Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - mercredi
La Coterie - Barcella - Cantate pour un coeur bleu - Florent Vintrigner - Féfé - Java - La Rue Kétanou - Batignolles  (Saint-Etienne)  mercredi 12 mai 2010

Les grenouilles sont lâchées !

Un spectacle pour enfants, un opéra et quatre groupes au Zénith… Paroles et Musiques est lancé ! Sous la pluie… Festival pluvieux, festival heureux ! Mais aurons-nous assez de bons mots météorologiques pour tenir la semaine ?

Mercredi 12 Mai, la 19 ème édition du  festival Paroles et Musiques ouvre le bal, cette année encore avec une belle programmation : entres autres… La coterie, Féfé, Florent Vintrignier Java, La rue Kétanou, Barcella, Cantate pour un cœur Bleu, petites chroniques éclectiques pour ce premier jour par Lauriane & Nathalie.

La Coterie

Pour la nouvelle saison 2010, le festival Paroles et Musiques a débuté avec un concert privilégié pour les enfants. Mis en scène par La Coterie, et en partenariat avec le groupe les Têtes Raides, ce spectacle fut riche en animation. Dès le début, les musiciens sont arrivés en fanfare, déguisés par des masques très imaginatifs.

La salle, essentiellement composée par des enfants, fut rapidement en effervescence devant ces personnages originaux. Entre chansons aux sonorités multiples et sketchs délirants, impossible de s'ennuyer ! L'ambiance est d'ailleurs maintenue par les interruptions intempestives du "petit mort de rire", un crâne farfelu qui n'a pas la langue dans sa poche ! Sans oublier non plus la présence omniprésente d'un "policier des loisirs" atypique, qui semble avoir pour mission d'inculquer une éducation subversive à nos chérubins. Humour noir et cynisme sont au rendez-vous pour dénoncer un système scolaire et sécuritaire abusif. Pas sûr que ce discours convienne vraiment à un public dont la moyenne d'âge était de 9 ans. Cependant, le spectacle redevient enfantin lorsque deux classes de CE1 CE2 et CM1 CM2 viennent nous présenter les chansons qu'ils ont entièrement écrites et réalisées avec l'aide de la Coterie. Le résultat est tout simplement émouvant, autant par la poésie de leurs paroles que par leur application à bien les chanter. En bref, un très bon  moment que même la pluie à la sortie ne saurait gâcher !

Lauriane Clément

Barcella & Cantate pour un coeur bleu

Barcella… Un nom à retenir ! La salle de l'opéra théâtre est pleine ce premier soir de festival, d'un public bigarré, mêlant les générations et les styles.

Et c'est une petite ambiance cabaret qui nous est donnée à vivre pour cette première partie. Des parapluies au plafond, rappelant sans conteste que dehors, il pleut ! Piano à queue, éclairage tamisé, lumière rouge et bleue… voilà pour la mise en scène. Façon Charles Trenet version 2010, Barcella nous séduit par son sourire, ses jeux de mots, son jeu de scène, simple, honnête mais efficace.

Un peu de violon, un peu d'accordéon, du piano et des petites guitares donnent le rythme musical à l'ensemble. Les textes sont quant à eux tour à tour très drôles, comme "Le poisson rouge", chanson un peu coquine, émouvantes quand il nous parle de "mémé en maison de retraite" ou nostalgiques à la mistral gagnant.

C'est du hip hop, du slam,  de la poésie chantée… A chaque morceau, il fait des blagues, interpelle le public, joue avec lui en l'incitant à manifester sa présence. Et ça marche ! Rires dans la salle et applaudissements en règle ! On adhère et on en voudrait encore un peu…

Mais place à Cantate pour un cœur bleu. "Une pièce musicale" en somme avec pour tête d'affiche Enzo Enzo et Romain Didier, même si la "star" de ce soir  est le Chœur de la Maitrise de La Loire dirigé par Jean-Baptiste Bertrand. Avec le ton donné par  Barcella, la suite s'annonçait plus qu'heureuse. Mais j'en suis ressortie sceptique.

Curieuse idée d'avoir programmé ces deux concerts à la suite. Les univers sont aux antipodes et brouillent pour le coup la cohérence de cette soirée qui avait si bien commencée. Je ne dirais pas ne pas avoir aimé. Les enfants du Chœur chantaient  merveilleusement bien, nous entrainant dans un univers de voix reposant et  plein de sensations d'évasions. L’Orchestre Symphonique de Saint-Etienne jouait bien son rôle, en accompagnant les textes écrits par Allain Leprest avec justesse.

Mais… après les trois premiers opus qui laissaient envisager un très bon moment, je me suis retrouvée dans une situation particulière, à chaque nouveau morceau, j'avais l'impression de l'avoir déjà entendu… juste avant… Les textes étaient intéressants, narrant la Méditerranée, les odeurs, les couleurs, les ambiances propres à ce continent marin, mais pour la musique… J'ai eu la désagréable sensation de tourner en rond, de chercher le sens, le chemin vers le plaisir, tel Thésée (et oui, nous sommes en Méditerranée !) dans le labyrinthe de Dédale,  mais "une Thésée" sans fil d’Ariane… Pas d’évasion, d’horizons lointains, pas de frissons…

Les petits échanges de connivences entre Enzo Enzo et Romain Didier nous excluant un peu de ce qu'il se passait sur scène, apportèrent une légère frustration supplémentaire.

Dans le public, des applaudissements, mais pas de standing ovation !
Fin de soirée, je suis rentrée, sous la pluie, un peu déçue de n’avoir pas pris le soleil de la belle bleue que m’annonçait Cantate, pour ce premier jour de festival.

Nathalie Besset

Soirée au Zénith Florent Vintrigner, Féfé, La Rue Kétanou

Dans cette première soirée au Zenith, l'ambiance est teintée de "Rue Kétanou".

En effet, les concerts débutent par Florent Vintrigner, accordéoniste du groupe de la Rue Kétanou qui, même s'il ne renie pas son influence bohème, se démarque du groupe pour nous proposer son propre style. Accompagné de ses musiciens, il nous emmène dans une atmosphère tranquille, et conviviale.

Cependant, l'originalité manque à la partie. Pour apprécier les chansons de Florent Vintrigner, il faut effectivement écouter attentivement les paroles de ses chansons, qui racontent son vécu et sont essentielles dans sa musique. Mais malheureusement, elles n'étaient pas facilement compréhensibles, ce qui a fait beaucoup perdre au concert. Cela étant dit, l'ambiance est parfaite pour un début de soirée, et un concert sympa mais pas exceptionnel.

Néanmoins, la simplicité n'est pas de mise pour ce second concert de la soirée, dans lequel Féfé fait beaucoup pour mettre le feu au public, et peut-être même trop. Cet artiste, ancien membre du groupe Saïan Supa Crew, mélange les genres, et entre slam énergique et blues lent. Quel que soit le genre musical de sa chanson, on ne peut pas nier l'effort de dynamisme qu'il fait pour motiver les spectateurs. Il fait frapper le public dans ses mains, le met à contribution pour chanter, et n'hésite pas à sauter dans la fosse – acte tout de même inhabituel dans un zénith !

Et heureusement, cela fonctionne! Féfé, ou F au carré  comme il s'appelle lui-même, a réussi à créer une réelle connivence avec son public. Néanmoins, cela ne masque pas la légèreté de ses paroles, emplies de conseils et d'une soi disant sagesse des quartiers, qui sonnent creuses. En résumé, Féfé nous proposa un concert plein d'un dynamisme, qui sembla convaincre le public, même si personnellement je demeure sceptique.

Avec l'arrivée de Java sur scène, la soirée a pris un tournant explosif et chaleureux. Le groupe a littéralement enflammé le public, et a transformé le zénith en bal musette ! De nombreuses danses (où des spectateurs pouvaient même parfois monter sur scène) ont ainsi jalonné le spectacle. Parce que, effectivement, Java c'est avant tout un groupe qui a pour but de propager des influences folkloriques, par le biais d'instruments du passé, et d'accordéon.

Et cela fait véritablement chaud au cœur de vivre une ambiance si atypique dans notre vie de tous les jours. Java, c'est un univers chaleureux et généreux qui se fiche des règles imposées par la société. La preuve en est que pour leur rappel, ils se sont permis de réaliser un de leurs délires : se déguiser en Pape pour le chanteur, et en moines pour les musiciens, pour prêcher une religion commune qui résoudrait tous les conflits religieux : le "Chréjuimane".

Enfin, le concert n'aurait pu prendre fin sans la fameuse chanson "Sex, Accordéon et Alcool", qui a conclu en apogée un moment riche en émotions. En réalité, je me suis même demandée comment, après ce concert, la Rue Kétanou pourrait parvenir à maintenir une ambiance aussi survoltée.

Le défi était en effet gros à relever pour la tête d'affiche de ce soir. Toutefois le groupe La Rue Kétanou est arrivé, comme à son habitude, égal à lui-même. C'est en toute simplicité qu'ils nous ont présenté quelques musiques de leur dernier album, A contresens, et qu'ils nous ont réinterprété leurs chansons les plus connues, comme "Tu parles trop", "Almarita", ou encore "Les Hommes que j'aime".

Et c'est avec le même engouement qu'à l'accoutumée que le public a accueilli le groupe. Mais voilà que j'utilise déjà trop de superlatifs montrant l'habitude. Car il est vrai que même si la Rue Kétanou reste un excellent groupe, ils ne prennent pas de risques en concert, et ne nous surprennent plus, ce qui est tout de même dommage.

Néanmoins, cela n'a en rien enrayé la complicité que le groupe a réussi à créer avec son public. D'ailleurs, la Rue Kétanou nous a montré une fois de plus sa générosité, en répétant aux spectateurs à maintes reprises de ne pas oublier d'aller voir des groupes qu'ils ne connaissent pas, ce qui est vrai est l'intérêt principal d'un festival. Il faut bien dire que sans nul doute, le public s'est essentiellement déplacé ce soir pour la tête d'affiche.

Quoi qu'il en soit, ce fut également un plaisir lorsque la Rue Kétanou a invité sur la scène le groupe Batignolles. Fondé par Olivier Leite, le guitariste de la Rue Kétanou, il n'avait effectivement dû annuler son concert de l'après-midi, prévu sur la scène extérieure du festival, pour cause de mauvais temps.

En somme, un bon concert qui, même s'il a été un peu décevant à cause du manque de surprises,  a confirmé – si on en avait encore besoin – la qualité de la Rue Kétanou.

Lauriane Clément

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Fefe en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (vendredi 6)
Fefe en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mardi 13)
Fefe en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2013 - samedi
Fefe en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Dimanche
La chronique de l'album Mercredi ! A La Java ! de Mathieu Boogaerts
Java en concert à La Nouvelle Java (21 novembre 2003)
Java en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
Java en concert au Festival du Bout du Monde
La chronique de l'album Allons voir de La Rue Kétanou
La Rue Ketanou en concert au Festival La Clef des Chants 2004 (samedi)
La Rue Ketanou en concert au Festival des Terre Neuvas 2005 (vendredi)
La Rue Ketanou en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
La Rue Ketanou en concert au Fil (25 mars 2009)
La Rue Ketanou en concert à Paléo Festival #34 (2009)
La Rue Ketanou en concert au Festival FNAC Indétendances 2009 (vendredi 14 août 2009)
La Rue Ketanou en concert au Festival Jardin du Michel #10 (édition 2014)

En savoir plus :
Mercredi 12 mai : Féfé, Java, La rue Kétanou, Cantate pour un cœur bleu…
Jeudi 13 mai : Jeanne Cherhal, Diam’s, Olivia Ruiz, Carmen Maria Véga…
Vendredi 14 mai : Madjo, Hocus Pocus, DJ tagada…
Samedi 15 mai : Imbert Imbert, M, Soan ,Batlik…
Dimanche 16 mai : Fantazio, Féloche, Loïc Lantoine, Renan Luce…

Le site officiel du Festival Paroles et Musiques
Le Myspace du Festival Paroles et Musiques

Crédits photos : Sébastien Barriol (Toute la série sur Taste of Indie) sauf La Coterie (Cyril Hortala), Barcella et Cantate pour un coeur bleu (Clément le Moine)


Lauriane Clément & Nathalie Besset         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=