Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Konki Duet
Interview  (Paris)  12 mars 2010

A l'occasion de la sortie de leur EP Ensemble, qui regroupe en fait 5 titres du trio The Konki Duet (sic) et 4 titres du duo Suzanne The Man, nous avons rencontré les trois jeunes filles de The Konki Duet qui nous en disent un peu plus sur ce groupe. En prime vous aurez également 2 titres en Froggy's Session en bas de cette interview !

Pouvez-vous nous raconter l'histoire de The Konki Duet ?

Zoé : On a commencé à jouer ensemble ici même car Kumi habitait à deux pas, dans une résidence pour jeunes filles. Un ami commun nous a présentées, et comme nous nous habitions à côté, Kumi est passée faire de la musique. Tout de suite, nous avons fait un morceau ensemble. Très peu de temps après, l'idée nous est venue d'ajouter un violon. Nous connaissions Tamara, qui nous a rejoints. Tout cela s'est fait très simplement. La musique est venue avant l'idée même d'avoir un groupe.

Vous avez composé directement ?

Oui tout de suite. Nous avons toutes les trois déjà joués dans des groupes avant The Konki Duet, et comme je disais précédemment, il y avait l'idée d'être dans un groupe avant de réellement faire de la musique. Là, on voulait un côté ludique, sans prise de tête. Et cela n'a pas changé. Cela continue d'être un véritable terrain de jeu.

Comme nous venons de le voir en session acoustique, vous chantez toutes les trois. Comment se passe la composition ?

Cela dépend. Chacune amène des idées de morceaux puis sur chaque morceau, chacune amène ses parties. L'idée n'est pas forcément une partie instrumentale, cela peut être une structure. Maintenant comme on se connait bien, on arrive à anticiper les parties des autres, certains mécanismes.

Qui ramène la mélodie la chante ?

On se passe souvent des parties. C'est souvent même le contraire. On imagine l'autre chanter ce que l'on écrit. Puis il y a un côté pratique, quand une a trop de choses à jouer, il est plus simple que l'autre chante la partie.

Vous avez toutes les trois une formation classique. Cela a-t-il influé sur votre type de composition ?

Je ne sais pas si la formation intervient tant que cela dans la composition. Sachant que nous n'avons fait que du solfège, pas forcément de la guitare.

Peut-être dans les parties alors ?

En tout cas, il est très récent pour moi de faire des accords ! C'est vrai que nous sommes toutes les trois plus mélodiques ou rythmiques plutôt qu'harmoniques.

D'où vous est venue l'idée d'ajouter plein de petits instruments et de sons différents ?

Il n'y pas tant d'instruments que cela dans notre musique, mais c'est l'impression que cela donne. Il est vrai qu'on utilise les instruments qui nous entourent et que l'on maitrise. On passe aussi d'un instrument à l'autre, pour garder une sensation nouvelle. C'est peut-être plus cela.  C'est peut-être aussi le fait que nous chantions en trois langues (français, anglais et japonais pour Kumi) et que nous alternions les instruments qui multiplie cet effet là. Certains groupes ont des shakers, des grelots, un coup de marimba par ci, ce n'est pas notre truc. Puis avec un synthé, on peut faire beaucoup de choses.

Le fait que vous ayez trois cultures différentes apporte-t-il quelque chose ?

Indirectement certainement. Mais notre culture musicale n'est pas vraiment propre à nos origines.

Justement qui sont les groupes qui vous rassemblent ?

Maintenant il y en a car on est devenues amies. Parce que l'on est amies, on s'échange des disques, on va à des concerts, on se propose des choses, donc on a des points communs. Mais à l'origine, on n'en avait pas tant que cela. Peut-être Deerhoof ou Sonic Youth mais il n'y en aucun qui vient instantanément.

Kumi, tu as sorti un disque solo. Cette expérience a-t-elle apporté quelque chose à la musique de The Konki Duet ?

C'est un fonctionnement différent. C'est bien de s'aider des idées des autres car on peut proposer et échanger. On se confronte aussi à des problèmes et des compromis. Tandis que Kumisolo, c'est très pop, cela vient de moi et arrangé par d'autres gens avec qui je travaille et en qui j'ai confiance. Je leur laisse leur liberté, j'interviens de temps en temps mais c'est totalement différent.

Le EP qui sort ces jours-ci est en split avec Suzanne the Man. Comment s'est passée la rencontre et d'où vient l'envie de partager cet EP ?

Zoé l'avait croisée à Villette Sonique l'été dernier et lui avait dit qu'on avait un EP déjà prêt et qu'on voulait le sortir en le partageant avec un autre groupe. Et elle était dans la même situation. C'est amusant car Suzanne et moi nous suivons depuis des années, nous collaborons sur les mêmes disques (Nolderise par exemple).

Pouvez-vous définir votre musique en trois mots ?

Pour le premier album, c'était post pop baroque, pour le deuxième néo prog de chambre et là on a presque trouvé pour l'album à venir, le macho disco ! (rires)

Retrouvez The Konki Duet
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !
 

 

 
#Suzanne The Man##

En savoir plus :
Le site officiel de The Konki Duet
Le Myspace de The Konki Duet

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Camille         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

The Konki Duet (12 mars 2010)


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=