Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Comme si de rien n'était
Théâtre Aleph  (Paris)  avril 2010

Comédie dramatique de Oscar Castro et Sylvie Miqueu, mise en scène de Nissim Sharim et Oscar Castro, avec Sylvie Miqueu et Oscar Castro.

Venir au Théâtre d’Aleph n’est pas le fruit du hasard et le maître de céans, Oscar Castro, homme de théâtre chilien, dramaturge et comédien, ne le démentira pas, lui qui évoque les bons esprits andins qui veillent sur le lieu et qui y amènent ceux qui, venus une fois, y reviennent fidèlement. Et ébruitent l’adresse comme en ce moment.

A l’affiche, entre autres opus maison, une comédie intitulée "Comme si de rien n’était" à déguster avec un cœur simple et généreux comme ceux qui vous accueillent dans ce théâtre singulier comme dans une maison ouverte et bienveillante.

Emilio et Suzette. Un couple de comédiens qui a passé de nombreuses années ensemble, à la scène comme à la ville. Ennui, usure, chamailleries, encore un peu de tendresse. Et vlan, Emilio s’éclate la tête dans sa douche en glissant sur le savon.

Voilà venu le moment du grand départ, voyage pour l’inconnu pour l’un, libération pour l’autre, à moins que tout ne soit pas si simple que cela

Oscar Castro et Sylvie Miqueu ont écrit à quatre mains et jouent à l’unisson, chacun sa partition, une comédie baroque et métaphysique qui mêle fiction et réalité sous forme d’une tragi-comédie burlesque arrosée d’épisodes musico-kitsch jubilatoires.

Un cocktail détonant et une recette unique et savoureuse dont le Théâtre Aleph semble avoir seul le secret et qui sert toujours les thématiques universelles et intemporelles au centre des préoccupations des hommes.

Car cette comédie aborde non seulement l’énigmatique et mystérieux moment du "passage" quand l’homme, ou l’âme, ou les rémanences organiques des cellules encore en état de stupeur, selon les convictions de chacun, mais également le thème du bonheur, qui tient souvent à si peu de chose, si discret qu’il passe souvent inaperçu et n’existe que rétrospectivement, et celui de l’amour qui est plus tenace qu’il n’y paraît.

Sylvie Miqueu et Oscar Castro, petit bonhomme pétulant avec son accent à couper à la machette et ses dérapages sémantiques dans sa langue natale, entraînent le public dans ce temps magique du théâtre, comme l'indique le sous titre de la pièce, "la vie et la mort suspendues le temps d’une comédie", avec une comédie drôle, pertinente et malicieuse qui s’inscrit résolument dans un théâtre populaire vraiment roboratif qui lave la tête des postures théâtreuses.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=