Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Raymonde Howard
Interview  (Bourges)  16 avril 2010

Peu après la sortie de l'album For all the bruises black eyes and peas de Raymonde Howard, Laëtitia Fournier se prête au jeu de l'interview auprès de Mickaël Mottet, chanteur d'Angil.

Dans la chanson "The raincoats are here", tu dis "the raincoats are here and the charcoal is there" ("les imperméables sont ici, le charbon est là-bas"). Pas de doute, on est à Saint-Étienne… J’ai l’impression que la géographie a beaucoup d’importance dans l’histoire de Raymonde Howard.

Laetitia Fournier : Je suis Stéphanoise. J’ai commencé à faire de la musique avec des groupes à Saint-Étienne, il y a une quinzaine d’années. La scène musicale était assez active dans les années 1990, surtout dans le milieu DIY et punk, dont je faisais partie (Goofball à l’époque, et aujourd’hui La Seconda Volta).

Saint-Étienne, c’est un peu la "ville des loosers"… Il n’y a pas une grande activité culturelle proposée, et finalement, beaucoup de gens se mettent à la musique. Que tu le veuilles ou non, tu te retrouves donc avec un patrimoine, qui influence ce que tu fais.

C’est vrai qu’on donne souvent cette image de la ville. D’un autre côté, on n’a pas des sous-vies… Pour moi, c’est ce que tu exprimes en disant "You are born out of lovers’ pleasure, there’s nothing sad". Ça va, tous les Stéphanois ne naissent pas dans la crasse, ni les conditions soi-disant plus appropriées pour devenir des rock-stars en puissance… Tout n’est pas négatif, au contraire, on arrive à compenser, ça pousse à l’inventivité.

Laetitia Fournier : Oui, on s’investit vraiment dans ce qu’on fait. Tous les groupes que je connais à Saint-Étienne, toutes les associations sont impliquées à 200 %, plus sincères, plus spontanées que dans des villes où l’activité culturelle serait plus forte.

Toi, tu es née à Saint-Étienne… et Raymonde est née à Reading, en Angleterre.

Laetitia Fournier : Oui. J’ai vécu une année près de Reading. J’avais laissé Goofball et les potes musiciens. C’était une sorte de retraite musicale… J’ai acheté un magnétophone 4 pistes, et à mon retour, j’ai composé les parties de guitare et de chant qui ont constitué mon premier album, sans avoir à me dire "il me faut un couplet ici, un refrain là, une batterie…". Si un instrument traînait dans le salon, je l’ajoutais à la composition en cours. Cela a donné mon premier album, sur Angry Ballerina. 10 titres en 10 minutes !

Il y a des traces de cela dans For all the bruises black eyes and peas, cet esprit d’expérimentation, où le moment compte beaucoup, plutôt que l’obsession pour le format pop.

Laetitia Fournier : Oui ; je ne me considère pas comme une musicienne technicienne. Ma démarche est spontanée, sur le moment. Si c’est trop travaillé, trop réfléchi, je ressens moins d’impact. Cela donne des chansons comme "Songs to shoot him", qui dure 55 secondes. Je ne pense pas trop au format. En concert, les gens peuvent être frustrés, parfois. Mais les morceaux ont été composés comme ça, dans l’immédiateté. À prendre ou à laisser.

Le pseudonyme, la langue anglaise, l’idée de montrer ses pieds sur la pochette… ce sont des jeux autour de l’identité, de la projection, de la mise en scène.

Laetitia Fournier : Raymonde Howard, c’est mon double. Un espace de liberté. Il y a toujours le côté franchouillard de "Raymonde" mêlé à l’aspect angliciste de "Howard"… Quant au jeu sur l’identité… sur la pochette de mon premier disque, j’ai pris mes pieds en photo sur une plage de Brighton. Sur celle du nouvel album, le point de vue n’est plus le mien, c’est celui de quelqu’un qui me regarderait. C’est une mise à nu, en quelque sorte, l’acceptation du regard des autres sur la musique.

Le micro-label Angry Ballerina a des pressages limités, "bornés". Comme toi ? Tu es une fille à principes ?

Laetitia Fournier : Oui ! Le fonctionnement du label, c’est 100 CDr de chaque artiste, pas plus. J’ai besoin de cet espace, de cette exigence, pour me sentir exister. C’est mon côté féministe, ma volonté d’indépendance.

Du coup, l’interaction n’aurait pas pu se faire avec n’importe quel label pour sortir For all the bruises black eyes and peas. We are Unique! Records nous laisse cet espace de liberté dont tu parlais.

We are Unique!, ce sont des gens qui ont un boulot, et qui ont monté ce label par plaisir. On est sur la même longueur d’ondes. Sur l’ordre des morceaux, par exemple, la question ne s’est même pas posée ; j’étais libre. C’est une bonne petite équipe !

Ton rapport à la professionnalisation ?

Le but n’est absolument pas de devenir intermittente du spectacle. Je ne veux pas faire ça tous les jours, ni tomber dans une routine musicale. Je suis heureuse d’avoir un boulot, de ne pas avoir à faire ça pour vivre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album For all the bruises black eyes and peas de Raymonde Howard
La chronique de l'album Le Lit de Raymonde Howard
La chronique de l'album S.W.E.A.T. de Raymonde Howard
Raymonde Howard en concert au Fil (22 novembre 2008)
Raymonde Howard en concert au Fil (6 juin 2009)
Raymonde Howard en concert au Fil (mercredi 6 octobre 2010)
L'interview de Raymonde Howard (lundi 3 mars 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Raymonde Howard
Le Bandcamp de Raymonde Howard
Le Myspace de Raymonde Howard
Le Facebook de Raymonde Howard
Le Myspace de La Seconda Volta
Le site officiel de Angry Ballerina Records
Le site officiel de We are Unique! Records


Mickaël Mottet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Raymonde Howard (9 août 2014)
Raymonde Howard (5 janvier 2011)


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=