Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock 2010 (vendredi)
Magnetic Friends - Dum Dum Girls - Owen Pallett - Yann Tiersen - The Black Angels - Liars - Caribou  (Saint-Malo, Fort de Saint-Père)  vendredi 13 août 2010

20 ans, en voilà un bel âge ! Pour cet anniversaire, les organisateurs de la Route du Rock ont décidé de faire venir, une fois encore, du beau monde. Entre Yann Tiersen, Caribou, Liars, Massive Attack, The National ou Flaming Lips, les spectateurs trouveront forcément quelque chose à leur goût.

Arrivées de bonne heure au camping, il n’est pas difficile de trouver un emplacement. Mission : du calme et pas trop de mecs bourrés qui tomberaient sur notre tente au plein milieu de la nuit. Alors qu’on croyait que c’était chose faite, profitant d’une petite pause pour prendre des forces avant le marathon Route du Rock, il nous faut nous déplacer, des festivaliers vrais de vrais, déjà souls à 15 heures,  ayant élu domicile juste à côté de nous. A peine le temps de replanter notre tente qu’il nous faut partir au Fort pour les premières conférences de presse et le début des concerts.

Joli cadeau d’ouverture au milieu d’un mois d’août au temps capricieux, le soleil a décidé d’éclairer Saint-Malo. Le site a été aménagé en hommage aux artistes qui ont fait la renommée et la durabilité du festival pendant vingt ans par le collectif Labor/Dur. Des sacs de sable ont été installés façon bunker, siglés de l’emblème de la Route du Rock, la cassette et la tête de mort. Sigur Ros, The Cure, Arno, Air… Des noms qui ont marqué l’histoire du festival.

A peine les portes ouvertes, les sacs remplissent leur office et reçoivent les fessiers des festivaliers en attente du début des concerts, au son d’un DJ set de Magnetic Friends. Les quatre filles de Dum Dum Girls font leur apparition sur scène avec à peine cinq minutes de retard. Le festival est placé sous le signe de la ponctualité, ce qui se confirmera tout le long de la soirée. Toutes de noir vêtues, bas résille troués, elles remplissent peu la scène, regroupées au milieu.

Devant un public plutôt dispersé, elles tentent de mettre l’ambiance. Pas facile de jouer en premier, le premier jour ! Leurs mélodies huilées aux accords et rythmes faciles ont du mal à faire bouger les spectateurs qui préfèrent regarder de loin ou sur l’écran géant, tranquillement assis sur leurs "poufs", une coupe de champagne à la main, anniversaire oblige.

Les filles bougent peu sur scène et leurs voix parfois peu harmonieuses n’arrivent pas à convaincre.

Les applaudissements sont timides. Profitant du soleil, les festivaliers rentrent tard de la plage. On sent que le festival débute à peine, la foule est parsemée dans le fort.

Owen Pallett arrivera-t-il à mettre plus d’ambiance ? Le jeune Canadien arrive seul sur scène, violon à la main. Mèche longue, bonnet rayé rouge vissé sur la tête, lunettes de soleil.

Un seul musicien alors que son dernier album Heartland a été enregistré avec l’orchestre symphonique de Prague ? Pas de problème pourtant pour retranscrire l’esprit de l’album pour l’ex Final Fantasy

Son acolyte Thomas Gill le rejoint sur scène pour l’accompagner à la basse et à la batterie. Fidèle à ses envolées mélodiques, il fascine par sa maîtrise du violon, sa voix bien placée et sa capacité à faire croire qu’ils ne sont pas que deux sur scène. Pourtant  le public ne semble pas conquis. Il manque un petit quelque chose.

Cela transcende, ça touche, ça emporte émotionnellement, mais il manque un peu d’action pour le deuxième concert de la journée. Il arrive cependant à faire l’unanimité sur son morceau de rappel, une reprise de "Odessa" de Caribou, ses compatriotes qui regardaient le show en backstage. Danse, cris, la foule se motive.

Yann Tiersen était très attendu pour cet anniversaire. La population est constituée de fans de longue date. Une festivalière semble peu apprécier : "La présence de Yann Tiersen à la Route a fait monter la moyenne d’âge de façon alarmante !" fera-t-elle savoir via les réseaux sociaux.

Il propose pour cette vingtième édition du festival son prochain album, Dust Lane, qui sortira le 4 octobre prochain, qu’il a voulu plus rock qu’à son habitude. Le Breton se produit sur scène avec quinze musiciens polyvalents : violoncelles, batteries, basse, banjo, clavier, xylophone, guitare, harmonium, trombone… un véritable orchestre, essentiellement masculins…

On retrouve parmi eux Matt Elliott, Josh T. Pearson et Laetitia Shériff. Il aurait pu y avoir quelque chose d’intéressant dans cette présentation en avant-première. Mais déception. Les batteries sont fortes, on entend à peine les chœurs, les trombones et les violoncelles se font tout petits. Dommage de ne pas profiter au maximum de tous ces instruments réunis sur scène. Les morceaux s’enchaînent, toujours instrumentaux. Un style qu’il faut apprécier pour ne pas trouver le temps long.

Yann Tiersen quitte une première fois la scène, le poing levé, et longuement applaudi. Rappelé, il s’en donne à cœur joie. Il reprend au violon son fameux morceau présent sur la B.O du film Amélie Poulain, passage peut-être obligé pour se faire reconnaître auprès des non-initiés. Le dernier morceau, ressemblant à une longue adaptation musicale de l’apocalypse, se fait encore entendre après que les musiciens ont quitté la scène.

Après un interlude, durant lequel il faut bien se sustenter, les Américains de The Black Angels font leur entrée. En conférence de presse, plus tôt dans la journée, ils avaient laissé entendre qu’ils laisseraient place à l’improvisation. Habitués à jouer avec des supports multimédias, ils doivent faire sans, mais cela n’entache en rien leur prestation.

Très contents d’être présents à la Route du Rock, ils remercient le public et les organisateurs avec leur pêche. Distorsions, psychédélisme, les Texans font ce qu’ils ont l’habitude de faire, mais le font bien. Présentant des morceaux de leur prochain album qui devrait sortir en septembre, ils motivent un public conquis à le découvrir.

Vient le tour de Liars. Désormais basés à Los Angeles, ils jouent essentiellement leur nouvel album Sisterworld. Mais ils avaient prévenu : si on comptait entendre l’album comme sur l’album, ce n’était pas la peine de venir. Et on n’est pas déçu. Angus Andrew le chanteur se donne. Occupant toute la scène, tirant sur le fil du micro comme un beau diable. Sa boîte à effet tombe, son micro ne fonctionne plus. Et la technicienne de s’affairer pour le remplacer pendant qu’Angus récupère celui d’Aaron, le guitariste. Alors qu’il continue de parcourir la scène et d’exciter le public, ses grands cris sont repris par nombre fans. Toujours adeptes des morceaux déconstruits, on a parfois l’impression que les musiciens jouent chacun dans leur coin sans se préoccuper des autres, mais au même moment les guitares s’accordent.

Plaçant dès qu’il peut les mots français qu’il connaît : saucisson, fromage, le chanteur entonne même le premier vers de la Marseillaise, repris par le public. Continuant d’essayer de rattraper le bazar foutu par Angus sur scène, la technicienne est même gratifiée d’un "je t’aime". Le concert se termine, rapidement, sur des bons coups de guitare et de batterie.

Pour terminer cette journée en beauté, Dan Snaith et son groupe Caribou ont décidé de faire danser les derniers spectateurs, dont le taux d’alcoolémie atteint parfois des records. En formation serrée au centre de la scène, bien éclairés, les musiciens arrivent à faire oublier l’heure tardive et la fatigue avec leurs morceaux dansants.

L’électro soutenue par une guitare, une basse, un clavier et une batterie n’oublie pas les mélodies pop, aidées par les voix du leader et de son guitariste. Il est déjà bien tard dans la nuit quand les derniers spectateurs quittent le devant de la scène, du bon son plein les oreilles. Certains ont du mal à regagner leurs tentes et restent assis à l’entrée du site. S’ils passent la nuit sur place, ils sont sûrs de ne rien louper de la bonne programmation de samedi.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Magnetic Friends en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
Magnetic Friends en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
Magnetic Friends en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)
La chronique de l'album I Will Be de The Dum Dum Girls
La chronique de l'album Only in dreams de Dum Dum Girls
La chronique de l'album Too True de Dum Dum Girls
Dum Dum Girls en concert à Machine du Moulin Rouge (dimanche 24 avril 2011)
La chronique de l'album Heartland de Owen Pallett
La chronique de l'album A Swedish Love Story de Owen Pallett
La chronique de l'album Music for Heart and Breath / In Conflict de Richard Reed Parry - Owen Pallett
La chronique de l'album 3 titres inédits au profit de la FIDH. de Yann Tiersen
La chronique de l'album eponyme de Yann Tiersen & Shannon Wright
La chronique de l'album Les retrouvailles de Yann Tiersen
La chronique de l'album On tour de Yann Tiersen
La chronique de l'album On tour en DVD de Yann Tiersen
La chronique de l'album Tabarly de Yann Tiersen
La chronique de l'album Skyline de Yann Tiersen
La chronique de l'album Infinity de Yann Tiersen
La chronique de l'album EUSA de Yann Tiersen
Yann Tiersen en concert à Port de Commerce (25 juillet 2004)
Yann Tiersen en concert au Festival Art Rock 2005 (Dimanche)
Yann Tiersen en concert à La Cigale (23 juin 2005)
Yann Tiersen en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2005
Yann Tiersen en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (mercredi)
Yann Tiersen en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (vendredi)
Yann Tiersen en concert au Festival International de Benicassim 2006 (dimanche)
Yann Tiersen en concert au Festival de l'Ilophone 2008
Yann Tiersen en concert au Festival Les Transmusicales 2008 (Samedi)
Yann Tiersen en concert à l'Elysée Montmartre (lundi 22 novembre 2010)
Yann Tiersen en concert au Splendid (dimanche 17 avril 2011)
L'interview de Yann Tiersen (2 juin 2005)
La chronique de l'album Phosphene Dream de The Black Angels
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
The Black Angels en concert à l'Elysée Montmartre (8 décembre 2008)
The Black Angels en concert au Festival Rock en Seine 2010 (dimanche 29 août 2010)
The Black Angels en concert à L'Aéronef (lundi 7 février 2011)
The Black Angels en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Dimanche
The Black Angels en concert à L’Aéronef (dimanche 22 septembre 2013)
The Black Angels en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
La chronique de l'album They were wrong so we drowned de Liars
La chronique de l'album Drum's not dead de Liars
La chronique de l'album Mess de Liars
Liars en concert à La Boule Noire (19 novembre 2003)
Liars en concert au Tryptique (15 mai 2004)
Liars en concert au Festival Art Rock 2004 (Jeudi)
Liars en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Liars en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - samedi 3 novembre
Liars en concert au Festival La Route du Rock #24 (vendredi 15 août 2014)
Liars en concert à La Machine (jeudi 9 octobre 2014)
L'interview de Liars (novembre 2007)
La chronique de l'album Swim de Caribou
Caribou en concert au Festival La Route du Rock 2008 Collection Hiver
Caribou en concert au Festival Radar 2010 (6ème édition)
Caribou en concert au Festival La Route du Rock #24 (jeudi 14 août 2014)

En savoir plus :
Le site officiel du festival La Route du Rock
Le Myspace du festival La Route du Rock

Crédits photos : Marie Guerre (Toute la série sur Taste of Indie)


E.D         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=