Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The National
High Violet  (4AD / Beggars)  mai 2010

Cela a dû leur faire bizarre, aux membres de The National de se retrouver avec la pression d'un Domenech en route pour l'Afrique du sud. Une pression imputable à un truc très en vogue en ce moment que l'on appelle la spéculation. Ainsi donc, sans trop savoir pourquoi, les braves types de The National ont vu leur cote grimper à l'annonce et à l'approche de la sortie de leur du coup "très attendu nouvel album" (j'insiste sur les guillemets). Or, ceux qui fréquentent le groupe depuis leurs débuts savent très bien que s'il y a bien une qualité que l'on peut leur attribuer aux natifs de Brooklyn, c'est bien la constance. D'ailleurs cet aboutissement (entendez une certaine reconnaissance hors du champs des fans invétérés) est largement mérité, à une époque où n' importe quel péquin se retrouve intronisé nouvelle sensation sur la foi de trois morceaux potables balancés sur Myspace.

Pour les National, il en aura été tout autrement. Il aura fallu une bonne dizaine d'années pour que leur nouvel album, High Violet, leur cinquième, leur confère un statut de groupe attendu, ayant quelque chose à prouver. Autant mettre les choses au clair d'emblée... Ces types, responsables d'albums habités et hautement fréquentables (Alligator et Boxer, mais également Sad Songs For Dirty Lovers), n'ont pas ou plus grand chose à prouver. D'ailleurs, High Violet est loin d'être un album immédiat et ne déborde pas d'hymnes anthémiques à la U2. High Violet se dévoile peu à peu et se mérite au fil de nombreuses et patientes écoutes.

D'abord, ne pas se fier à cette pochette colorée et arty... Si The National avait voulu annoncer la teneur musicale de ce nouvel opus par la biais de la pochette, un monochrome marron ou noir de Rothko aurait fait l'affaire. High Violet est de loin le disque le plus sombre et en retenue du quintet, un voyage au bout de l'introspection et de la mélancolie. Les textes de Matt Berninger contribuent beaucoup à cette impression d'ensemble. "Terrible Love", "Sorrow", "Anyone's ghost" évoquent les tranches de vie dépeintes dans les nouvelles de Raymond Carver. De sa voix de baryton, Berninger parle d'amours qui prennent l'eau, du refus d'être le fantôme de quiconque, de maux enracinés depuis des lustres qui ankylosent l'existence.

Musicalement, The National trouve un équilibre entre sombre introspection et fulgurances épiques. "Terrible Love" illustre parfaitement ce périlleux numéro d'équilibriste, largement aidé par le jeu de batterie de Bryan Devendorf. Ce dernier alterne les roulements funéraires proches de Cure circa Faith avec de soudaines cavalcades rythmiques. Les National ont aussi porté une attention méticuleuse aux divers et nombreux arrangements : cuivres et cordes luxuriants bien sûr, mais s'offrent également les choeurs de Sufjan Stevens et de Justin "Bon Iver" Vernon.

Cependant pas de méprise sur ce High Violet : malgré la gravité du ton et du propos, Berninger et son gang évitent l'écueil misérabiliste et l'auto-apitoiement pour tendre vers une élégance et une classe folles. The National incarne la classe américaine, et High violet place le groupe largement au-dessus de la mêlée des "hipsters" à la petite semaine. Les aspirants aux récompenses en tout genre (meilleur groupe, meilleur album...) auront du souci à se faire au moment de faire les comptes à la fin de l'année 2010.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sad songs for dirty lovers de The National
La chronique de l'album Cherry Tree de The National
La chronique de l'album Kicking the national habit de Grand National
La chronique de l'album Alligator de The National
La chronique de l'album Boxer de The National
La chronique de l'album The National Health de Maximo Park
La chronique de l'album Trouble Will Find Me de The National
La chronique de l'album Sleep Well Beast de The National
Articles : Pearl Jam - Viagra Boys - The National - SLIFT - Toybloïd - En bref cette semaine
The National en concert à La Guinguette pirate (22 juin 2003)
The National en concert à Mains d'Oeuvres (3 novembre 2003)
The National en concert au Nouveau Casino (11 juin 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004) - 2ème
The National en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
The National en concert au Café de la Danse (25 avril 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The National en concert au Trabendo (24 novembre 2005)
The National en concert à La Guinguette Pirate (13 décembre 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
The National en concert au Festival Furia Sound 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The National en concert au Festival La Route du Rock 2010 (dimanche)
The National en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
The National en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - samedi 1er novembre
L'interview de The National (22 juin 2003)
L'interview de The National (3 novembre 2003)
L'interview en VO de The National(11 juin 2004)
L'interview de The National (11 juin 2004)
L'interview de The National (5 mai 2007)
L'interview de The National (avril 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de The National
Le Myspace de The National


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 mars 2020 : Homeworks

Nos chroniqueurs ont fait leurs devoirs à la maison cette semaine. On vous parle toujours de musique, de littérature et de jeux vidéo mais aussi d'expositions virtuelles, de cinéma et de théâtre en DVD ou en ligne. C'est parti, voici de quoi vous occupez en restant chez vous.

Du côté de la musique :

"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander
et toujours :
"Ludi" de Chassol
"D'ombres" de Elodie Vignon
"L'univers" de Goodbye Moscow
"Single / Clip des champions" de Klub des Loosers
"Robert Schumann : L'hermaphrodite" de Laurianne Corneille
"A Milli" le podcast numéro 11 de Listen in Bed
"Outlaws" de Ludivine Issambourg
"It's only us" de Monophonics
"Premier EP" de Panic Party
"Ornithologie" de Un Poco Loco

Au théâtre :

dans un fauteuil de salon avec la sélection de la semaine en diffusion sur le net :
du boulevard avec :
"Le Sommelier" en replay sur la chaîne Paris-Première et la captation de "Un amour de jeunesse"
un classique avec la captation de "Ruy Blas" créé aux Fêtes Nocturnes de Grignan
un classique revisité avec le streaming de "L'Ecole des femmes" au Théâtre national de l'Odéon
une comédie circassienne avec la captation de "La Nuit du Cerf" du Cirque Leroux
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" : "Potiche" de Barillet et Grédy avec Jacqueline Maillan
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Récital emphatique de Michel Fau"
"Le Gros, la Vache et le Mainate"
"Elephant Man"
"Dans les yeux de Jeanne"
"Orphée"
"Il y aura la jeunesse d'aimer"

Expositions :

en toute tranquilité mais qui déménagent avec sur le Musée de la Sacem avec :
"Le Punk français" qui a fêté son quarantième anniversaire et "Le Disco français" toujours présent sur les dancefloors
le parcours virtuel sur le site du Petit Palais correspondant à l'exposition "Paris 1900"
en passant les frontières avec la visite virtuelle des collections du Rijksmuseum d'Amsterdam
et, en attendant la réouverture de l'exposition "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée, le documentaire "Sur les pas de Christian Louboutin" de Olivier Garouste

Cinéma :

se faire une toile à domicile avec parmi les films récents sortis en DVD :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin

Lecture avec :

"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle
et toujours :
"Alerte rouge" de Tomaz Lavric
"Chez nous" de Louis Candlish
"de Gaulle et les grands" de Eric Branca
"El Nino de Hollywood" de Oscar & Juan José Martinez
"Idiot wind" de Peter Kaidheim
"L'intégrale de F A U S T" de Serge Lehman
"Pacifique" de Stéphanie Hochet

Froggeek's Delight :

Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=