Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Efterklang - Heather Woods Broderick - Luminocolor
Grand Mix  (Tourcoing)  jeudi 29 avril 2010

À croire que la soupe musicale servie par une télévision populaire reste un mets privilégié pour la majorité des Nordistes, bien peu présents au concert d'Efterklang au Grand Mix jeudi soir en comparaison du Splendid qui affichait salle comble avec Amel Bent le même jour.

Qu'importe, on privilégiera la qualité à la quantité, fort à son plaisir de pouvoir respirer et librement aller et venir dans la salle de Tourcoing. Comité restreint, on l'aura compris, mais bien ciblé : Efterklang est certes loin de remplir la grille des programmes de M6, mais a bien creusé sa place dans un univers musical croisant post-rock et électro. Sonorités déformées et lumières psychédéliques au programme, les danois comptent bien défendre leur dernier album, Magic chairs, sorti il y a quelques mois à peine.

C'est majoritairement en shorts qu'ils arrivent sur scène, ravis de découvrir les hautes températures de ces derniers jours malgré l'orage qui tonne au dehors. Ce n'est pourtant pas le look excentrique du leader Casper Clausen qui le rend antipathique aux yeux du public, bien au contraire : une connexion immédiate se crée avec lui dès le début du concert aux premières notes de "Full moon".

Il est attachant, ce chanteur : un sourire enfantin, des yeux malicieux, et surtout un bonheur perceptible d'être sur scène, sur laquelle il ne cesse de s'avancer pour héler ses spectateurs, à leur plus grand plaisir. Que ce soit par les clappements de main de "Raincoats", les claquements de doigts sur "Caravan" ou la reprise des chœurs du dernier "Mirrors mirrors", le public est fortement incité à prendre part aux morceaux et faire partie intégrante de leurs instruments.

Une connexion toute aussi forte se fait sentir au sein du groupe, gratifié de quelques membres supplémentaires pour l'occasion de la tournée. C'est ainsi qu'on pourra notamment apprécier la voix féminine d'Anna Brøsted, bien plus convaincante en chœur que durant son apparition solo précédant celle d'Efterklang sur scène, où elle représentait Heather Woods Broderick sans Broderick. Une jeune demoiselle seule au chant fluet, guitare à la main et arrangements enregistrés sur cassette audio : l'absence de Broderick se fait sentir, ses ballades bien qu'agréables sont bien plates et lisses, on la trouve bien mieux à sa place en accompagnement d'Efterklang où sa voix se superpose à merveille à son clavier et aux mélodies du reste de l'ensemble.

Partagés entre batterie, guitares, synthés, saxophone, arrangements par ordinateur et chants, Efterklang crée avec ces nombreux instruments des morceaux riches de polyphonies et entrecroisements mélodiques. Certains spectateurs sont déçus de l'approche bien plus pop du dernier album, majoritairement présent dans la setlist : "I was playing drums" ou encore "Harmonics" sont bien légers, et perdent l'aspect sombre et bien plus électro qu'on peut trouver dans de plus anciennes pièces telles que "Step aside", ce dernier morceau étant accompagné sur scène d'un jeu de lumières stroboscopiques fort marquant. Une autre partie du public, au contraire, est ravie d'entendre la voix de Casper Clausen s'imposer et prendre les devants de différents titres, avec lesquels les plus imaginatifs ont tiré un parallèle au dernier album d'un plus connu Chris Martin, au timbre de voix similaire.

Efterklang se sont-ils vendus à la pop, ou au contraire raffinent-ils leur genre ?

On peut se poser la question, mais en aucun cas douter de leur talent : les commentaires du public à l'issue du concert sont unanimes, allant de "C'était magique !" à "Je n'ai pas vu le temps passer" : le monde présent devant le stand de merchandising à l'issue du concert témoigne de la réussite de ce dernier.

Certains spectateurs pourtant déçus de la tournure qu'a pris le groupe retiendront avant tout de la soirée sa première partie, Luminocolor. Ce duo Lillois, véritables geeks de la musique, a réussi à diffuser son univers dans toute l'enceinte du Grand Mix, fort de compositions musicales expérimentales et de projections hypnotiques sur grand écran. Mêler l'image au son pour créer une entité scénique à part entière, le pari est réussi haut la main. Même si on sent quelques influences sous-jacentes telles que Tortoise, on s'en affranchit vite pour plonger dans ce spectacle qui remue les sens. Benoît Farine et Olivier Minne ne font qu'un tant ils se complètent, l'un au saxophone, l'autre à la batterie et mélodica, les deux à leurs ordinateurs, enregistrant samples et les déformant pour donner à leurs compositions une toute nouvelle profondeur. Le départ de chaque morceau en musique acoustique prend vite une tournure expérimentale et inhabituelle à force de manipulations électroniques, réussissant à créer un tout autre monde illustré par les projections sur le fond de la scène.

On se retrouve ainsi projeté dans une ballade en forêt tête vers le ciel, faisant un détour dans une grande ville asiatique avant d'être à bord d'une pirogue en pleine contrée exotique, avant d'assister à l'évolution de paysages urbains.

Tout comme la musique, les images sont manipulées, hachées, coupées, traitées, donnant ainsi à leur visionnage une dimension toute nouvelle.

Que ce soient les souvenirs évoqués par "Fragments", le fourmillement de "Enio" ou encore le planant "Again and again", chaque pièce génère une multiplicité de sensations et d'imaginaires, en parallèle avec le support visuel qui le complète. Une totale immersion dans un genre encore peu connu, au nom d'un croisement étrange : la folktronica.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Efterklang parmi une sélection de singles (décembre 2007)
La chronique de l'album Magic Chairs de Efterklang
La chronique de l'album Piramida de Efterklang
Efterklang en concert au Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
Efterklang en concert au Festival La Route du Rock #23 (vendredi 16 août 2013)
L'interview de Efterklang (février 2010)
La chronique de l'album Résonances de Luminocolor

En savoir plus :
Le site officiel de Efterklang
Le Myspace de Efterklang
Le Myspace de Heather Woods Broderick
Le site officiel de Luminocolor
Le Myspace de Luminocolor

Crédits photos : Marion Agé (Toute la série sur Taste of Indie)


Léa S.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=