Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Maximilien Luce, néo-impressionniste
Musée des Impressionnismes  (Giverny)  Du 28 juillet au 31 octobre 2010

Le Musée des Impressionnismes de Giverny présente une remarquable exposition monographique consacrée à Maximilien Luce, une des figures du néo-impressionnisme méconnue du grand public et éclipsée par des noms devenus illustres tels Seurat, Pissaro ou Signac.

Signac qui fut son premier "client" en lui achetant un de ses premiers tableaux exposés en 1887 au Salon des Artistes Indépendants et qui y décela un peintre prêt à aborder la technique du divisionnisme.

L'exposition conçue par Marina Ferretti Bocquillon, directeur scientifique-conservateur du musée, forte d'un florilège de près de cent pièces, peintures, dessins et documents, et présentée dans un parcours chrono-thématique revêt le caractère d'une exceptionnelle rétrospective d'une oeuvre abondante et foisonnante d'un peintre qui fut un homme résolument humaniste et investi dans son temps.

Maximilien Luce, du néo-impressionnisme au pré-fauvisme, un peintre humaniste

Si elle privilégie quatre axes, le peintre néo-impressionniste, le chantre du Pays noir, les constructeurs et le peintre d'histoire, l'exposition rend compte de manière exhaustive de la diversité de registre et de palette dont a usé l'artiste tout au long d'une carrière d'un demi-siècle.

Fort d'une solide formation d'artisan-graveur qui impliquait l'art du dessin, il s'avère un brillant portraitiste et se distingue dans les scènes de la vie quotidienne des ouvriers.

Car natif de Paris et d'origine ouvrière, il se préoccupe essentiellement de l'homme de condition modeste et de la nouvelle catégorie sociale, le prolétariat née avec le siècle de l'industrialisation.

Car témoin et un acteur de son temps, Maximilien Luce, peintre de la réalité sociale et de la nature, affichiste engagé, grand illustrateur et homme militant de la cause anarchiste, est un peintre de tempérament plus que de salon qui s'affranchit des contraintes du pointillisme et de ses "aveuglantes averses de confettis multicolores" pour privilégier une touche plus virulente.

Ainsi, de nombreux tableaux saisissent sur le vif des ouvriers au travail.

Luce est proche des futuristes avec ses toiles d'un réalisme lyrique sur le développement industriel avec les scènes d'usines, de fonderies et de forges et notamment la série réalisée dans le Borinage belge.


Prônant l'avènement d'une esthétique révolutionnaire, il annonce le réalisme constructiviste avec ses tableaux sur les grands chantiers de construction parisiens qui glorifient le travail et exaltent la figure ouvrière même si dans ses travaux d'illustrateur il dénonce le drame social.

Quand il aborde la peinture d'histoire, ce sont encore les obscurs, les petits, les sans grade, victimes de la Commune ou soldats partant ou revenant du front de l'Est pendant la 1ère guerre mondiale qui sont au coeur de ses préoccupations.

Maîtrisant le clair-obscur et coloriste aguerri, il met sa technique au service tant de sa prédilection tant pour les contrastes violents que pour les jeux délicats de lumière.

Il excelle autant dans les nocturnes tant marins que fluviaux avec l'avènement de l'éclairage urbain, aux tonalités à dominante violette ou bleue que dans les brumes délicates et atones.

Car bien évidemment il a peint la nature mais la peinture de paysage qu'il pratique de manière pointilliste à ses débuts puis proche des nabis à la fin de sa vie, quand il s'est installé près de Giverny, à Rolleboise, est éloignée de la nature contemplative, déserte et idéalisée.

La nature, villégiature avec les plaisirs du bord de l'eau et le développement des loisirs balnéaires, est entendue comme cadre de vie inséparable de l'homme.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Impressionnismes de Giverny

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du musée des Impressionnismes de Gievrny


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=