Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Boogers - Dandy Freaks - Naïve New Beaters
Le Fil  (Saint-Etienne)  30 avril 2010

Ce vendredi, la pluie ne m'a pas empêché de manger un barbecue sur ma terrasse, elle ne m'empêchera pas non plus de venir assister à ce concert éclectique d'hommes, de machines et de guitares.

Car si les 3 groupes regroupent ces différents éléments, ils en font une utilisation bien différente.

La première utilisation de ce combo est Boogers. Auteur, compositeur, interprète, Boogers est un projet solo voire solitaire !

Seul sur scène, il lance les instrus depuis son synthé et sa platine qui accompagne alors sa guitare et sa voix.

Tantôt pop, tantôt rock les morceaux sont révélateurs de sa personnalité décalée et de son humour un tantinet absurde et plutôt efficace.

En véritable showman, il ose sauter le lacet défait par dessus un retour au péril de sa vie ! Heureusement, cette cascade de haute voltige ne nuira pas à la suite du concert. Même s'il n'occupe que peu de place sur scène, il compense avec une bonne présence allant même jusqu'à aguicher les jeunes demoiselles avec son torse nu et maigrichon.

Le set ne dure qu'une toute petite demi-heure on aurait voulu un peu plus, mais le tout constitue une bonne entrée pour la soirée.

Malheureusement, le plat suivant n'est pas garanti sans OGM. Les Dandy Freaks sont un ovni qui n'en finit pas de traverser le ciel de Saint-Etienne. Il faut dire que le groupe jouit d'une identité visuelle très marquée. Cela se traduit notamment par des couleurs fluorescentes et la fausse fourrure assortie. La chanteuse extrêmement kitsch est une attaque massive contre les daltoniens, un des guitaristes est vêtu d'un trois quart en vinyle rouge et noir tout droit sorti des démons de minuit, tandis que l'autre fait du revival années 80 avec son pantalon de cuir et sa chemise ample façon Johnny dans ses plus "belles" années.

Le DJ arbore un look un pseudo look hip-hop avec casquette plate et t-shirt bariolé, le look du chanteur étant identique à la différence prêt d'un sarouel plus roots. Vous l'aurez compris, le groupe affiche une beaufitude assumée.

D'une origine électro-punk rock, les dandys nous offre ce soir de l'électro-nawak, du grand n'importe quoi mis en forme. La rythmique, assurée par le beat électro simpliste, est accompagnée de guitares punk-rocks basiques.

La musique s'enfonce un peu plus quand le groupe part dans des chansons aux accents reggae et dub. Le fond est atteint dans une sorte de réminiscence de transe que l'on aurait bien laissée au placard des années 90.

Quoique, les paroles sont peut-être encore plus navrantes. C'est bien leur sens du spectacle qui compense toutes ces faiblesses. Les lumières ultraviolettes, l'écran diffusant des vidéos psychédéliques et la mise en scène viennent ajouter au délire visuel.

Armé de tout un tas de gadgets, ils interagissent énormément avec le public. Un canon en strass et fourrure qui jette des bonbons, le slam sur un orque gonflable, des canons à cotillons, deux énormes ballons qui rebondissent au dessus du public, il y en a pour tous les mauvais goûts. Le plus étonnant, c'est que ça marche.

Pour fêter la fin de leur résidence au Fil, le set se clôture sur une distribution de champagne, ce qui permet de terminer sur une note positive.

C'est au tour du plat de résistance, j’ai nommé les Naïve New Beaters. Ce groupe américano-parisien se déplaçait pour la première fois dans cette bonne vieille ville de Saint-Etienne.

Les NNBS ont tout du boys band branchouille parisien. Beaucoup plus sobre que les dandys, ils n’en cultivent pas moins une ringardise subtilement travaillée : les coupes de cheveux playmobiles et les pulls chauve-souris créent le décalage suffisant pour être reconnaissable et savamment impertinent.

Mais c’est surtout leurs chansons très tubesques qui font mouche. Leur musique pourrait s’apparenter à l’alliance des Beasty Boys et de Ratatat, le tout injecté dans des morceaux pop fédérateurs. L’accent américain et le bagout du chanteur crée une très bonne connexion entre le groupe et le public.

Les petites chorégraphies et la mise en scène marche bien et feront un malheur à n’en pas douter devant des teenagers. Toutefois, on conseillera à Eurobelix de rester aux machines plutôt que de faire ses quelques pas de profils qui laissent perplexe. Les paroles posées sur un bon flow s’adressent volontiers à ce même genre de public. Même si la foule met du temps à réagir aux interpellations anglophones de David Boring, le courant passe et la salle prend feu, la vigueur de la jeunesse apportant l’émulsion manquant aux spectateurs vieillissant que nous sommes. On quittera la salle avec l’entêtant "Bang Bang", satisfait du repas servi ce soir.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Boogers en concert au Festival Maroq'n roll 2006 (vendredi)
Boogers en concert à La Maroquinerie (9 mai 2006)
Boogers en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 13 août 2010)
La chronique de l'album La Source de Dandy Freaks
Dandy Freaks en concert au Fil (jeudi 23 janvier 2014)
La chronique de l'album Divers EP de Naive New Beaters
La chronique de l'album Wallace de Naive New Beaters
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du samedi - Chew Lips - K'Nann - Viva and the Diva - Plan B - Quadricolor
Naive New Beaters en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)
Naive New Beaters en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Naive New Beaters en concert à Paléo Festival #34 (2009) - 2ème
Naive New Beaters en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Naive New Beaters en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Naive New Beaters en concert au Festival FNAC Indétendances 2009 (samedi 15 août 2009)
Naive New Beaters en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
Naive New Beaters en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet
L'interview de Naive New Beaters (5 mai 2009)

En savoir plus :
Le Myspace de Boogers
Le Myspace de Dandy Freaks
Le site officiel de Naïve New Beaters
Le Myspace de Naïve New Beaters

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Bubba         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=