Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Efterklang - Heather Woods Broderick - Luminocolor
Grand Mix  (Tourcoing)  jeudi 29 avril 2010

À croire que la soupe musicale servie par une télévision populaire reste un mets privilégié pour la majorité des Nordistes, bien peu présents au concert d'Efterklang au Grand Mix jeudi soir en comparaison du Splendid qui affichait salle comble avec Amel Bent le même jour.

Qu'importe, on privilégiera la qualité à la quantité, fort à son plaisir de pouvoir respirer et librement aller et venir dans la salle de Tourcoing. Comité restreint, on l'aura compris, mais bien ciblé : Efterklang est certes loin de remplir la grille des programmes de M6, mais a bien creusé sa place dans un univers musical croisant post-rock et électro. Sonorités déformées et lumières psychédéliques au programme, les danois comptent bien défendre leur dernier album, Magic chairs, sorti il y a quelques mois à peine.

C'est majoritairement en shorts qu'ils arrivent sur scène, ravis de découvrir les hautes températures de ces derniers jours malgré l'orage qui tonne au dehors. Ce n'est pourtant pas le look excentrique du leader Casper Clausen qui le rend antipathique aux yeux du public, bien au contraire : une connexion immédiate se crée avec lui dès le début du concert aux premières notes de "Full moon".

Il est attachant, ce chanteur : un sourire enfantin, des yeux malicieux, et surtout un bonheur perceptible d'être sur scène, sur laquelle il ne cesse de s'avancer pour héler ses spectateurs, à leur plus grand plaisir. Que ce soit par les clappements de main de "Raincoats", les claquements de doigts sur "Caravan" ou la reprise des chœurs du dernier "Mirrors mirrors", le public est fortement incité à prendre part aux morceaux et faire partie intégrante de leurs instruments.

Une connexion toute aussi forte se fait sentir au sein du groupe, gratifié de quelques membres supplémentaires pour l'occasion de la tournée. C'est ainsi qu'on pourra notamment apprécier la voix féminine d'Anna Brøsted, bien plus convaincante en chœur que durant son apparition solo précédant celle d'Efterklang sur scène, où elle représentait Heather Woods Broderick sans Broderick. Une jeune demoiselle seule au chant fluet, guitare à la main et arrangements enregistrés sur cassette audio : l'absence de Broderick se fait sentir, ses ballades bien qu'agréables sont bien plates et lisses, on la trouve bien mieux à sa place en accompagnement d'Efterklang où sa voix se superpose à merveille à son clavier et aux mélodies du reste de l'ensemble.

Partagés entre batterie, guitares, synthés, saxophone, arrangements par ordinateur et chants, Efterklang crée avec ces nombreux instruments des morceaux riches de polyphonies et entrecroisements mélodiques. Certains spectateurs sont déçus de l'approche bien plus pop du dernier album, majoritairement présent dans la setlist : "I was playing drums" ou encore "Harmonics" sont bien légers, et perdent l'aspect sombre et bien plus électro qu'on peut trouver dans de plus anciennes pièces telles que "Step aside", ce dernier morceau étant accompagné sur scène d'un jeu de lumières stroboscopiques fort marquant. Une autre partie du public, au contraire, est ravie d'entendre la voix de Casper Clausen s'imposer et prendre les devants de différents titres, avec lesquels les plus imaginatifs ont tiré un parallèle au dernier album d'un plus connu Chris Martin, au timbre de voix similaire.

Efterklang se sont-ils vendus à la pop, ou au contraire raffinent-ils leur genre ?

On peut se poser la question, mais en aucun cas douter de leur talent : les commentaires du public à l'issue du concert sont unanimes, allant de "C'était magique !" à "Je n'ai pas vu le temps passer" : le monde présent devant le stand de merchandising à l'issue du concert témoigne de la réussite de ce dernier.

Certains spectateurs pourtant déçus de la tournure qu'a pris le groupe retiendront avant tout de la soirée sa première partie, Luminocolor. Ce duo Lillois, véritables geeks de la musique, a réussi à diffuser son univers dans toute l'enceinte du Grand Mix, fort de compositions musicales expérimentales et de projections hypnotiques sur grand écran. Mêler l'image au son pour créer une entité scénique à part entière, le pari est réussi haut la main. Même si on sent quelques influences sous-jacentes telles que Tortoise, on s'en affranchit vite pour plonger dans ce spectacle qui remue les sens. Benoît Farine et Olivier Minne ne font qu'un tant ils se complètent, l'un au saxophone, l'autre à la batterie et mélodica, les deux à leurs ordinateurs, enregistrant samples et les déformant pour donner à leurs compositions une toute nouvelle profondeur. Le départ de chaque morceau en musique acoustique prend vite une tournure expérimentale et inhabituelle à force de manipulations électroniques, réussissant à créer un tout autre monde illustré par les projections sur le fond de la scène.

On se retrouve ainsi projeté dans une ballade en forêt tête vers le ciel, faisant un détour dans une grande ville asiatique avant d'être à bord d'une pirogue en pleine contrée exotique, avant d'assister à l'évolution de paysages urbains.

Tout comme la musique, les images sont manipulées, hachées, coupées, traitées, donnant ainsi à leur visionnage une dimension toute nouvelle.

Que ce soient les souvenirs évoqués par "Fragments", le fourmillement de "Enio" ou encore le planant "Again and again", chaque pièce génère une multiplicité de sensations et d'imaginaires, en parallèle avec le support visuel qui le complète. Une totale immersion dans un genre encore peu connu, au nom d'un croisement étrange : la folktronica.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Efterklang parmi une sélection de singles (décembre 2007)
La chronique de l'album Magic Chairs de Efterklang
La chronique de l'album Piramida de Efterklang
Efterklang en concert au Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
Efterklang en concert au Festival La Route du Rock #23 (vendredi 16 août 2013)
L'interview de Efterklang (février 2010)
La chronique de l'album Résonances de Luminocolor

En savoir plus :
Le site officiel de Efterklang
Le Myspace de Efterklang
Le Myspace de Heather Woods Broderick
Le site officiel de Luminocolor
Le Myspace de Luminocolor

Crédits photos : Marion Agé (Toute la série sur Taste of Indie)


Léa S.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=