Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Nits
Strawberry Wood  (Strategic Marketing)  novembre 2009

The Nits ont sorti un nouveau disque. "Qui ?" vous répondra-t-on le plus souvent puisque ces orfèvres pop n'ont jamais eu le succès populaire qu'ils méritent. Pourtant, ce n'est pas la faute des critiques qui dès leurs débuts décrétaient que ce groupe était "incapable de produire de mauvais disque", Télérama les surnommant "le secret le mieux gardé de la pop", les Inrocks écrivant que "Amsterdam devrait leur élever une statue", ou Lenoir les invitant en black session à la sortie de l'album Da, Da, Da. Pourtant, malgré une critique unanime et un noyau de fidèles qui les suit depuis de nombreuses années, et ne souhaite que faire partager leur amour pour les auteurs de cette pop lumineuse, le succès du groupe reste, après trente-cinq ans et une vingtaine d'albums, confidentiel.

Dès le début du disque, cet opus s'affirme comme un très bon cru. "Hawelka" et "The Hours" indolents qui nous chatouillent les oreilles par leur côté aérien, le single "Distance" qui ressemble peut-être à d'autres chansons plus anciennes des Nits mais tellement au-dessus de la mêlée de ce qui peut passer en radio, puis "Departure" ballade triste aux claviers enivrants. Plus tard, le groupe chante en français, car ce groupe, au long des albums, s'est exprimé aussi bien en anglais, français, italien... une jolie chanson "La petite robe noire", hommage aux vraies fashion victims puisqu'elle évoque le cas d'une soudanaise fouettée pour avoir osé porter un pantalon en public.

Vers la fin de l'album, on trouve trois autres pépites, le très soul "Tannenbaum", là encore soutenu par les claviers de Robert Jan Stips, "Jisp" et ses ruptures de rythmes qui fait la part belle à l'un des batteurs les plus fins de la scène pop-rock, Rob Kloet, et enfin "Return", un retour en apothéose.

Si les Nits, après trente-cinq ans de carrière, ne nous surprennent plus autant qu'auparavant, ils arrivent néanmoins à nous emmener encore vers des sommets de toute beauté. Amsterdam est la capitale du diamant, les Nits en sont l'une des plus flamboyantes preuves.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Doing The Dishes de The Nits
L'interview de The Nits (19 mars 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de The Nits
Le Myspace de The Nits


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=