Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 30 juillet 2010)
Nouvel R - Rocé - Casey - Beat Assailant  (Paris, Parvis de l'Hôtel de Ville)  vendredi 30 juillet 2010

Encore une belle journée ensoleillée (trop tard pour l'ami Ricoré néanmoins, l'heure du petit-déjeuner est encore loin) pour ce troisième rendez-vous de l'été avec le festival Fnac Indétendances.

Un programme totalement différent de la semaine précédente, représentativité et diversité obligent. Ce vendredi, la soirée était donc consacrée au hip hop et au rap avec un plateau éclectique et international avec au programme Nouvel R, Rocé, Casey et Beat Assailant.

Ce n'est pas encore la grande foule sur le parvis de l'Hôtel de ville lorsque Nouvel R arrive sur scène mais c'est quand même plusieurs centaines de personnes qui sont déjà là pour accueillir cette nouvelle génération de rappeurs, à mi-chemin entre la poésie et le second degré de IAM et la rugosité agressive de NTM. Le groupe est avant tout connu pour avoir eu un de ces clips tourné par Kourtrajmé et qui avait en son temps défrayé la chronique puisqu'il y était question d'extrémisme religieux, qui fait toujours couler autant d'encre que de sang et de vilaine bile.


Ceci dit, les 4 chanteurs de Nouvel R sont plutôt bons sur scène, tout comme le bassiste et le DJ dont les habillages sonores sont rehaussés d'un human beat box pas mal du tout même si les basses sont un peu forcées pour accentuer le côté spectaculaire de la beat box au détriment du côté humain.

Les textes sont bien entendu très "militants", anti tout  par principe et pessimiste par réalisme, mais sont assez bien tournés et sans devoir être lettré pour les comprendre, il faut leur reconnaitre une certaine qualité d'écriture qui fait trop souvent défaut dans le rap au profit de l'énergie et de la haine.

 

Crânes rasés et t-shirts noirs, Nouvel R a de quoi, sinon faire peur, attirer l'attention du public sur une scène qu'ils occupent remarquablement bien notamment les 4 MC mais également le bassiste et le human beatbox qui font un véritable marathon en courant dans tous les coins, sans pour autant éviter les poncifs du genre.

Mains en l'air qui s'agitent façon Lucky Cat des boutiques asiatiques (ou tribune de supporters du PSG au choix, dont pas mal de maillots trainaient sur les épaules d'un public ultra éclectique), jeu de jambes et de bras appris directement dans le manuel du parfait rappeur... Tout y est et ces Eminem français ont de quoi plaire et n'auraient pas à rougir si, par chance, ils arrivaient à percer dans le milieu, trop rempli de tout et n'importe quoi, comme le soulignera d'ailleurs plus tard Casey.

Nouvel R, on aime ou on n'aime pas mais force est de reconnaitre que les gars ont du style et leurs chansons une certaine profondeur (sans aller jusqu'à poésie, quoi que...) et je ne saurais que trop conseiller aux amateurs du genre (mais aussi au néophyte qui ne saurait trop par quoi commencer) de découvrir leur album intitulé, avec l'humour qu'ils ne manquent pas d'avoir, Tout Va Bien. Frissons garantis.

Pas de frisson en attendant sous le soleil le deuxième groupe de la soirée en la personne de Rocé.  Mais avant de voir apparaitre Rocé sur scène, le public est chauffé quelque minutes par son DJ et son bassiste. Rocé débarque enfin, l'air de rien, un peu en vacances, coiffé d'un étrange chapeau "Nature & Découvertes" collection castor junior, et attaque un set attendu par les connaisseurs rassemblés sur la place, ce soir.

Rocé se veut poète et déclame ses textes sur une musique plutôt convenue pour qui a enregistré avec quelques grands du jazz comme Archie Shepp ou de la pop musique comme Gonzalez. Ca rappe classique, ça rappe bien mais le feu ne prend pas (pour tout le monde).

A peine une petite flamme vite soufflée par quelques textes pas si inspirés que ce que l'on aurait voulu sur la sempiternelle perte des valeurs du peuples français, les gentils dont nous sommes, les méchants qui nous gouvernent...

Evidemment, on ne peut qu'être d'accord avec Rocé, on ne peut que soutenir son discours mais avouons quand même une petite déception. Non pas parce que ce n'était pas bien, mais seulement parce que ce n'était pas à la hauteur de nos espérances vis-à-vis de celui qui dit de lui-même : "J’aime les expériences, la témérité artistique, même s’il y a plus fou que moi. J’aime emprunter plusieurs chemins différents. Dans le futur, mes prochains albums pourraient être punk, ska, rock’n’roll, qui sait…".

Petite déception donc mais un public chauffé à blanc qui accueillera comme il se doit Casey. Accompagné d'un DJ et d'un chanteur, Casey ne mettra pas longtemps à s'imposer sur la grande scène de l'Hôtel de Ville.

Dans son grand survêtement, elle bouge sans cesse et déclame ses textes contre les mauvais rappeurs et les chanteurs de variétés, ses textes sur les colonies et les  esclaves qu'elle a pour ancêtres, la vie, la mort, à peine l'amour.

Casey est, tout comme avec Zone Libre dans un registre bien différent, ce que l'on peut appeler une bête de scène, un charisme impressionnant, un capital sympathie au beau fixe, beaucoup d'humour, toujours le sourire. La meilleure façon de faire entrer dans nos petites têtes ses mots que l'on devine choisis avec précision et beaucoup de conviction.

Bien sûr, encore une fois on regrettera la présence d'un seul DJ pour accompagner Casey, tellement mieux mise en valeur au sein de Zone Libre, mais bien évidemment cela n'est qu'une histoire de goût et je le confesse volontiers, je suis plus sensible au rock qu'au DJ set hip hop.

Timing serré oblige, Casey ne pourra pas faire de rappel au grand dam du public qui le fait savoir par quelques puissants hurlements.

Mais bien évidemment, la place de l'Hôtel de Ville est désormais archi bondée pour l'arrivée sur scène de Beat Assailant et de son équipe de musiciens foutraques pour une toute petite heure de concert (hé oui, ça se couche tôt le parisien) intense et, disons-le tout de go, totalement jouissive.

 

Je ne vais pas redire tout le bien que j'avais dit de Beat Assailant (beau gosse aux allures d'ado de la côte ouest) et de son groupe lors du Printemps de Bourges mais entre les musiciens incroyables (notamment la section de cuivres), le chanteur parfait en maître de cérémonie et la belle et sautillante choriste, chanteuse et bassiste Janice, les compositions du groupe sont vraiment mises en valeur entremêlant avec classe et espièglerie, le jazz et le hip hop, la pop et le rap.

Le set sera semblable à celui de Bourges mais en nettement plus court (je vous ai déjà dit que le parisien se couche tôt ?).

Cela n'empêchera pas Beat Assailant de réussir l'exploit de faire danser tout le parvis de l'Hôtel de Ville mais aussi, encore plus fort, de faire assoir instantanément tous les spectateurs et les faire relever au rythme de la musique. Comme quoi, un public bien mené est toujours un bon public.

Et les Beat Assailant ne s'y trompe pas et seront tout sourire durant le concert, complices entre eux autant qu'avec le public. Une vraie occasion d'utiliser l'expression "Un pur moment de bonheur" qui donne vraiment le sourire et l'envie de pleurer de joie tellement ce groupe et ses morceaux ultra entrainants donnent la pêche et apportent de la bonne humeur.

A part une petite faute de goût de quelques minutes pendant lesquelles le groupe est parti dans un medley de quelques uns de ses tubes, démarche louable pour faire plaisir au fan mais qui, au final, aurait sans doute préféré un seul vrai titre en entier, le concert était encore une fois irréprochable et "Crash the party" en final a fini de mettre le public en joie.

Public qui aura bien du mal à partir ensuite réclamant en vain un rappel bien mérité mais qui ne viendra pas... Dommage, il est à peine 22h, il fait beau, les gens sont heureux... Qu'à cela ne tienne, il reste encore quelques soirées au festival Indétendances pour encore donner du plaisir aux gens. N'empêche que cela va être difficile de passer derrière Beat Assailant, qui aurait été parfait pour terminer le festival. Une soirée encore une fois plutôt réussie pour qui aura su apprécier le genre, et qui a réuni une fois de plus un public toujours plus nombreux, varié, curieux et souriant. Une réussite en soi.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Tout va bien de Nouvel R
Nouvel R en concert au Festival Au Pont du Rock 2005
Rocé en concert au Festival des 3 éléphants 2006
Rocé en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mardi 13)
Rocé en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - samedi
La chronique de l'album Les contes du chaos de Zone Libre vs Casey & B. James
Casey en concert au Festival GéNéRiQ 2009
Casey en concert au Fil (28 mars 2009)
Casey en concert au Festival Furia Sound 2009
Casey en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Casey en concert au Festival Rocktambule 2010 (16ème édition)
Casey en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
La chronique de l'album B de Beat Assailant
Beat Assailant en concert à Hey Hey My My - Moriarty - Deportivo - Beat Assailant (21 juin 2008)
Beat Assailant en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)
Beat Assailant en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - dimanche

En savoir plus :
Le site officiel du festival FNAC Indétendances
Le Myspace du festival FNAC Indétendances

Crédits photos : Diane Hion (Toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=