Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 7 août 2010)
Bagou Vraz - Plantec - Merzhin - Alan Stivell - DJ Zebra et le Bagad de Carhaix  (Paris, Parvis de l'Hôtel de Ville)  samedi 7 août 2010

Aujourd’hui à Fnac Indétendances, place à la Bretagne. Pour chauffer le parvis – il en aura besoin – débarque l’énigmatique Bagou Vraz, qui repose sur Néry Catineau et Raskal (les VRP, souvenez-vous). Le corps de leur prestation se compose de chansons satiriques à deux voix qui se répètent, il paraît que ça s’appelle du Kan ha diskan, et que ça veut dire chant et contre-chant en Breton. Ok, c’est rigolo, les paroles sont truculentes, engagées.

Les deux premières incarnations de cet improbable exercice sont ponctuées d’une reprise de "Zombie" des Cranberries à la harpe. L’ambiance a l’air de monter, mais nous, on doit filer s’occuper de l’artiste qui clôturera cette soirée, DJ Zebra (interview bientôt disponible sur Froggy’s Delight). À notre retour, ça ne rate pas, il pleut une très grosse drache, juste pendant le changement de groupes. La Bretagne est au rendez-vous, mais épargne ses artistes (pour l’instant).

Accostent ensuite Plantec, au son des cloches de leur "Androïde", un énorme instrumental qui nous plonge dans leur univers. Ils sont sept sur scène, la formation rock classique (guitare, basse, batterie) augmentée d’un trio breizh (bombarde, cornemuse, harpe), le tout rehaussé d’un clavier et de sons électroniques.

"On sent les métallos convertis au régionalisme" me glisse mon voisin, à moins que ce soit l’inverse. C’est vrai, le lin a remplacé le cuir, sauf chez le guitariste, un géant au cheveu lisse et à la lèvre percée.

Musicalement, ça tient très bien la route, du gros son, grave, avec une bonne section rythmique.

Le seul problème à mon sens, c’est que tout ça ce passerait volontiers de la voix du chanteur, et je ne dis pas ça parce que je ne comprends pas le Breton. À part dans le registre rauque à la Marylin Manson (à de rares moments peut-être sur "Delienn"), il y va trop fort, hors ton, écrase la musique, dommage.

Heureusement, le jeune homme passe beaucoup de temps derrière sa harpe, et au final, on se laisse entraîner dans leur forêt sombre et celtique, hard-électro-folk.

Dans la fosse, les premières chenilles se créent, les drapeaux se lèvent, les petits doigts se nouent. Pas de doute, nous sommes bien en Bretagne.

Avec Merzhin, nous irons Plus loin vers l’ouest, titre de leur dernier album et d’un de leur titre. Et c’est vrai, il y a du far west chez ces magiciens bretons – Merzhin, c’est Merlin en fait – avec des titres comme "Ma Las Vegas parano" très rock ou "Le Pacte du Diable" avec son banjo, et même un extrait du bon de la brute et du truand, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Les Merzhin appartiennent clairement à la première.

Si "Betti" semble parler de l’oriental Tibet, une jolie ligne de flûte nous le ramène à l’ouest. C’est ainsi que Merzhin s’inscrit musicalement en Bretagne, avec son sonneur qui joue d’un peu de tout ce dans quoi on peut souffler, bombardes, flûtes, saxophones et j’en passe. La formation est complétée par une voix bien posée, deux guitares, une basse et une batterie un peu légère au début, mais qui prend toute sa puissance sur "Nains de Jardin" que le public suit à fond, popopopopopopo. C’est un morceau du début du siècle, de la naissance de Merzhin, qui en est déjà à son quatrième album sorti cette année. Lui appartient la "Commedia des ratés", les chiens aboient et la caravane passe, mais pas le morceau qui reste encore dans les têtes le lendemain. De fait, tout leur set nous amène dans un grand voyage en "Train de nuit" au travers de leurs albums et s’achève sur "Poussières" qu’on retient mieux sous le nom d’infinie comédie. Un très joli final acoustique achève de nous séduire, et nous les retrouverons volontiers au Point éphémère le 2 décembre.

Se dresse entre nous et l’absolue icône musicale de la Bretagne un obstacle de taille : la pluie, que je soupçonne invoquée par les Merlins pour mouiller leur illustre successeur : Alan Stivell. Pour tout vous dire, la grenouille chroniqueuse craint l’eau et a séché le début de ce concert, bien au chaud backstage. Mais quelles sont ces cornemuses qui s’élèvent du fond de l’hôtel de ville ? Ok, c’est Zebra qui s’entraîne avec son Bagad, enfin arrivé des Interceltiques de Lorient.

Allez, courage, ça se calme, allons voir un peu le maître avant qu’il ne termine. Sous un reste de petit crachin, c’est le feu dans la fosse bretonne, et Alan est absorbé dans sa "Suite sudarmoricaine" lalalalalelo. Lui succède "Brittany’s" un joli clin d’œil aux voisins d’outre-Manche, sur son dernier album. Le final ne peut être que l’immortel "Tri Martolod", dans lequel il nous met une bonne dose de speed. Y a pas à dire, le Breton sait faire la fête, qu’il pleuve ou qu’il vente.

La pause est l’occasion d’analyses très profondes sur les artistes du soir : ils sont bavards, tous habillés en noir, et il n’y a aucune femme. Ils sont beaucoup aussi, et ça ne va pas aller en s’arrangeant.

Le final de ce soir rassemble avec audace le Bagad de Carhaix, vingt-huit âmes, et un disk-jockey DJ Zebra. Carhaix, c’est la ville des Vieilles Charrues, où le DJ solitaire s’en est allé nouer cette étonnante collaboration musicale.

Après avoir mis la main à la pate et tiré quelques câbles, il accueille les jeunes gens – certains sont adolescents – sur la scène de l’hôtel de ville, et c’est parti ! Rien de moins que "Hell’s bells" d’AC/DC pour entamer ce set à la cloche, après un excusable foirage de réglages.

S’en suit un improbable mélange – on appelle ça un bootleg – entre la "Casbah" des Clashs et "Like a hobo" de Charlie Winston, les bombardes remplacent la ritournelle de Charlie. Un Zebra survolté court entre son micro, sa guitare, ses platines et son orchestre du moment. Les classiques du rock continuent avec le "Passenger" d’Iggy Pop ou "L.A. Woman" des Doors, toujours avec leur petit morceau de Bagad dedans.

La mayonnaise prend bien, curieuse alchimie entre les sons rock et folk, et un public qui s’éclate comme jamais je ne l’ai vu sur ce parvis. Toujours plus audacieux, le zèbre s’aventure dans la jungle électro avec "Right here, right now" de Fat boy slim et "Smack by bitch" de Prodigy (avec du "Sail away" d’Enya caché dedans, si si je vous assure). Le bagad se repose un peu avant de revenir sur "Bloody Sunday" d’U2 mélangé à…"Tri Martolod" d’Alan Stivel, la boucle est bouclée. Du Gorillaz laisse la place à la marche impériale de Star wars, énorme à la cornemuse, en bootleg avec Joey Starr.

Pour le final, DJ Zebra monte sur sa table, puis descend faire un tour dans la fosse sur du Daft Punk, dont il revient torse nu, avant d’enfiler son maillot du stade rennais, numéro 10. Le bagad s’en va et Fnac Indétendances offre deux minutes à Zebra qui conclut seul sur mélange JacksonBlur, et une dernière mesure puissante des Rage against the machine. La foule est en transe pour cette conclusion magistrale de cette Breizh touch.

Ils sont fous ces Bretons ! Rendez-vous le week-end prochain pour continuer sur des notes plus électroniques.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Merzhin Live de Merzhin
La chronique de l'album Des heures à la seconde de Merzhin
L'interview de Merzhin (4 juin 2008)
DJ Zebra en concert au Festival Les Nuits Parisiennes 2006
L'interview de DJ Zebra (7 août 2010)
La chronique de l'album Rock N' Soul Radio de Zebra
La chronique de l'album eponyme de Zebra & Bagad Karaez
La chronique de l'album Mambopunk de Zebra
La chronique de l'album Sélection singles & EP de Bantam Lyons - Clara Néville - Jay-Jay Johanson - Nadéah - Matt Low - OMOH - Zebra - Perez
La chronique de l'album Plaisirs et Dissidence de Antoine Zebra
Zebra en concert à L'Alhambra (mardi 13 novembre 2012)
Zebra en concert à Oeno Music Festival #2 (édition 2015)
L'interview de Zebra (lundi 13 avril 2015)

En savoir plus :
Le site officiel du festival FNAC Indétendances
Le Myspace du festival FNAC Indétendances

Crédits photos : Diane Hion (Toute la série sur Taste of Indie)


RGdC         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Merzhin (7 juin 2008)
Zebra (13 avril 2015)


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=