Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Blood Brothers et Liars
Le Tryptique  (Paris)  15 mai 2004

Le Tryptique affiche complet en ce samedi soir, pour accueillir un plateau 100% U.S, avec les Blood Brothers (combo hardcore de Seattle) dont c'est la 1ère venue en France, et les New yorkais déjantés des Liars.

La 1ère chose qui frappe en laissant traîner l'oreille à droite à gauche c'est qu'il y a presque autant de monde pour la 1ère partie que pour la tête d'affiche (comme quoi je n'étais pas le seul à être venu juste pour les Blood brothers). Il faut dire que les Liars ont visé juste en prenant en tournée avec eux les Blood. Après deux albums underground, ils sortent en 2003 Burn, piano island burn produit par Ross Robisson (l'ancien, l'inventeur du son du néo-métal). Des jeunes gens tout content d'être là.

19h30 ils montent sur scène pour nous déverser pendant une demi heure leur hardcore hystéro-schizophrénique à grands coups de cris. Emmené par deux chanteurs aux voix juvéniles et presque féminines, le groupe se donne à fond pendant le peu de temps qui lui est imparti sur cette tournée. Les fans (dont je fais partie) sont aux anges, et les premiers rangs commencent à se bastonner sévère.

Alternant nouveaux morceaux et anciens, les Blood Brothers livrent un set homogène, compact et terriblement efficace, mêmes les plus réfractaires opinent du chef en cadence. Malgré une musique pas toujours abordable (à quand Blood brothers sur Europe 2 ?) les frêres de sang font moucheà en croire par le nombre de disques vendus après le set.

Ils terminent par un rappel (fait plutôt rare pour une première partie) sur "Ambulance vs ambulance" single de leur dernier album. Quel bonheur de voir ce genre de groupe sur scène, qui joue sans complexe, dialogue avec le public et se vannent entre eux.

On attend avec impatience leur venue en tête d'affiche pour avoir droit à un vrai set.

Arrivent ensuite les Liars. Lassés d'être étiquetés "post-punk" et ressuscé des Strokes, les Liars ont délaissés Brooklyn pour les forêts sombres du New Jersey d'où ils ont accouché de leur deuxième album They were wrong, so we drowned narrant des histoires de méchantes sorcières et de villageois apeurés. Les Liars nous ont pondu leur Blair Witch à eux.

Musicalement, le rock'n'roll est mis au placard au profit d'expérimentations électros-bidouillages inqualifiables. Sur scène, alors qu'on pouvait s'attendre à un mélange entre les deux albums, les Liars délaissnt complètement leur côté rock révolu pour offrir un show surprenant, très électro où Angus Andrew gesticule sans cesse. En véritable bête de scène aux habits trop petits, le chanteur saute, s'allonge, grimpe sur les enceintes, prend la pose, bref n'en fait qu'à sa tête.

Mais le problème est que quand on n'est pas un fan pur et dur, la surprise du début finit par lasser un peu, et on peut finir par vite s'ennuyer..Réservé aux inconditionnels même si malgré tout, on se surprend à sourire devant les délires du chanteur décidément intenable.

Au final, on trépigne d'impatience quant au retour des Blood Brothers dans la capitale, et pour ce qui est des Liars...tiens je vais aller réécouter leur premier album moi.


 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Crimes de The Blood Brothers

La chronique de l'album They were wrong so we drowned de Liars
La chronique de l'album Drum's not dead de Liars
La chronique de l'album Mess de Liars
Liars en concert à La Boule Noire (19 novembre 2003)
Liars en concert au Festival Art Rock 2004 (Jeudi)
Liars en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Liars en concert au Festival La Route du Rock 2010 (vendredi)
Liars en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - samedi 3 novembre
Liars en concert au Festival La Route du Rock #24 (vendredi 15 août 2014)
Liars en concert à La Machine (jeudi 9 octobre 2014)
L'interview de Liars (novembre 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de Liars
Le Soundcloud de Liars
Le Myspace de Liars
Le Facebook de Liars


Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=