Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce General Bye Bye
Girouette  (Greed Recordings)  mai 2010

Il est des disques qui ne s'annoncent pas, que rien ne permet de voir venir. Avec son nom un peu toc et sa pochette digne d'un remake en bleu et noir de celle qui ne payait déjà pas de mine à l'affiche du grandiose Cosmos Factory, ce Girouette en fait certainement partie. Pas de grands effets de manches médiatico-catchy. Pas de buzz ni de mass-promo. Pas de twitt-flooding ni de management raisonné du scandale agencé. Tout à l'inverse, dès les déchirures de l'implacable rythmique de "Alphabet", déjà publié en EP il y a quelques mois et revenu pour fournir à l'album son ouverture, ça n'aura jamais d'autre air que celui, presque banal, de ce qui est si naturel (mais non pas l'inverse). Autant dire : l'air de ces albums qui ont tout pour devenir, instantanément, l'un de vos classiques, disques de chevets que l'on partage avec entrain.

Autant dire qu'avec ce premier album, publié par le remarquable label associatif Greed Recordings (Action Dead Mouse, Cornflakes Heroes...), General Bye Bye place la barre très haut et s'impose comme l'une des rares formations françaises à pouvoir tutoyer les géants du rock indépendant US. Comme, il y a pas loin d'un an, l'excellent Dreamer are you sad ? de Poor Boy (YY recordings, juin 2009), Girouette fait partie de ces albums français qui dépassent et rendent totalement caduque la question de savoir pourquoi certains éprouvent le besoin de chanter dans une langue qui n'est pas la leur. General Bye Bye parle couramment la langue du rock, un point c'est tout – avec un rien d'accent frenchy, il est vrai, mais qui aurait plutôt quelque chose de sexy.
Et quitte à voler dans les hautes-sphères d'un continent qui fait encore référence en la matière musicale, c'est à l'un de ses plus grands noms que General Bye Bye va se confronter, tant son ton, son timbre et même son sens des constructions pop complexes et fragiles toutes d'arpèges de guitare nerveux renvoient à Blonde Redhead, ce qui n'est pas peu dire. Jusqu'à cette mélancolie de fête foraine si particulière qui teinte son rock – mais de ces fêtes foraines véritables, celles que ne voient que les yeux de l'enfance, qui ne sont que merveille et enchantement ; et non l'un de ces sordides rassemblements de manèges bruyants et de grasses fritures dans lesquels des adultes désabusés vont étourdir leur lassitude.

Mais loin de s'enfermer avec application dans cet univers créé par d'autres, General Bye Bye en esquisse bien un qui lui est propre, dans lequel règne une folie supplémentaire, qui se traduit par les directions parfois inattendues dans lesquelles bondissent les morceaux (on n'est pas toujours très loin d'une certaine coloration math-rock, comme le révèle clairement l'éponyme "Girouette" avec ses structures alambiquées), dans l'utilisation d'instruments inattendus (comme le kantele, harpe traditionnelle finlandaise). C'est qu'on pourrait bien retrouver en coulisses l'influence de Can ou Erik Satie, sources d'inspiration revendiquées de Philippe Beer-Gabel, le fondateur de la formation.

En résultent douze titres (dont un caché) d'excellente facture, parmi lesquels "Alphabet", "The neverending trip" ou "Don't shoot the rabbit" tiennent le (très) (très) haut du pavé. De ces albums qui rassurent sur la capacité des formations françaises à suivre le rythme d'une authentique créativité rock contemporaine.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Blood on my keyboard de General Bye Bye
L'interview de General Bye Bye (7 juin 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de General Bye Bye
Le Myspace de General Bye Bye


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

General Bye Bye (7 juin 2010)


# 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent

Entre 2 tours de scrutin, il reste du temps pour découvrir notre sélection culturelle hebdomadaire. Cette semaine, c'est aussi le retour des sessions Froggy et ça fait plaisir !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaînes YouTube et Twitch.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Baptiste Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agrémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
We Hate You Please Die, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols
et toujours :

"Nos courses folles" de Les Fouteurs de Joie
quelques clips avec Lux, Tramhaus, Coeur Joie, Mélys, Resto Basket
"Ravage club" de Ravage Club
"A life of suitcase" de The Rapports
"The giant rooster" de Trigger King
"Homecoming" c'est le 31ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

Cinéma avec :

"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=