Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Leo(88man)
From speaking parts to blazing rows  (Kithybong records)  avril 2010

Dans l’argot des musiciens de jazz du siècle dernier, "the 88 man", l’homme aux 88 touches, c’était évidemment le pianiste. C’est de là que Leo a tiré son pseudo, à l’époque où il officiait en solo, penché sur l’échiquier de son clavier. Trois albums plus tard, il s’est trouvé de nombreux amis et c’est en excellente compagnie et en trio (accompagné de Dudy Ruby et Pierre Marolleau), le piano entre parenthèses, qu’il nous propose un troisième opus aussi délicieux qu’atypique.

Atypique, il l’est tout d’abord dans le paysage français, ce disque anglophone. Parce que l’on aura l’impression d’y entendre les fantômes du Bill Calahan de l’époque la plus glorieuse de Smog, du Stuart Staples le plus intériorisé – voire, de façon fugace, du Bowie de l’époque Scary Monsters. Parce qu’une folk aussi légère, aussi évidente malgré ses arrangements si travaillés n’a pas tout à fait l’air de venir d’ici – sent les grands espaces de l’ouest, le brouillard londonien, le vert d’une prairie ; tout sauf notre terroir franchouillard.

Le disque se distingue aussi par son format puisqu’il sera disponible uniquement sur vinyle (le client en aura cependant pour son argent car un code lui permettra de se procurer en ligne la version mp3 – ouf !). Ce retour au 33 tours, outre qu’il correspond bien à l’alternative que tentent d’offrir certaines "petites" maisons de disque en valorisant l’objet face au seul contenu musical d’une collections de titres à quatre vingt dix neuf centimes d’euro l’unité, justifie ici en sus la division de l’album en deux "faces", la première acoustique, la seconde plus électrique (si l’on peut être plus sensible au détachement un peu aérien de la première partie de l’album, à une certaine sensation de lenteur, synonyme de langueur et de mélancolie, on ne boudera cependant pas la seconde qui a pour elle un peu de l’insouciance d’une pop moins grave).

Conformément à l’habitude prise avec l’album précédent (Drown’in by waiting, autoproduit, 2008), Leo s’entoure de nombreux invités. On retrouvera ainsi avec plaisir Chiara Loardi de L’Enfance Rouge, venue nous dire sur "Di Corsa" quelques fragments d’un poème de Jacopo Andreini. On rencontrera aussi Tony Verloc de TV Glory ; Tall Paul Grundy, musicien lillois déjà présent dans l’album précédent ; Nahisa et Sureya Abdou pour un duo violon / violoncelle échappé du grand orchestre Vazytouille en compagnie du trompettiste Christian Pruvost… Cette pléthore d’invités permet à l’album de s’enrichir de nombreuses couleurs et, évitant de tomber dans la paresse d’une folk lo-fi aussi creuse que répétitive, de garder une saveur identique tout le long de ses quarante minutes.

Avec des titres aussi savoureux que "Locked Groove", "Naked" ou "Speaking parts", Leo (88 man) pourrait avoir trouvé avec ce troisième album le moyen de gagner ses titres de noblesse.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Leo(88man) en concert au Festival Radar 2010 (6ème édition)

En savoir plus :
Le site officiel de Leo(88man)
Le Myspace de Leo(88man)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=