulièrement original. La chanteuse, Jen, arbore d'ailleurs une coupe asymétrique pas très originale non plus ce soir-là. Mais il faut bien reconnaître que la voix est excellente et que la guitariste, Aimée, a une forte présence sur scène autant qu'une sacrée technique. Les chansons tiennent la route, même si cela fait penser à une rencontre entre quelques groupes pop à guitares des années 80, sorte de Billy Idol au féminin saupoudré d'un soupçon new-waveux de Siouxsie. JD Samson, venue dans la salle pour écouter le groupe semble apprécier. Le contact avec le public passe bien, l'ambiance monte, la soirée s'amorce bien.

La pose est un peu longue, mais elle permet aux membres de Duchess Says d'arriver et de traverser la salle avec leurs instruments, aux membres de MEN et de Dance Yourself To Death de partager un verre avec les membres du public au bar de l'entrée. Ambiance vraiment sympa.

Entre ensuite Mélanie Valéra, aka Tender Forever. Seule sur scène, un notebook Mac à gauche de la scène, des percus à droite, et un écran au milieu. Le concert commence mollement. Ne connaissant pas cette artiste, les deux premiers morceaux me font penser à du Au Revoir Simone boosté aux infra-basses. Mais erreur, car Tender Forever c'est cela, une pop électro minimaliste, mais c'est beaucoup d'autres choses aussi. Elle vient au milieu de la scène, danse une espèce de danse tribale tout en jouant à distance d'une batterie électronique avec des manettes de wii, saisit un ukulélé pour faire une reprise minimaliste de "My love" de Justin Timberlake.

Mais surtout, outre la voix, ce qui séduit chez Tender Forever, c'est la personnalité décalée de Mélanie Valéra. La voici en train de raconter comment, embarquant dans un avion, l'hôtesse hésitait à lui servir du Monsieur ou du Madame, en train d'expliquer qu'elle avait adopté une coupe au bol puisque même certains hétéros portent désormais la coupe asymétrique, de revenir avec une barbe postiche pour imiter le patron de son label ou en train de commenter un diaporama de photomontages la représentant en couple avec Beyonce... Beaucoup d'auto-dérision qui accompagne des chansons gentiment cyniques chantées d'une voix habitée. Un très bon moment.

Suite au forfait des Chicks On Speed, MEN se retrouve tête d'affiche, et c'est donc Duchess Says qui prend le relais. Et là, on est à la limite de la faute de goût pour la programmation. Le groupe fait un style de musique qui se fond aussi mal dans la couleur musicale que dans le thème de la soirée. Les musiciens ressemblent à Jack Black à la guitare et à Liam Gallagher, lunettes de soleil et chemise à la JR incluses, au clavier. La musique est à l'image de ce à quoi on est en droit de s'attendre lorsqu'on évoque ces poètes : une rythmique de techno hardcore et des guitares saturées.

Au chant, Anne-Claude Deschênes, feule, râle, hurle, comme dans les groupes japonais trash de filles. Elle se verse une bière sur la tête, puis en arrose le public. Elle fait ensuite circuler une bouteille de vodka. Elle descend dans le public tout en continuant à chanter, remonte sur scène, crie au public de se réveiller, avec un accent québecois très marqué. Quelques mecs dans les premiers rangs apprécient visiblement le spectacle. Quant à une autre partie du public, on la retrouve dans l'entrée de la salle, au bar, en attendant la fin du déluge sonore. Ce qui aura pour résultat de priver ceux qui étaient restés pour les Duchess Says d'apprécier une bière fraîche à l'issue de ce concert éprouvant. Jusqu'à la fin de la soirée, la cervoise allait devoir se boire tiède.

En ultime groupe de la soirée, MEN déçoit un peu. Est-ce dû au fait que le concert de Duchess Says ait perturbé l'ambiance qui était en train de s'instaurer, sont-ce les problèmes techniques du début de set, ou est-ce parce qu'on juge la prestation de MEN forcément à l'aune des concerts de Le Tigre ? Sûrement un peu de tout ça.

MEN est le nouveau projet de JD Samson, évadée du trio electroclash new-yorkais Le Tigre. Tout comme dans son groupe précédent, musicalement on reste dans une pop électro dansante, politiquement ce sont les thèmes du féminisme et de l'homosexualité qui sont abordés. Mais alors que les trois filles de Le Tigre prenaient tour à tour le devant de la scène, ici JD Samson se retrouve aux machines au centre, Michael O’Neill et Ginger Brooks Takahashi aux guitares semblent bien en retrait. Il faut ajouter, pour ceux qui ne la connaissent pas, que JD Samson est une butch, tatouée et moustachue, qui a une aura de sex-symbol pour certaines lesbiennes. Elle arrive sur scène avec une rainbow jacket, qu'elle retirera pour apparaître dans un t-shirt long et bariolé, dont les motifs rappellent la forme d'un pénis qui lui monte jusqu'à la poitrine.

Le concert commence avec un inédit, puis continue avec "Boom Boom". Sur scène les MEN sont rejoints par la guitariste et la batteuse de Dance Yourself To Death qui brandissent de pancartes en forme de poing. Les retours continuent de poser problème au groupe sur un "Off Our Backs" un peu anarchique qui n'entraîne pas le public malgré sa rythmique très dansante. JD Samson demande alors ses retours à l'ingénieur du son en rappant. Ce n'est qu'à partir de la quatrième chanson, l'imparable "Credit Card Babie$", tube certain de l'été à venir, que MEN transformera l'Alhambra en une énorme piste de danse, mais pour seulement deux chansons de plus : "Who Am I To Feel So Free" puis en rappel une chanson ressemblant énormément au "Meeting Paris Hilton" de CSS. Certes, l'album de MEN n'est pas encore sorti, mais une partie du public connaissait déjà les chansons interprétées ce soir-là grâce au Myspace du groupe et aux vidéos sur internet, ce qui montre l'excitation qui entoure cette sortie prochaine.

C'est donc sur une soirée en demi-teinte que s'est achevée cette treizième édition parisienne du festival LFSM, dont la programmation continue, année après année, à être pointue, excitante, et source de découvertes.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Tender Forever en concert au Festival Les Inrocks 2006
Tender Forever en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent 2007
Tender Forever en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Tender Forever en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent #13 (2010)
Duchess Says en concert au Festival de Dour 2006 (samedi)
Duchess Says en concert au Festival Les Femmes s'en melent #11 (2008)
La chronique de l'album No more music by the suckers de Bernadette Seacrest and Her Yes Men
La chronique de l'album Yes Tinnitus de Shooting At Unarmed Men
La chronique de l'album Hope for men de Pissed Jeans
La chronique de l'album Music for men de Gossip
La chronique de l'album Cut Men Single de Mi Ami
La chronique de l'album Spring Time Coming de Mountain Men
La chronique de l'album Dead Men Chronicles de Alan Corbel
La chronique de l'album Where Dull Care is Forgotten de Tense Men
La chronique de l'album Songs For Mediocre Men Vol.1 de Le Garçon Rêvé
MEN en concert à La Guinguette Pirate (19 mars 2004)
MEN en concert à La Flèche d'Or (15 novembre 2005)
MEN en concert à La Maroquinerie (20 juillet 2006)
MEN en concert au Nouveau Casino (12 mars 2008)
MEN en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du samedi
MEN en concert au Festival des Eurockéennes #30 (édition 2018) - vendredi 6 juillet
L'interview de 90 Day Men (19 mars 2004)
L'interview de Mountain Men (1er juillet 2010)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Les Femmes s'en mêlent
Le Myspace du Festival Les Femmes s'en mêlent


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Le Morceau Caché, L'engagement Naif Partie 2 (10 octobre 2010)
Le Morceau Caché, L'engagement Naif Partie 1 (3 octobre 2010)
Le Morceau Caché, Les Beatles, le renoncement (2 aout 2009)
Le Morceau caché, Traduction et Glissement! (partie 2) (6 juillet 2008)
Le Morceau caché, Traduction et Glissement! (partie 1) (29 juin 2008)


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=