Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Amélie les crayons
Conférence de presse  (Printemps de Bourges)  23 avril 2004

Découvertes de la région Rhône-Alpes en tête à tête avec la chanteuse

Tout d’abord, d’où vient votre nom ?

C’est top secret ! Non, ce n’est pas vrai… En fait, c’est une question qui revient assez régulièrement. On a appelé notre deuxième album "Et pourquoi les crayons ?", et la réponse est dedans.

Comment en êtes-vous arrivés là ? Quel est votre parcours, votre formation ?

Moi je viens du théâtre de rue, je suis tombée dans la chanson un peu par hasard. On est quatre sur scène, trois garçons qui font de la musique : accordéon, piano, contrebasse et clarinette. On a des parcours assez différents chacun : un qui était artisan, l’autre ingénieur et puis finalement, ils se sont dirigés vers la musique à un moment donné de leur vie. Cela fait environ deux et demi qu’Amélie les Crayons existe.

Pourquoi avoir créé un univers gai, bucolique ? Est-ce juste pour le spectacle ou cela reflète-t-il votre personnalité ?

C’est un univers qui s’est fabriqué au fur et à mesure sur scène avec un personnage à part entière. C’est un archétype de femmes, au pluriel, comme plein de bouts de femmes en une seule personne. Il y a un coté bucolique, oui, mais derrière, il se cache des choses un peu étranges, notamment une fille un peu coincée mais qui, des fois, pète un plomb et devient rock’n’roll, quoi !

Qu’est-ce que cela représente pour vous d’être Découvertes du Printemps de Bourges 2004 ?

C’est une super fierté pour nous de pouvoir représenter la région Rhône-Alpes. C’est une grande occasion de jouer devant plein de professionnels à la fois, c’est extraordinaire parce que des fois on rencontre des gens du métier sur la route, mais pas autant d’un coup ! C’est l’occasion rêvée de pouvoir montrer qu’on existe.

Attendez-vous des retombées spéciales du Printemps ?

Rien de spécial, juste dire que nous, on est ça et on fait ça.

Graphistes, stylistes, vous avez l’air d’être bien entourés, est un mouvement de la région ou ces gens font-ils partie de votre propre entourage ?

En fait, c’est un peu comme ce qui se passe sur scène. J’ai rencontré des gens au fur et à mesure et j’ai eu envie de travailler avec eux, ils ont eu envie de travailler avec moi aussi, c’est une histoire de partage, de rencontres. Finalement, il s’est avéré que pour moi, le visuel et l’aspect scénique sont devenus très importants. La communication l’est aussi et c’est pour ça qu’on a des affiches avec ce qui se passe sur scène, c’est assez important pour moi de jouer sur le visuel.

Quelles sont vos influences musicales ? On parle souvent de vous en vous comparant à Jeanne Cherahl, qu’en pensez-vous ?

Super, moi j’aime Jeanne Cherahl. C’est quand même très différent, je sais pas si tu nous as déjà écouté mais il faut nous voir sur scène. C’est vraiment différent. J’ai rencontré Jeanne et on a tchatché, mais on a chacune notre route. Sinon j’ai pas mal écouté du classique parce que j’ai fait du piano classique pendant une dizaine d’années. J’aime aussi la musique traditionnelle, du monde et de France. En dehors de ça, je n’ai pas vraiment écouté beaucoup de chansons mais j’ai découvert par exemple Thomas Fersen, Clarika…et j’aime beaucoup leur travail. Je me sens assez proches de ces gens-là.

Etes-vous allée voir des concerts sur ce festival ?

Je n’en ai pas vraiment eu l’occasion, puis, il faut pouvoir rentrer. Mais par contre je suis allée voir quelques découvertes, mais après, c’est une histoire de temps, car ce sont les horaires où on tracte. Mais on a vu notamment Electro-chok. L’électro, moi c’est un truc que je ne connais pas et que je n’aime pas trop. Si une copine me dit, "Viens on va voir un concert d’électro", je dirai non. Et puis en fait, c’était très bien et j’ai beaucoup aimé.

Où en est la préparation du nouvel album ?

Ça y est, il part au pressage en fin de semaine, il arrive dans trois semaines. Il sera distribué dans toute la France par L’autre distribution et puis on va faire des tournées avec cet album-là.

Enfin, la petite question Froggydelight, comment définiriez-vous votre musique en trois mots ?

Ca peut être une expression ? Alors "dompteuse de coquelicots barjo" !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Amélie les crayons en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004


Céline         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=