Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le Printemps de Bourges 2010 (vendredi 16)
Chapelier Fou - Tunng - Midlake - The Fitzcarraldo Sessions - Les Françoises - Wave Machines - Fool’s Gold - BLK JKS  (Bourges)  vendredi 16 avril 2010

Printemps de BourgesComme souvent, le premier concert de la soirée se déroule à l’Auditorium. Et c’est Louis Warynski, alias Chapelier Fou, qui ouvre le bal, qui sera suivi par les Britanniques de Tunng et les Texans de Midlake. Ce jeune homme, originaire de Metz a une actualité récente assez chargée : suite à deux EP sortis en 2009, l’album 613 est arrivé en 2010. Découverte du Printemps en 2008, le Chapelier, seul en scène, revient ce soir devant le public calme de l’Auditorium. Le fait que toute la salle soit assise n’a pas toujours permis d’établir une connivence parfaite entre le musicien seul, debout et le public statique.

Ce virtuose du violon (il en joue depuis ses 6 ans) jongle entre son instrument fétiche et la guitare puis avec ses machines compliquées. Les mélodies sont harmonieuses et planantes et il s’inspire des grandes références de la mouvance de la musique répétitive américaine, et des précurseurs de la musique électro, entre autres. Tel un mathématicien ultra organisé, il construit sa musique au fil des morceaux, à partir de rythmiques et voix pré-enregistrées, puis ensuite ses propres samples live de guitare ou violon. Le titre "Secret Handshake" a permis de créer une osmose qui, hélas, n’a pas persisté tout au long de cette véritable performance artistique. Chapelier Fou, un concentré de talent avec une personnalité unique qui nous séduit par son sens inné de la mélodie, tant sur scène que sur nos platines.

Toujours auréolée d'une certaine image arty, la pop de Tunng est pourtant loin d'être élitiste et inaccessible. Ce vendredi soir à l'auditorium, Tunng en a encore fait la démonstration, même si la froideur du lieu ne jouait pas en la faveur de ce groupe un peu perdu sous ce haut plafond et donc la musique intimiste se perdait un peu dans les fauteuils trop confortables de cette belle salle.

Car si la chanteuse sait faire de beaux effets de feston avec sa belle robe de bal, on est loin d'une musique de fête foraine ici mais plutôt d'une pop travaillée et subtile jusque dans les moindre illustrations sonores (bruits d'eaux, bruits d'entrechoquements...), à peine perceptible pour qui perd quelques secondes d'attention.

Quoi qu'il en soit, difficile de ne pas se laisser embarquer par leur musique à la fois mélancolique et entrainante, créant des ambiances dans lesquelles il fait bon se prélasser et offrant sur scène, comme tous les bons groupes, une lecture de leurs albums différente et toujours surprenante : le DJ prend une place non négligeable dans les compositions, apportant une densité forte, en contre-point parfait aux instruments organiques qui font la signature du groupe. Un beau concert, relaxant après l'énergie sonore de Chapelier Fou et qui apporte une bien-être nécessaire à l'arrivée de Midlake sur les planche de l'Auditorium.

Midlake a donc la lourde tâche de prendre la suite de Tunng mais surtout de jouer exactement en même temps que les Fitzcarraldo Sessions au Palais d'Auron, une des rares erreurs de programmation sur ce festival, interdisant un large public commun aux deux groupes d'assister aux deux concerts... Qu'à cela ne tienne, fais ton choix camarade comme on dit, alors on fait un choix et on se partage le job.

Midlake, ce sont sept barbus et chevelus, chemises à carreaux de rigueur, évidemment. Mais là où il y a du barbu américain, il n'y a pas forcément une musique aux cheveux gras qui sent le purin. Loin de là, faisons fi des clichés. La musique de Midlake fait dans la délicatesse et l'élégance, héritant bien entendu de la country folk américaine mais aussi beaucoup de la pop raffinée de quelques pointures du songwriting, pas si éloigné de cela de Nick Drake ou dans un autre genre des Flamming Lips.

Sept gaillards dont la musique tantôt aérienne, tantôt plus progressive, pour ne pas dire psychédélique (comme cet avant-dernier titre à rallonge au final chaotique ou le dernier titre qui commence par une superbe mélodie jouée à deux flutes traversières (oui, je vous le dis, ça ne sent pas le purin chez Midlake) et qui se termine dans un remue-ménage énergique et inspiré. Sept gaillards et quatre guitares, une batterie, une basse et un clavier également maître dans la flûte traversière. Sept gaillards aux voix de crystal qui chantent souvent à 2, 3 voire 4 voix.

Un concert sublime, forcément et de façon parfaitement subjective, un concert d'un groupe indispensable qui ferait passer les jeunots de Revolver pour un groupe de bal du 14 juillet. Un groupe qui fait que malgré tout, je suis finalement bien content de ne pas avoir accompagner mes camarades au concert des Fitzcarraldo Sessions...

De notre côté, après une interview de l’homme au chapeau, nous filons au Palais d’Auron pour voir The Fitzcarraldo Sessions, qui ont dû faire face à l’absence imprévue de Craig Walker (problème d’avion et de volcan…). Malgré cet incident de dernière minute, ils ont assuré une prestation époustouflante. The Fitzcarraldo Sessions, ce sont les musiciens de Jack The Ripper sans le chanteur, qui se sont lancés dans un projet hors du commun, en composant des petites pépites pour des artistes qu’ils ont choisis et avec qui ils partagent une partie de leur univers. Dès le premier morceau, instrumental, on reconnait la patte de ces sept musiciens, une multitude de cordes, nappée de cuivres, tel Calexico. L’intensité de ce morceau est une introduction qui annonce déjà  la beauté de ce concert. Ensuite, les invités s’enchainent : Marc Huyghens (ex Venus), Phoebe Killdeer, Rosemary (Moriarty), Stuart Staples, Jonathan Morali (Syd Matters). Marc Huyghens a interprété "L’instable" qui, sur l’album, est chantée par Dominique A. Puis il a remplacé Craig Walker au pied levé, rassuré par sa feuille de paroles (qu’il a lâchée très vite) et par le regard encourageant des musiciens : un beau moment.

Rosemary se lance dans une chorégraphie avec Phoebe Kildeer, sur une chanson aux accents jazzy et cabaret et on sent que la salle, ne connaissant pas forcément les morceaux, est captivée et le restera jusqu’à la fin.

Malgré le timing serré du Printemps de Bourges, qui ne leur a pas permis autant de latitude que pour leur dernier spectacle parisien, le concert s’est terminé par les forts applaudissements du public et pendant leur salut final, on a pu sentir toute la fierté des instigateurs de ce projet follement ambitieux et réussi.

La soirée se poursuit avec une création du Printemps de Bourges : Les Françoises. Le principe est original : réunir les grands noms de la scène française actuelle féminine et chacune interprète la chanson d’une autre, puis des reprises et des inédits. Une grande partie du public était venue pour assister à ce spectacle (mis en avant pendant la promotion du festival) et à l’arrivée sur scène des demoiselles masquées, chacun y allait de son petit commentaire sur l’identité de chacune. Sur scène il y avait donc : Camille, La Grande Sophie, Olivia RuizEmily Loizeau, Jeanne Cherhal et Rosemary qui ont triomphé, terminant en douceur et émotion avec une reprise de "Flori Canto" de Lhasa.

Au 22, nous retrouvons les Wave Machines, de Liverpool. Ces garçons sont déjà en haut de la vague  en ce moment, portés par le vent des bonnes critiques de la presse spécialisée, à l’instar des Vampire Week End, ou des Fool’s Gold (présents plus tard dans la soirée). Leur musique se caractérise par le paradoxe entre un son puissant, aux rythmes instinctifs et une indie pop légère et entrainante. Pas besoin de connaitre le groupe, le public est d’emblée emmené par cette sympathique bandes de musiciens, dont le leader, Tim Bruzon, s’essaie au français avec succès. Sur certains morceaux, Carl Brown pose sa voix, et amène une ambiance planante et plus intime, tout aussi agréable et chaleureuse. Un set très appréciable qui justifie l’engouement des médias pour ce groupe, à suivre de près.

Après une courte, c'est au tour de BLK JKS d'investir la scène. Ce groupe venu d'Afrique du Sud au nom étrange qui se prononce en fait tout simplement Black Jacks (vous saurez pourquoi il manque des lettres en découvrant dans les prochains jours l'interview du groupe) jouait ce vendredi soir au 22 Ouest, juste après les très pop Wave Machines et pas longtemps avant les pénibles Plasticines. Résultat, un public entre deux eaux pas forcément préparé à ce qui allait se passer sur scène pendant ce trop court concert de ces sacrés énergumènes de BLK JKS.

45 minutes de maesltrom sonore aux basses puissantes entre musique funk et construction jazz tenant autant des expérimentations sonores de TV On The Radio (et pas seulement parce qu'il y a des blacks dans les deux groupes) que de la world music, du rock et de la musique traditionnelle sud-africaine puisque les garçons ne se gênent pas pour chanter en zoulou, même si le chant est masqué grandement par les déchainement du batteur dont les dreadlocks impressionnantes s'agitent en contre-jour au fond de la scène et les guitares hypnotiques qui, au même titre que le post-rock puissant de Mogwai par exemple, laisse le spectateur vidé et pantois.

Cet objet sonore atypique et difficilement identifiable aura en tout cas certainement ravi les quelques dizaines de spectateurs qui auront su rester jusqu'au bout du concert et auront eu la curiosité de la découverte avant un repos bien mérité pour attaquer le samedi de bon heure et de bonne humeur, grâce à ce concert absolument jouissif permettant de terminer sur une bonne note...

Comment ? Est-ce qu'on est resté pour les Plasticines ? Ah zut, nous n'y avons plus pensé, c'est bête.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Chapelier Fou
La chronique de l'album Scandale ! EP de Chapelier Fou
La chronique de l'album 613 de Chapelier Fou
Chapelier Fou parmi une sélection de singles (mai 2011)
La chronique de l'album Invisible de Chapelier Fou
La chronique de l'album Deltas de Chapelier Fou
La chronique de l'album Fuses EP de Chapelier Fou
La chronique de l'album Kalia de Chapelier Fou
La chronique de l'album ! de Chapelier Fou
Chapelier Fou en concert au Fil (26 septembre 2009)
Chapelier Fou en concert au Bataclan (vendredi 12 mars 2010)
Chapelier Fou en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Jeudi
Chapelier Fou en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition)
L'interview de Chapelier Fou (16 avril 2010)
L'interview de Chapelier Fou (avril 2012)
La chronique de l'album Comments Of The Inner Chorus de Tunng
La chronique de l'album Good arrows de Tunng
La chronique de l'album This is Tunng... Live from the BBC de Tunng
La chronique de l'album Turbines de Tunng
La chronique de l'album Song You Make at night de Tunng
Tunng en concert à L'Aire Libre (6 décembre 2007)
Tunng en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Tunng en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Tunng en concert au Festival Furia Sound 2009
L'interview de Tunng (28 mars 2008)
La chronique de l'album Bamnan and Slivercork de Midlake
La chronique de l'album The trials of Van Occupanther de Midlake
La chronique de l'album The Courage of Others de Midlake
Midlake en concert au Festival Les Inrocks 2006
Midlake en concert au Festival Le Rock dans tous ses Etats 2007 (samedi)
Midlake en concert au Grand Mix (jeudi 15 avril 2010)
Midlake en concert au Festival Les Inrocks Black XS 2010 (Jour 2
Midlake en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
Midlake en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - vendredi
L'interview de Midlake (16 avril 2010)
La chronique de l'album We hear voices de The Fitzcarraldo Sessions
L'interview de The Fitzcarraldo Sessions (16 avril 2010)
La chronique de l'album Wave if you're really there de Wave Machines
La chronique de l'album Pollen de Wave Machines
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
Wave Machines en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (mercredi 4)
Wave Machines en concert au Festival Rock en Seine 2010 (dimanche 29 août 2010)
La chronique de l'album After Robots de BLK JKS
L'interview de BLK JKS (16 avril 2010)
La chronique de l'album Weather's coming de Phoebe Killdeer and the Short Straws
Phoebe Killdeer en concert au Nouveau Casino (26 mars 2008)
Phoebe Killdeer en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Phoebe Killdeer en concert au Festival Les Femmes s'en melent #11 (2008)
Phoebe Killdeer en concert au Fil (vendredi 10 février 2012)
Phoebe Killdeer en concert au Trianon (mercredi 28 novembre 2012)
L'interview de Phoebe Killdeer (13 mars 2008)
La chronique de l'album Gee whiz but this is a lonesome town de Moriarty
Moriarty parmi une sélection de singles (octobre 2011)
Moriarty en concert à La Maroquinerie (15 octobre 2007)
Moriarty en concert au Festival GéNéRiQ 2008 (6 mars 2008)
Moriarty en concert à Hey Hey My My - Moriarty - Deportivo - Beat Assailant (21 juin 2008)
Moriarty en concert au Festival International Benicàssim 2008
Moriarty en concert à l'Olympia (lundi 13 octobre 2008)
Moriarty en concert à Théâtre Sébastopol (lundi 8 novembre 2010)
Moriarty en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
Moriarty en concert au Fil (samedi 24 novembre 2011)
L'interview de Moriarty (16 octobre 2007)
La chronique de l'album Lucky dog recordings de Stuart Staples
La chronique de l'album Leaving songs de Stuart Staples
Stuart Staples en concert au Festival La Route du Rock 2006 (samedi)
L'interview en VO de Stuart Staples(20 avril 2006)
L'interview de Stuart Staples (20 avril 2006)
La chronique de l'album Ghost days de Syd Matters
La chronique de l'album Brotherocean de Syd Matters
Syd Matters en concert à La Cigale (5 octobre 2005)
Syd Matters en concert à L'Antipode (5 novembre 2005)
Syd Matters en concert au Trianon (1er février 2006)
Syd Matters en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
Syd Matters en concert au Splendid (dimanche 17 avril 2011)
Syd Matters en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - dimanche
L'interview de Syd Matters (14 décembre 2007 )
La chronique de l'album Love Musik de Camille Bazbaz
La chronique de l'album Mille bouches de Camille Hardouin
Camille en concert au Festival Art Rock 2005 (Dimanche)
Camille en concert au Festival Solidays 2005 (dimanche)
Camille en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (samedi)
Camille en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
Camille en concert au Festival Fiesta des Suds
Camille en concert au Café de la Danse (dimanche 18 décembre 2011)
Camille en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Camille en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition
Camille en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Samedi
Camille en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Camille en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Samedi 15 septembre
Camille en concert à Dame de Canton (jeudi 19 février 2015)
Camille en concert au Festival Chansons & Mots d'amou #4 (édition 2015)
Camille en concert au Festival Chansons et Mots d'Amou (édition 2015)
Camille en concert à Théâtre de la Verdière (dimanche 17 juillet 2016)
Camille en concert au Festival Les Francofolies de La Rochelle #32 (édition 2016)
Camille en concert à L'étrange petit sirène (mercredi 9 novembre 2016)
Camille en concert au Festival Détours de chant #16 (édition 2017)
Camille en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)
La Grande Sophie en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)
La Grande Sophie en concert à l'Elysée Montmartre (Festival Life Live) (18 décembre 2005)
La Grande Sophie en concert à Paléo Festival #34 (2009)
La chronique de l'album La femme chocolat de Olivia Ruiz
Olivia Ruiz en concert au Tryptique (11 mai 2004)
Olivia Ruiz en concert à l'Espace Kiron (26 avril 2005)
Olivia Ruiz en concert à La Cigale (14 novembre 2005)
Olivia Ruiz en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Olivia Ruiz en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Olivia Ruiz en concert au Festival Art Rock 2007 (Samedi et Dimanche)
Olivia Ruiz en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (samedi)
Olivia Ruiz en concert au Fil ( 15 mai 2009)
Olivia Ruiz en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - jeudi
Olivia Ruiz en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Olivia Ruiz en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Jeudi
La chronique de l'album L'autre bout du monde de Emily Loizeau
La chronique de l'album Pays Sauvage de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au Nouveau Casino (27 septembre 2005)
Emily Loizeau en concert à La Maroquinerie (Soirée Fargo all stars) (27 février 2006)
Emily Loizeau en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Emily Loizeau en concert au Festival en Campagne 2007
Emily Loizeau en concert au Festival Fnac Live #4 (édition 2014)
La chronique de l'album Charade de Jeanne Cherhal
Jeanne Cherhal en concert à La scène (4 mai 2004)
Jeanne Cherhal en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Jeanne Cherhal en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (vendredi)
Jeanne Cherhal en concert au Trianon (30 novembre 2006)
Jeanne Cherhal en concert au Rive Gauche (5 décembre 2006)
Jeanne Cherhal en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (mercredi)
Jeanne Cherhal en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
La conférence de presse de Jeanne Cherhal (8 juillet 2005)

En savoir plus :
Le site officiel du Printemps de Bourges


Céline & Rickeu & David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Tunng (28 mars 2008)
El Hijo & The Fitzcarraldo Sessions (13 juillet 2011)
Phoebe Killdeer and the Short Straws (13 mars 2008)
Syd Matters (14 décembre 2007)


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=