Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The National
Interview  (Paris)  avril 2010

De passage à Paris pour la sortie du nouvel opus High Violet, Aaron Dresner et Matt Berninger se sont de nouveau prêté au jeu de l'interview pour Froggy's Delight.

Comment s'est passée la conception de l'album ?

Matt : On n'avait pas d'idée de ce que l'on allait faire. Après Boxer, on a beaucoup tourné. On n'a pas fait de pause, chacun de notre côté, comme on le fait habituellement. Puis on a construit notre propre studio dans le garage d'Aaron. On a fait quelques ébauches musicales. C'était un nouveau processus pour nous, plus simple et plus fluide. Beaucoup de temps a passé pendant lequel Aaron et son frère, Bryce, ont enregistré, mixé des idées. C'était il y a un an. On n'avait aucune idée de ce à quoi ressemblerait l'album jusqu'à ce qu'on l'ait presque fini.

Aaron : Grâce à notre studio, le processus fut plus "organique". Dès qu'on avait une idée, on pouvait la mettre en pratique. Cela nous a permis d'enregistrer plus. On a eu plus de temps pour expérimenter. On réessayait jusqu'à trouver le bon tempo, les bonnes structures, pour finalement trouver LE son de l'album.

A quoi ressemble-t-il ?

Aaron : Déjà, il y a plus de titres. Onze pistes mais avec des multipistes sur certaines. Mais surtout, il sonne plus "home-made", plus morcelé, lo-fi aussi. Il est à la fois orchestré et très développé, et en même temps "home-made", étrange et sombre. On aime beaucoup ce mélange, cette complexité au niveau du son. On ne voulait pas qu'il soit trop propre et travaillé.

Y a-t-il de nouvelles collaborations ?

Matt : La façon dont on travaille est très intuitive et lente. On fait beaucoup de choses, on en retire. Du fait de travailler dans notre propre studio, beaucoup de gens sont passés, ont fait des chansons avec nous : Panda Newson, Sufjan Stevens, Richard Reed Perry d'Arcade Fire.

Aaron : Sa voix est notamment sur "Sorrow", "Conversation 16". Il est très bon pour organiser les voix. On n'aurait jamais pensé à la structurer comme il l'a fait, c'est très étonnant. Il y a environ trente invités. Beaucoup ont fait de l'orchestration.

Comment travaillez-vous tous les cinq ?

Matt : On ne travaille pas ensemble comme en jam. La première moitié du processus se fait seul. Ensuite on construit ensemble. L'un a une idée, l'enregistre, me l'envoie et à partir de ces fragments, j'essaie de voir comment chanter dessus.

Vous habitez toujours à Brooklyn ?

Matt : On habite tous à Brooklyn depuis environ 10 ans et on va y rester encore un moment.

Quelles sont les différences avec les précédents albums ?

Matt : Quand on a fait Boxer, on le voulait très différent d'Aligator. On a fait quelque chose de plus élégant, de plus moody. Cette fois, on voulait quelque chose de plus sale, de peut-être moins austère. On a eu l'idée de faire des textures sales, agressives. Cela nous a pris beaucoup de temps de trouver les sons que l'on n'avait jamais expérimentés avant. On a délibérément mis de côté nos habitudes. J'ai évité d'écrire des paroles. Je ne pensais qu'aux mélodies, pas tellement aux mots. Les autres aussi ont essayé de jouer différemment. Autant qu'on pouvait, on voulait éviter Boxer.

Aaron : La principale différence est dans la voix. Matt chante plus haut. Boxer est méditatif, plus confessionnel, plus restreint aussi. Ceui-ci est plus dynamique d'une manière générale. Il y a aussi des différences sonores, une différence de texture. Il y a des "slow moving melodies", beaucoup d'orchestration, de jolies harmonies sur lesquelles apparaissent quelques petites maladresses. Des choses étranges arrivent au niveau du son sur cet album. Boxer est très joli, satisfaisant. Tout est là, tout fait sens.

High Violet est un peu pus dissonant, plus brut. Les choses arrivaient et on les enregistrait spontanément. Il y a quelque chose de décontracté. Sur "Little Faith" par exemple, on entend un groupe s'entraîner. J'explique une chanson à Bryan. Normalement ses parties de batterie sont très organisées, très travaillées, très composées. Mais sur ce morceau, c'est plus spontané, plus expressif. Pendant ce temps, mon frère faisait des loopings avec sa guitare pour nous accompagner et on a enregistré tout ça. Il y a beaucoup d'exemples de ce type sur l'album. C'est une jolie découverte pour nous, qu'on puisse être décontracté dans notre façon de faire un abum. J'aime vraiment beaucoup cet album, ce son. Il n'est pas sophistiqué. Peut-être qu'il ne marchera pas à la radio...

Quel est votre morceau préféré ?

Aaron : Je suis fier de chacun d'eux, je pourrais les écouter en boucle. Je dirais "Little Faith", "England", "Runaway", "Conversation 16", mais je ne sais pas. "Terrible Love" ? La plupart d'entre eux je suppose.

Et toi Matt ?

Matt : Je ne peux pas les séparer. Ils ne font qu'un.

Que signifie High Violet ? A quoi fait-il référence ?

Matt : Il est venu à la fin. On voulait qu'il soit dépourvu de sens, qu'il ne permette pas d'imaginer l'album. Il fait référence à une idée, un état d'esprit, une essence abstraite. Mais il ne signifie rien littéralement.

Savez-vous quels seront les singles ?

Aaron : Peut-être "Bloodbuzz Ohio" en premier puis "Anyone's Ghost", peut-être "Sorrow". Plusieurs options sont possibles mais ce n'est pas nous qui décidons.

Des artistes vous ont-ils marqué dernièrement ?

Matt : J'aime beaucoup The XX. En vérité, quand je travaillais sur cet album, je n'écoutais pas grand chose d'autre. Je n'avais pas l'énergie nécessaire. Je passais tout mon temps avec mon casque sur les oreilles pour travailler, j'ai dû louper pas mal de choses. Je vais m'y remettre.

Aaron : Pareil. Mais le nouvel album de Joanna Newsom est très étonnant. J'aime beaucoup The Volcano Choir, c'est un peu étrange mais j'aime beaucoup.

Pour finir, que pensez-vous du public français ?

Matt : On vient de New-York mais Paris est le premier endroit où on a eu un public, donc on est très reconnaissant. Maintenant le public devient dévoué et attentif partout où nous allons mais il se trouve que la façon d'être attentif, typiquement français, correspond à la façon dont on fait de la musique.

Merci pour vos réponses et bon courage pour la tournée qui vous attend !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sad songs for dirty lovers de The National
La chronique de l'album Cherry Tree de The National
La chronique de l'album Kicking the national habit de Grand National
La chronique de l'album Alligator de The National
La chronique de l'album Boxer de The National
La chronique de l'album High Violet de The National
La chronique de l'album The National Health de Maximo Park
La chronique de l'album Trouble Will Find Me de The National
La chronique de l'album Sleep Well Beast de The National
The National en concert à La Guinguette pirate (22 juin 2003)
The National en concert à Mains d'Oeuvres (3 novembre 2003)
The National en concert au Nouveau Casino (11 juin 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004) - 2ème
The National en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
The National en concert au Café de la Danse (25 avril 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The National en concert au Trabendo (24 novembre 2005)
The National en concert à La Guinguette Pirate (13 décembre 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
The National en concert au Festival Furia Sound 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The National en concert au Festival La Route du Rock 2010 (dimanche)
The National en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
The National en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - samedi 1er novembre
L'interview de The National (22 juin 2003)
L'interview de The National (3 novembre 2003)
L'interview en VO de The National(11 juin 2004)
L'interview de The National (11 juin 2004)
L'interview de The National (5 mai 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de The National
Le Myspace de The National


MarieG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 juin 2019 : C'est la fête !

Vendredi prochain, ce sera la Fête de la Musique, une raison supplémentaire pour en écouter de la bonne en vous baladant dans notre sélection culturelle de la semaine, avec également bien entendu du théâtre, du cinéma, des expos et de la littératures.

Du côté de la musique :

"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada
et toujours :
"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'étrange affaire Emilie Artois" au Théâtre de la Contrescarpe
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph à Ivry
"Huckleberry Finn" au Théâtre de la Huchette
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Homme encadré sur fond blanc" au Théâtre Tristan Bernard
"Un drôle de mariage pour tous" au Théâtre Daunou
"Guigue & Plo" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Hiroshima, mon amour" aux Théâtre des Bouffes parisiens
"Matka" au Théâtre Elisabeth Czerczuk
"Dîner de famille" au Café de la Gare
"Hypo" au Théâtre du Marais
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

dernière ligne droite pour :
"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg
"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Le choc du futur" de Marc Collin
"Bunuel après l'âge d'or" de Salvador Simo

Lecture avec :

"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel
et toujours :
"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=