Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Daniel Johnston & The Beam Orchestra
Le Splendid  (Lille)  dimanche 18 avril 2010

Je ne pouvais imaginer voir un jour Daniel Johnston sur scène, pas seulement pour la raison que ses concerts sont rares, mais aussi parce qu’il m’est difficile d’assister à la fragilité psychologique d’artistes se produisant en spectacle – comme s’il y avait là une indécence : quelque chose de l’ordre du voyeurisme.

Et dans le cas du chanteur américain, je savais le style de prestation que j’allais découvrir : je l’avais récemment aperçu dans une vidéo sur internet, interprétant de sa voix inimitable une de ses anciennes chansons, mais d’une manière troublante : son instabilité (nerveuse, psychique, mentale), visible sur la vidéo par plusieurs signes physiques, contrastait avec son plaisir évident de chanter. Comme si pour Daniel Johnston ces défaillances avaient moins d’importance que l’émotion musicale suscitée.

J’ai finalement décidé de ne pas rater son passage à Lille pour deux raisons. D’abord parce que je n’ai jamais oublié son album de 1994, Fun, qui a beaucoup compté pour moi – ma subjectivité m’avait alors dispensé de savoir si ce disque était son meilleur ; et s’il était nécessaire de connaître les autres albums (environ une vingtaine) – je n’ai pas la manie des collectionneurs. Ensuite – deuxième raison – parce que le journaliste Pierre Siankowski a écrit sur le site des Inrocks un article dégueulasse sur le chanteur, d’une méchanceté effarante, qu’il me fallait rectifier d’une manière ou d’une autre – la réfutation dans ce cas m’apparaissant comme vaine.

Je m’explique : réduire Daniel Johnston à ses problèmes de santé, en s’en moquant, est navrant. D’un autre côté, parler uniquement de sa musique me paraît insuffisant. Quelle démarche à suivre dans ce cas ? D’abord s’interroger sur le rapport qu’entretient le musicien avec sa maladie – sans le juger. Comprendre ce qui amène le songwriter à donner encore des concerts malgré sa fatigue. La réponse m’est apparue clairement le soir du concert : Daniel Johnston ne peut pas craindre le ridicule sur scène, et ne peut accorder crédit à ceux qui jugent ses dernières chansons comme mauvaises, parce qu’il chante pour sauver sa vie. Lui seul peut connaître le sens de cette formule : "Rock’n’roll has saved my life" (je veux dire : lui et quelques autres de la même famille qui ont récemment disparu : Mark Linkous, Vic Chesnutt, Alex Chilton). Ne pas cesser de chanter, de composer, l’aide certainement à sauvegarder sa personnalité intime ; et peut-être aussi à s’aimer lui-même.

"I love you all but I hate myself", peut-on entendre sur un des premiers titres du concert. Nous lui avons accordé sa chance, tant sa démarche nous est apparue comme sincère. Artiste à part entière, cet homme ne s’accommode pas du regard des autres. Sa position est inconfortable, il le sait mieux que quiconque. Alors nous comprenons pourquoi cela vaut le coup d’endurer ces chansons austères, présentées comme détachées de son carnet de santé.

Considérons maintenant l’orchestre hollandais qui l’accompagnait les trois quarts du temps, The Beam Orchestra : une douzaine de musiciens sur scène… Curieux contraste quand on sait la structure spécifiquement lo-fi de la musique du chanteur américain. Alternaient ainsi irrégulièrement des chansons dépouillées, assez rugueuses, et une instrumentation grandiloquente jazz-rock qui tentait de donner un contrepoids à cette sécheresse, par une technique de remplissage.

Mais ce procédé ne fonctionne pas. Les chansons de Johnston, accompagnées de la sorte, deviennent étranges : l’orchestre, au lieu de les soutenir, les déforme. Bien sûr D. J. trouve là une base sur laquelle s’appuyer : le tempo lui est donné ; la présence des musiciens le rassure. C’est la raison pour laquelle on tentera d’ignorer cette formation douteuse pour ne faire attention qu’aux chansons, à leur immédiateté, leur nudité.

Et d’être attentif aux transitions où D. J., s’adressant au public, se révèle intimement par des confessions déguisées : "J’ai rêvé qu’un tribunal condamnait à mort quelqu’un pour avoir tenté de se suicider. Et ce quelqu’un, c’était moi".

Ce concert était une exégèse du corps de Daniel Johnston.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Discovered and Covered de The Late Great Daniel Johnston
La chronique de l'album Yip / Jump Music - Continued Story / Hi, How Are You - Welcome To My World de Daniel Johnston
La chronique de l'album Beam Me Up! de Daniel Johnston
La chronique de l'album Space Ducks Soundtrack de Daniel Johnston
Articles : Rejected Unknown - Le site Daniel Johnston
Daniel Johnston en concert au Festival Antifolk 2003
Daniel Johnston en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)

En savoir plus :
Le site officiel de Daniel Johnston
Le Myspace de Daniel Johnston
Le Myspace de The Beam Orchestra

Crédits photos : Marion Age (Toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=