Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Arpad Flynn - Carmen Maria Vega - Les Cowboys Fringants - The Black Box Revelation - Eiffel - Nada Surf - Gazelle - Fanfarlo - Revolver - Health  (Bourges)  jeudi 15 avril 2010

Printemps de BourgesAujourd’hui, au Palais d’Auron, soirée rock : The Black Box Revelation, Nada Surf, Eiffel et les BBrunes (qui à eux seuls remplissent la salle de jeunes filles en fleurs).

Les premiers sont les Black Box Revelation, à deux sur scène, qui ont d’entrée de jeu amené une ambiance très rock. Puis arrivent les américains francophones de Nada Surf. Belle surprise : claviers et trompette sont assurés par Martin Wenk de Calexico, qui amène sa petite touche personnelle très appréciable. On les a senti très détendus, alternant anciens titres (et tubes) et reprises. En effet, le groupe explique qu’ils ont sorti un album de reprises qu’ils ne vendent qu’en tournée pour le moment : If I had Hi Fi. Une prestation sans prétention, enchainant pourtant des titres cultes : reprises de "Love goes on" de The Go Between, de "Enjoy the Silence" de Depeche Mode et "Electrocution" de Bill Fox ou encore leur "Always Love" planant et le tube "Popular". Le public adhère, même les plus jeunes qui reprennent en chœur les refrains. Un son qui résonne dans les oreilles et qui rappelle toujours de bons souvenirs. Puis les français de Eiffel et BBrunes ont assuré la fin du spectacle.

Changement de décor et d’ambiance : direction l’Auditorium et son acoustique si agréable, avec une belle découverte : Fanfarlo. Ce groupe, créé en 2006, fait inévitablement penser à Arcade Fire mais aussi à l’esprit de Belle and Sebastian. Avec leur look année 80, pantalons à pinces, polos et chaussures bateau, tout propre sur eux, on a l’impression de voir une petite famille qui attire tout de suite la sympathie du public. Les accents folk et country sont toujours surprenants et se mêlent à ce joyeux bazar en beauté. Les morceaux gagnant en intensité nous font complètement plonger dans leur univers, même si nous ne connaissions pas l’album. C’est une musique chamarrée qui rallie vite tout le monde à sa cause, et qui égaie la soirée de chacun des spectateurs qui se pressent nombreux pour acheter leur album et le faire dédicacer sur le coin de la scène à la fin du concert.

Après la déferlante Fanfarlo, on imaginait difficile la tâche des jeunes Revolver pour arriver à regagner l'attention d'un public conquis par les non moins jeunes anglais et leur pop sautillante et farfelue. Si le fait que l'auditorium est assis est plutôt un atout pour calmer les ardeurs de tout public par trop enthousiaste, on comptait quand même surtout sur le talent légitimement affiché du groupe pour se mettre le public dans la poche qui avait quand même eu droit avant Fanfarlo à une sorte de soul, jazzy de Bosque Brown.

Mais la pop de Revolver a cela de bien qu'elle est plutôt douce et propre, assurant presque l'adhésion des plus anciens encore abasourdis par l'énergie des jeunes anglais mais qu'elle sait aussi se faire énergique et ludique, captant alors les suffrages des plus jeunes encore pas tout à fait remis de la petite heure passée avec Fanfarlo. De plus, à la faveur de quelques titres tubesques passés sur toutes les radios et sifflotés par sans doute 80% du public présent ce soir, c'est quand même assez détendu que le quatuor (pour ceux qui pensaient que le groupe était toujours en trio, il faut réactualiser vos tablettes) arrive sur scène et commence à livrer au public un show ... presque parfait.

Et c'est peut-être le plus gros problème de Revolver. Ce groupe est trop. Trop bon, trop inventif mais aussi trop propre, trop sage et trop obnubilé par la volonté de bien faire pour la communion tant attendue se fasse. Pourtant, les voix sont sublimes, les chants à trois voix vraiment charmeurs, le batteur est dans le ton, ni trop fort pour couvrir la pop délicate du groupe, ni trop mollasson pour jouer les faire valoir, le violoncelliste fait des prouesses de son instrument... Bref, c'est un beau concert, et l'énergie du groupe est réelle mais n'arrive pas à passer la fosse pour arriver jusqu'au public qui commence à s'en aller par grappe.

Pourtant, le groupe ne mérite pas cela, loin de là et quelques mots d'humour, notamment lors de la reprise d'un slow des Flamingo, "I only have eyes for you", en invitant le public à se lever et danser un slow, sont les bienvenus pour réduire cette étrange distance entre eux et nous, mais il y a toujours un truc qui coince même si on prend un grand plaisir à écouter cette musique qu'ils qualifient eux-mêmes de "pop de chambre" et qui a rencontré suffisamment de succès pour devenir rapidement une pop du salon de chacun d'entre nous.

Revolver est un excellent groupe de pop de chambre donc, une pop raffinée, légère et élégante, faite d'harmonies et de mélodies caressantes. Mais, malgré l'ajout du batteur, l'ensemble reste encore trop propret pour rendre leur écoute jubilatoire.

Néanmoins, à défaut d'avoir vu le concert évènement du Printemps, on aura vu assurément un excellent concert, d'un niveau que bien d'autres groupes pourraient leur envier. Avec la marge de progression que l'on devine, nul doute que l'avenir réserve à Revolver de bien belles choses, d'autant que tous les ingrédients de la réussite sont entre leurs mains.

Au Phénix, ce soir, à guichet fermé jouaient Carmen Maria Vega, Cœur de Pirate, Olivia Ruiz et Les Cowboys Fringants. Pour les deux premières artistes, la salle n’était pas forcément  adaptée, car trop grande, même si le public n’en a pas tenu rigueur. Les Cowboys, pour leur premier passage à Bourges, étaient tête d’affiche et ont tout fait pour mériter cet honneur. Leurs morceaux festifs et engagés ont fédéré le public dès les premières notes et amené la bonne humeur sous le chapiteau.

Parfois, on entre dans une salle de concert un peu par hasard, parce que la soirée touche à sa fin et que l'on a dû courir partout pour voir des concerts, faire des interviews, des photos... des trucs fantastiques à faire mais qui vous coupent les jambes aussi sûrement qu'un rhum arrangé.

Bref, on arrive ce soir là au 22, pour échapper aux Cowboys Fringants et après une courte hésitation entre les drôles de délires de Gazelle, à l'Est, on décide de passer à l'Ouest pour découvrir 4 drôles d'énergumènes sur scène en train de se démener comme des possédés et livrant une musique tendance ultra. Ultra forte, ultra puissante, ultra énergique, ultra inventive et ultra addictive.

Ce que l'on ne peut s'empêcher de remarquer avant tout, c'est un grand gaillard au milieu de la scène aux cheveux longs qui lui cachent entièrement le visage et qui est en train de sauter partout en faisant d'étranges bruits avec sa basse surpuissante. Ensuite, on remarque un géant derrière la batterie en train de taper comme un forcené et nous asséner des infra basses qui viennent nous titiller le plexus. Accroupi la plupart du temps se trouve un guitariste qui passe donc le plus clair de son temps à manipuler ses pédales et sans doute quelques synthétiseurs au sol, si on en croit les sons bizarres qu'il produit. Pour parfaire l'ensemble, un guitariste chanteur caché sous sa casquette joue discrètement les maîtres de cérémonie, chef d'orchestre indispensable à ce vacarme parfaitement organisé quelque part entre de la musique pour rave party et de la noisy façon My Bloody Valentine (difficile de ne pas au moins comparer la façon de chanter de l'homme à la casquette avec celle des MBV).

Le grand chevelu redouble d'effort pour se faire remarquer, tapant de toutes ses forces sur un tambour en secouant frénétiquement ses longs cheveux (frissons garantis et dégustation de gros sons de basses offerts dans le prix du concert !), utilisant un micro voix qu'il colle tantôt à la batterie, tantôt à l'ampli guitare pour en sortir d'autres sons encore plus étranges que tous les autres sons étranges déjà entendus depuis le début, et ainsi de suite.

Mais Health, puisque c'est le nom du groupe, n'est pas un groupe expérimental chiant et inécoutable, ni inaudible, comme on pourrait le croire. Derrière ce mur du son qui ne s'arrêtera qu'à la fin du concert, Health possède quelques morceaux vraiment incroyables et leurs expérimentations sonores sont parfaitement accessibles à tout un chacun (pour peu qu'il ne soit pas trop sensible des tympans) et avec un plaisir non feint.

L'autre concert qu'il ne fallait pas rater avec celui de Fanfarlo aujourd'hui était sans doute celui des américains de Health donc, qui devraient conquérir un public de plus en plus large, notamment grâce à la sortie de leur dernier album en date Get Color, débauche de trouvailles mélodiques et électroniques offrant un regard sinon différent, assurément complémentaire sur ce groupe atypique et enthousiasmant !

Coté Découvertes, si le chanteur de Arpad Flynn ressemble quelque peu à Arnaud Rebotoni (coupe sauvage, moustache et rouflaquettes), ce n'est peut-être pas par hasard. Si le parcours des deux hommes n'est évidemment pas semblable, la musique des Arpad Flynn rappelle parfois celle du leader de Black Strobe, gomina en moins : énergique, rock, aux guitares incisives, à la basse perforante tout comme la batterie et avec son lot d'électronique mélodique et entêtante.

Le résultat est sans appel, Arpad Flynn sur scène ça envoie du lourd. A peine intimidé par l'enjeu, c'est-à-dire participer à une scène découvertes dans un festival prisé des programmateurs, tourneurs et autres labels managers, Arpad Flynn joue sans retenue, mais sans précipitation, bien décidé à gérer sa demi-heure au mieux plutôt que de tenter une démonstration de force zélée. 30 minutes seulement et un pari réussi pour eux car la salle est de toute évidence réceptive au rock des stéphanois (nos fidèles lecteurs savent que Saint-Etienne est un joli coin pour faire de la musique en ce moment avec les B R OAD WAY, Angil et autre Raymonde Howard) qui se font visiblement plaisir sur scène, plaisir tout aussi communicatif que l'énergie déployée.

De titres très pop (un petit air de Cure sur certains titres peut-être ?) à des morceaux tout en puissance et totalement hypnotiques, effet renforcé par les gesticulations savantes du chanteur, le registre de Arpad Flynn est impressionnant de diversité, de maitrise et d'influences ingérées et surtout digérées.

Une découverte, certes, mais un groupe qui ne devrait pas rester anonyme longtemps et pas seulement parce qu'il offre des savonnettes à leur nom au stand merchandising.
A noter que leur premier album sortait justement ce même jour et que nous vous en reparlerons très rapidement sur Froggy's Delight. En attendant, filez les voir en concert, réclamez les aux salles près de chez vous et surtout foncez sur cd1d.com pour vous procurer le disque !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Arpad Flynn en concert au Triomphe (16 octobre 2008)
Arpad Flynn en concert à Arpad Flynn - Scratch Bandits Crew - Bach in the Days (Rewind et Thomas Fresneau) - Loduband (31 janvier 2009)
Arpad Flynn en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 24 juillet 2010)
La chronique de l'album Santa Maria de Carmen Maria Vega
Carmen Maria Vega en concert au Fil (18 décembre 2008)
Carmen Maria Vega en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - jeudi
Carmen Maria Vega en concert au Transbordeur (vendredi 19 novembre 2010)
Carmen Maria Vega en concert au Festival Les Nuits Peplum d'Alesia #11 (édition 2011) - dimanche
Carmen Maria Vega en concert aux Trois Baudets (jeudi 14 janvier 2016)
La chronique de l'album La femme chocolat de Olivia Ruiz
Olivia Ruiz en concert au Tryptique (11 mai 2004)
Olivia Ruiz en concert à l'Espace Kiron (26 avril 2005)
Olivia Ruiz en concert à La Cigale (14 novembre 2005)
Olivia Ruiz en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Olivia Ruiz en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Olivia Ruiz en concert au Festival Art Rock 2007 (Samedi et Dimanche)
Olivia Ruiz en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (samedi)
Olivia Ruiz en concert au Fil ( 15 mai 2009)
Olivia Ruiz en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Olivia Ruiz en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Jeudi
La chronique de l'album Les yeux fermés de Eiffel
La chronique de l'album Live aux Eurockéennes de Belfort 6 juillet 2003 de Eiffel
La chronique de l'album Ma part d'ombre de Eiffel
La chronique de l'album Tandoori de Eiffel
La chronique de l'album Le Temps des Cerises et Gagnants / Perdants de Eiffel - Noir Désir
La chronique de l'album A Tout Moment de Eiffel
Eiffel parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album Foule Monstre de Eiffel
La chronique de l'album Stupor Machine de Eiffel
Eiffel en concert à La Cigale (22 octobre 2003)
Eiffel en concert à La Maroquinerie (15 janvier 2007)
Eiffel en concert au Bataclan (4 avril 2007)
Eiffel en concert au Festival Class'Eurock 2007
Eiffel en concert à l'Olympia (19 novembre 2007 )
Eiffel en concert au Fil (jeudi 29 octobre 2009)
Eiffel en concert au Bataclan (mercredi 18 novembre 2009)
Eiffel en concert à Flèche d'or (lundi 14 décembre2009)
Eiffel en concert au Centre Culturel Paul Baillart (jeudi 6 mai 2010)
Eiffel en concert au Festival Le Chant de Foire #15 (2010)
Eiffel en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 6 août 2010)
Eiffel en concert au Zénith (vendredi 15 octobre 2010)
Eiffel en concert au Trianon (mercredi 28 novembre 2012)
L'interview de Eiffel (octobre 2003)
L'interview de Eiffel (8 décembre 2006)
L'interview de Eiffel (31 août 2009)
L'interview de Eiffel (vendredi 6 août 2010)
L'interview de Eiffel (mercredi 12 septembre 2012)
L'interview de Eiffel (mercredi 22 février 2019)
La chronique de l'album La Grand-messe des Cowboys fringants
La chronique de l'album Attache ta tuque des Cowboys Fringants
La chronique de l'album L'Expédition des Cowboys Fringants
La chronique de l'album Que du vent des Cowboys Fringants
Les Cowboys Fringants en concert au Grand Rex (7 novembre 2005)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Les Cowboys Fringants en concert aux Docks (30 avril 2007)
Les Cowboys Fringants en concert à l'Olympia (3 février 2009)
Les Cowboys Fringants en concert à L'Olympia (mardi 7 février 2012)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival international de la chanson de Granby 2013 (45ème édition) - jeudi 12 septembre
L'interview des Cowboys Fringants (novembre 2005)
L'interview des Cowboys Fringants (29 janvier 2009)
La chronique de l'album Set your head on fire de The Black Box Revelation
La chronique de l'album Silver Threats de The Black Box Revelation
The Black Box Revelation en concert au Fil (8 avril 2009)
The Black Box Revelation en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
The Black Box Revelation en concert à Aéronef (samedi 9 octobre 2010)
The Black Box Revelation en concert à La Maroquinerie (lundi 11 octobre 2010)
The Black Box Revelation en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
The Black Box Revelation en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)
La chronique de l'album Let Go de Nada Surf
La chronique de l'album Live in Brussels de Nada Surf
La chronique de l'album The Weight Is A Gift de Nada Surf
La chronique de l'album If I Had a Hi-Fi de Nada Surf
Nada Surf en concert à l'Elysée Montmartre (20 novembre 2005)
Nada Surf en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Nada Surf en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Nada Surf en concert au Festival International Benicàssim 2008
Nada Surf en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Nada Surf en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 31 juillet 2010)
La chronique de l'album Caravane Gazelle de Olivier Calmel, ArteCombo, Julie Martigny
La chronique de l'album Reservoir de Fanfarlo
Fanfarlo en concert au Festival Primavera Sound 2008
Fanfarlo en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (samedi 7)
La chronique de l'album Pop de Chambre (EP) de Revolver
La chronique de l'album Music For A While de Revolver
La chronique de l'album Julien Bouchard - Kissamilé - Manuel Etienne - Hoboken Division - Orwell - The Wise Dude’ de Pop à Noël
Revolver en concert à EMI ( 6 mai 2008)
Revolver en concert au Bataclan (31 octobre 2008)
Revolver en concert au Festival GéNéRiQ 2009
Revolver en concert au Grand Mix (dimanche 14 mars 2010)
Revolver en concert à Main Square Festival 2012 - Samedi
Revolver en concert au Fil (mercredi 7 novembre 2012)
L'interview de Revolver (14 mai 2009)
L'interview de Revolver (15 avril 2010)
La chronique de l'album Get Color de Health
La chronique de l'album The National Health de Maximo Park
La chronique de l'album DEATH MAGIC de HEALTH

En savoir plus :
Le site officiel du Printemps de Bourges


Céline & Rickeu & David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Eiffel (26 avril 2019)
Eiffel (12 septembre 2012)
Eiffel (7 août 2010)
Eiffel (31 aout 2009)
The Black Box Revelation (11 octobre 2010)
The Black Box Revelation (14 décembre 2009)
Revolver (5 juillet 2008)


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=