Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 24 juillet 2010)
Arpad Flynn - Garnier & Sentou - Pamela Hute - Vismets - JP Nataf  (Paris, Parvis de l'Hôtel de Ville)  samedi 24 juillet 2010

Il fait beau à Paris ce samedi 24 juillet. Pas trop chaud, plein soleil, du monde plein les rues entre la plage artificielle et les soldes de dernières heures. Les gens vont et viennent, s'amusent et regardent vaguement ce qu'il se passe sur la scène installée devant l'Hôtel de Ville alors que les groupes font tranquillement leurs balances pour les concerts du soir, comme si personne n'était là. Ambiance bon enfant avec des airs de kermesse de village géante.

Ambiance de kermesse qui s'accentue encore, l'heure du premier concert approchant lorsque Olivier Bas accompagné d'un "DJ" (en fait un gars qui passe des morceaux à partir de son netbook) décide de faire un petit concours en formant deux équipes constituées de 3 gars pour l'une et de 3 nanas pour l'autre. Le bon vieil antagonisme homme-femme marche toujours. Mais lesquelles sauront découvrir le plus de reprises parmi la playlist...

Et bien les hommes évidemment, les filles c'est trop occupé à écouter de la variété, c'est bien connu ! Bon je déconne mais là, en l'occurrence, les mecs avaient l'air de quand même déjà avoir entendu parler de Nine Inch Nail et de Noir Désir...

Bref, petit divertissement sympathique en attendant l'arrivée sur scène des stéphanois (et lyonnais) d'Arpad Flynn.

Déjà croisé au Printemps de Bourges il y a quelques mois, on ne va pas répéter tout le bien que l'on pense de ce groupe qui manie fort bien la pop énergique et le rock maitrisé, offrant des beaux moments à aller chercher du côté de The Cure, The Fall, voire Editors. Depuis Bourges, le groupe a gagné en naturel et en maîtrise. Le chanteur en fait toujours beaucoup mais tout semble plus spontané, moins chorégraphié.

Les titres sont incisifs, le groupe aussi lorsqu'il se plaint avec humour et provocation de la relative immobilité du public parisien qui, il faut le reconnaitre, a été cueilli à froid par la puissance du son contrastant avec le doux brouhaha du samedi place de l'Hôtel de Ville, en lançant le désormais mythique "Les touristes vous êtes mignonnes, mais les parisiens, vous êtes moins bien en vrai qu'à la TV" (accueilli fraichement par quelques noms d'oiseaux).

Un set puissant et maîtrisé de bout en bout par un groupe aussi déconneur que professionnel (et c'est pas peu dire) qui devrait connaître un succès grandissant et dont l'album Anti Aging Solution assoie encore un peu plus leur légitimité sur la scène rock française, sans avoir à rougir de la comparaison avec quelques pointures d'outre-Manche avec une mention spéciale pour le tout nouveau titre "Tea set kisskiss goodbye", joué pour la première fois en public et de bien belle manière même si on peut lui reprocher trop de similitudes avec les Cure (mais c'est plutôt un compliment).

Petit pause histoire de se rafraichir le gosier mais aussi les tympans avec un duo comique Garnier & Sentou, qui officie habituellement au Trévise mais qui, pour l'occasion, est venu prêcher la bonne parole afin de sensibiliser le public aux problèmes auditifs suite à l'écoute prolongée de la musique à volume élevé. Petite leçon sur le ton de l'humour, un peu trop niaiseux cependant pour être totalement pris au sérieux mais agréable bande annonce pour qui voudrait voir un spectacle comique musical à Paris, cet été.

Le deuxième groupe à venir s'époumoner sur scène devant un public plus enclin à lézarder qu'à pogoter gentiment s'appelle Pamela Hute.

Trio arty power rock tendance électro et minimaliste au look affirmé mené par la belle et quelque peu androgyne Pamela. Concrètement, cela ressemble dans les meilleurs moments à du Foo Fighters minimaliste qui serait mené par une rioooot girl quelque part entre la hargne de Courtney Love et les mélodies plus sucrée de Sonya Madan.

C'est énergique, volontaire et rentre-dedans. C'est élégant à voir sur scène et certainement complètement irrésistible dans un petit club fermé (La Maroquinerie au hasard) mais on finit par se retrouver distrait par ce qu'il (ne) se passe (pas) dans la foule, plutôt que par les prouesses vocales et guitaristiques de Pamela ou le jeu de batterie inventif (malgré une batterie relativement simpliste) de son batteur accompagné des élucubrations de son clavier (également percussionniste quand il faut).

Quoi qu'il en soit, Pamela Hute et son Turtle tales from overseas dont nous vous parlions récemment reste un groupe à suivre.

Pas de mise en garde contre les acouphènes cette fois ci avant le groupe suivant mais un avertissement bienveillant d'Olivier Bas, lui-même. Attention, le groupe suivant vient de Belgique et est capable de mettre la fessée à dEUS et Ghinzu réunis dans leur bac à sable...

Evidemment, plus on attend d'un groupe inconnu, plus on risque la déception. Vismets n'est pas dEUS. Vismets est un peu Ghinzu mais en devenir. Vismets est un groupe qui veut faire beaucoup de bruit pour épater la galerie, comme les paons qui déroulent leur plumage pour épater la jeune volaille effarouchée. Mais la sauce ne prend pas vraiment et le groupe a beau se démener avec panache, leurs chansons sont emmurées derrière un maelstrom sonore qui gâche un peu la fête. Erreur de jeunesse pour ces futurs Klaxons, c'est tout le mal qu'on leur souhaite.

La nuit n'est pas encore tombée que le dernier concert débute déjà. Concert en point d'orgue mais assez détonnant par rapport aux précédents groupes dont l'énergie. En effet, JP Nataf est connu pour être un orfèvre de la pop musique distillant avec élégance et sans précipitation ses mélodies magnifiques et indémodable. Ce soir, JP Nataf invitait tout une série de musiciens de ses amis sur scène pour se faire plaisir et nous faire plaisir.

Démarrage tranquille avec quelques chansons seul avec son groupe du moment (ses "gus" comme il dit) puis arrivent alors une ribambelle d'invités, connus ou moins connus. Qui venu poussé la chansonnette, qui venue jouer guitare ou batterie, tambourin, etc.

On notera parmi les plus marquant la superbe Mina Tindle dont la voix incroyable charmera largement le public, mais également le trop rare Mathieu Boogaerts  venu taper les futs mais également chanter deux extraits d'un spectacle qu'il donnait il y a quelques temps à la Java de Belleville dans un drôle d'anglais. Albin de la Simone sera aussi de la partie, sans ses claviers mais avec sa voix douce et crystaline.

Pourtant, si les morceaux sont parfaitement exécutés, le public semble s'ennuyer et les quelques remarques discrètes de JP Nataf sur le manque d'énergie de ses chansons et le peu d'enthousiasme de l'auditoire n'arrange rien. Tout le monde a du mal à entrer dans les mélodies peut-être trop belles et complexes, trop douces et pas assez spectaculaires peut-être pour un public qui voudrait de l'inoubliabl,e là où il y a surtout de l'émotion pure et immédiate.

Pourtant, encore une fois, le set est presque parfait, les chansons remarquables et JP Nataf en chef d'orchestre enthousiaste semble s'amuser comme un gamin avec ses invités, dansant même hors scène quand il laisse la vedette à ses amis d'invités... Un rendez-vous qui se voulait exceptionnel et qui n'était peut-être que remarquable. Un rendez-vous avec un vieil ami qui n'a le temps que de partager un café avec vous... mais on se jure quand même de s'appeler très vite et de se faire une bonne bouffe bientôt ! Hein JP !

La nuit est tombée sur Paris, le silence revient, le brouhaha de la vie de tous les jours reprend ses droits, les parisiens regardent à nouveaux leurs chaussures en se rendant au métro pour retrouver leurs appartements quand quelques minutes avant tout le monde avait envie de danser ensemble sans vraiment oser le faire, si ce n'est 4 ou 5 personnes que tout le monde prendra pour des illuminés... Le show est terminé, les lumières ne se rallument pas mais le plus important au final, c'était finalement de réussir à rassembler quelques parisiens en mal d'amusement et ça, c'était plutôt réussi. Merci Indétendances, à la semaine prochaine, à coup sûr cette fois ci, le public ne résistera pas longtemps aux assauts rythmiques des Beat Assailant !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Arpad Flynn en concert au Triomphe (16 octobre 2008)
Arpad Flynn en concert à Arpad Flynn - Scratch Bandits Crew - Bach in the Days (Rewind et Thomas Fresneau) - Loduband (31 janvier 2009)
Arpad Flynn en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
La chronique de l'album Turtle tales from overseas de Pamela Hute
Pamela Hute parmi une sélection de singles (mai 2012)
L'interview de Pamela Hute (lundi 14 mai 2012)
JP Nataf en concert au Grand Mix (jeudi 11 mars 2010)
JP Nataf en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
L'interview de JP Nataf - Fabien Martin (21 avril 2005)

En savoir plus :
Le site officiel du festival FNAC Indétendances
Le Myspace du festival FNAC Indétendances

Crédits photos : Diane Hion (Toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Pamela Hute (14 mai 2012)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=