Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Microfilm
The Bay of Future Passed  (Head Records)  janvier 2010

C'est bien simple : Microfilm est un peu le groupe idéal, dont je n'aurais que du bien à dire. L'une des rares formations dont toutes les productions sont des classiques immédiats.

Est-ce leur rock instrumental, façon post, proche de Mogwai, des premiers Mono, de From Monument to Masses ou Explosions in The Sky, ample, généreux, qui a le bon goût de ne jamais verser dans les facilités de ce genre aisément experimento-jusqu'au-boutiste ? Est-ce le recours systématique aux samples de dialogues de films qui leur tient lieu de chant ? Est-ce le bon arrière-goût de série B qui nimbe et unit tout cela ?

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore le quatuor poitevin mais qui ne seraient pas privés de toute culture musicale, on renverra à "La maman et la putain" de Diabologum, qui avait trouvé son inspiration et ses vocaux dans le film éponyme de Jean Eustache. A ceci près que Microfilm ne fait pas dans le premier degré dramatique mais cultive un sens du décalage, de la distanciation, d'une certaine grandiloquence un peu passée. Acteur anonyme dans un costume à peine trop grand, des décors à la Ed Wood. Ce qui n'impose pas la gratuité et la vacuité de sens, comme le démontre clairement le très social "Devant nous, rien".

A l'art musical, Microfilm joint des talents de monteur, de réalisateur et arrive à faire naître instantanément un suspens, une tension, une attente. Comme si l'on avait simplement inversé les proportions respectives de la musique et du film dans la réalisation d'une pièce cinématographique. Sur scène le parallèle cinématographique est plus adéquat encore puisque la formation joint aux instruments les projections vidéos (en stéréoscopie, c'est à dire en 3D à lunettes rouge / bleu, à l'époque de Stereodrama).

Sur disque, le dispositif est d'un pertinence remarquable et ouvre de nouveaux horizons expressifs. S'affranchir du chant n'était pas suffisant, Microfilm s'affranchit aussi de la récitation et de l'écriture des paroles, choisit de travailler sur un matériau brut, trouvé, alors même qu'il a été créé à d'autres fins. Se mettent ainsi en place des effets de décalage, d'écho, de répétition, champ-contrechamp de l'écriture musicale qui atteint dans cet album une très mature virtuosité.

Ce processus créatif n'est d'ailleurs pas sans rappeler certaines écritures photographiques : il s'agit de découper dans une matière (le réel d'une rue ou d'un visage, les dialogues d'un film de série B) pour les mettre en scène des éléments dont la portée significative se voit ainsi étendue. Que l'on juge de la puissance que peut prendre une phrase aussi cinématographiquement anodine que "nature prooves that the weak must die so that the strong can live"  ("la nature prouve que le faible doit mourir pour que le fort puisse vivre") une fois ainsi mise en musique et en lumière.

Rien de nouveau sous le soleil des projecteurs avec ce troisième opus, The Bay of Future Passed, qui prolonge intégralement le plaisir de ses prédécesseurs (A journey to the 75th, 2004 ; Stereodrama, 2007). Comme de revoir un bon film par-cœur connu, de découvrir la perle cachée de son réalisateur fétiche. Jubilatoire, de bout en bout, quoique ce soit avec le temps, lorsqu'on y est familiarisé et qu'il nous est devenu un classique, que l'album se révèle le meilleur.

Et puisqu'on ne saurait reprocher au groupe de ne pas livrer la bière, les pizzas et les amis avec lesquels écouter le film noir de son Bay of future passed, quelle critique reste-t-il à formuler ? Celle-ci, peut-être : de nous avoir refait le coup du moyen-métrage. C'est que, comme ses prédécesseurs, l'album ne dure qu'une quarantaine de minutes ; la durée d'un LP du temps du vinyle, me dira-t-on ; oui, mais justement – il en faudrait plus encore pour rassasier l'auditeur ravi.

On se lamentera peut-être aussi sur la rareté des apparitions scéniques du groupe, alors même que c'est au contact du public que le projet prend toute son ampleur. Heureusement, la politique culturelle ambitieuse du pays en matière d'accompagnement de la création et de promotion d'un art populaire contemporain exigeant peut laisser espérer des lendemains radieux. Il n'y avait pas de corps, parce qu'il n'y a pas eu de meurtre" , comme le proclame "Blood Sample". CQFD.

Un incontournable, rien de moins, comme toute la discographie du groupe.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Microfilm
Le Myspace de Microfilm


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=