Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le Printemps de Bourges 2004
Cali - Sanseverino - Bashung - Bénabar  (Le Phenix)  24 avril 2004

Premier artiste à entrer sur scène : Cali, le ptit nouveau.
Dès le premier morceau, même de loin, on aperçoit sa crinière voler dans tous les sens, c’est qu’il sait bouger le petit catalan ! Une musique qui trouve son public dans tous ces jeunes venus voir le nouveau phénomène Bénabar. Cali a bien su capter l’attention de tout le monde, on frappe dans les mains, on chante, on en redemande.
En pro, il a joué sa musique, s’est approprié la salle et le public, pas facile quand on a plus de cinq mille personnes devant soi ! La soirée s’annonce plutôt bien, même si l’on sent qu’elle est celle des huiles, avec toutes une partie des gradins réservés, la venue programmée du ministre de la culture, bref la grosse soirée du samedi soir ! C’est vrai qu’on imaginait mal Monsieur le ministre se dandiner au son des Franz Ferdinand...

Ensuite, petite pause, et Sanseverino arrive, mais moi, toute être humain que je suis, je dois bien aller manger !! Et vu mon peu de goût pour la musique, le "jazz manouche" de cet artiste, j’en profite pour m’éclipser !

Quelques temps plus tard (eh oui on fait la queue, même pour manger de la m... !), je reviens me glisser à travers toute cette chaleur humaine. Bashung a déjà joué plusieurs morceaux, et je sens dès le début une drôle d’ambiance... Les gens devant sont heureux, applaudissent un Bashung certes un peu intimidé par une si grande audience mais toujours aussi doué. Il joue, joue, et joue encore, des morceaux de son dernier album, puis revisite les grands classiques. Et, moi qui le voyais pour la première fois, j’étais plutôt conquise, la musique me prenait vraiment, et je comprends mal comment la presse a pu trouvé ce concert "froid".

C’est le public, toutes ces minettes et ces trentenaires bien rangés qui n’attentaient que Bénabar, qui était froid. Car au bout d’un moment, l’homme aux lunettes noires part, puis, malgré le manque d’applaudissements pour un rappel, revient, et pour encore une demi-heure ! Eh oui, monsieur Bashung s’est octroyé SON rappel, il continue, sourd aux huées de la foule venant des gradins et réclamant en vain leur cher "Bénabar Bénabar !" ... Il mise sur la provoc’, en jouant des morceaux aux titres évocateurs, tels que "Faisons envie" ...(très beau duo au piano d’ailleurs).

Bref, je pense qu’ici, on peut parler d’erreur de programmation. On avait ce soir deux grandes figures, avec un jeune artiste (trois ans de carrière) en tête d’affiche face à un vieux de la vieille qui se fait huer... Je pense que le public de ces deux chanteurs est radicalement différent, on peu aimer les deux, bien sûr, mais ce n’est pas pareil. Alors, oui, il est vrai que c’est aussi ce qui fait la richesse de ce festival, et parfois, cela marche très bien (voir Calexico et M, qui pourtant sont à l’opposé dans leur genre musical !) mais cela peut aussi gâcher un peu un concert...car Bashung, à peine le temps d’être applaudi par ses fans qui étaient présents aussi, a été coupé par un brusque rallumage de la salle. Il faut quand même noter qu’il avait fait prendre un sacré retard dans le déroulement de la soirée !

Pendant l’installation, un petit intermède militant des intermittents, clairement destinés aux élus présents. Encore un peu de retard et enfin, l’homme le plus attendu de la soirée arrive ! Tonnerre d’applaudissements, et lui nous remercie d’être restés jusqu’au bout. Bon, et puis, lui il n’y est pour rien, il faut bien se le dire ! Alors, Bénabar, c’est un phénomène, de société, mais aussi sur scène. On ne peut nier son talent, son charisme, sa capacité à titiller les gens, à les faire participer et à relativiser ce succès. Entre humour et cynisme, il réussit à me faire oublier l’agacement que j’avais eu auparavant. Une très bonne prestation, c’est du Bénabar, certes, mais c’est un beau concert !

Soirée donc un peu spéciale pour mon dernier concert, mais avec de très beaux moments musicaux.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'amour parfait de Cali
La chronique de l'album La vie ne suffit pas de Cali
La chronique de l'album L'Espoir de Cali
Cali en concert au Café de la Danse (1er juillet 2003)
Cali en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)
Cali en concert au Festival de Dour 2004 (dimanche)
Cali en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (samedi)
Cali en concert à l'Olympia (21 novembre 2005)
Cali en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Cali en concert au Festival Le Rock dans tous ses états 2006 (vendredi)
Cali en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Cali en concert à Théâtre antique (28 juillet 2006)
Cali en concert au Festival de Saint Nolff 2006 - Fichez nous la paix !
Cali en concert au bordel magnifique - Live (octobre 2006)
Cali en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Cali en concert à Zénith (14 et 15 avril 2008)
Cali en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Vendredi
Cali en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Cali en concert au Festival Furia Sound 2008
Cali en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Dimanche
L'interview de Cali (juillet 2003)
La conférence de presse de Cali (10 juillet 2004)
La chronique de l'album Les Faux Talbins de Sanseverino
Sanseverino en concert au Festival Les Rockeurs ont du coeur 2005
Sanseverino en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (jeudi)
Sanseverino en concert au Festival Les Nuits Secrètes
Sanseverino en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)
Sanseverino en concert au Fil (vendredi 18 décembre2009)
La chronique de l'album Bleu Pétrole de Alain Bashung
La chronique de l'album Fantaisie Militaire de Alain Bashung
La chronique de l'album Dirty Old Band ose Bashung de Dirty Old Band
Bashung en concert au Festival Artrock 2004
Bashung en concert au Festival Solidays 2004 (vendredi)
Bashung en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (vendredi)
Bashung en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Dimanche
Bashung en concert au Festival Fiesta des Suds
Benabar en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
Benabar en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (Vendredi)
Benabar en concert au Festival Du Bout Du Monde 2006
Benabar en concert au Festival Les Vieilles Charrues (vendredi)
Benabar en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Benabar en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
La conférence de presse de Bénabar (11 juillet 2004)


Céline         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=