Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock 2010 (samedi)
Martina Topley Bird - The Hundred in the Hands - Foals - Massive Attack - Two Door Cinema Club - We have Band  (Saint-Malo, Fort de Saint-Père)  samedi 14 août 2010

Difficile de se motiver samedi. Depuis le petit jour, la pluie tombe sur Saint-Malo. Les cafetiers de Saint-Servan se réjouissent : "comme il pleut, les gens venus pour la Route du Rock savent pas quoi faire et viennent ici". Il est vrai que c’est bien plus agréable de se retrouver autour d’une bière dans un bar que de rester au camping. De retour au Fort, il faut se rendre à l’évidence : on passera cette deuxième soirée les pieds dans la gadoue. Dans la salle de presse, deux coupures d’électricité s’enchaînent. On prend peur pour la suite de la soirée. Mais finalement, aucun mal.

Le premier concert commence à l’heure. Martina Topley Bird arrive, majestueusement vêtue d’une cape et de sa robe rouge de princesse. Un ninja l’accompagne. Il se révèle être un excellent accompagnateur à la guitare, à la batterie, aux percussions et autres instruments peu communs. Le public est peu nombreux et la pluie tombe à verse. Mais les personnes présentes sont motivées et Martina arrive à mettre l’ambiance sous la pluie, bien désolée de ce temps qu’elle qualifie d’anglais. Mais peut-être ne sait-elle pas que c’est également un temps breton.

La jeune femme au masque rouge dessiné autour des yeux s’était surtout fait connaître par son travail avec Tricky. Aujourd’hui, derrière son clavier ou sur le devant de la scène, derrière ses micros, elle enchaîne les titres de son dernier opus Some Place Simple, version épurée de ces albums solos précédents. Martina, qui parle un français correct, arrive à faire chanter le public qui répond plus que positivement à sa voix chaleureuse et ses mélodies entraînantes, parfois accompagnées par une jeune guitariste de 15 ans. Longuement applaudie, elle revient pour un dernier morceau qu’elle jouera à la guitare. Ninja termine le set sur un solo de batterie apprécié et quitte la scène après un salut asiatique. De nombreux festivaliers, coincés à l’entrée, sont déçus d’avoir raté son concert. Pas de soucis, elle a promis qu’elle reviendrait pour Massive Attack. La chanteuse a jeté un rayon de soleil sur cette deuxième soirée, rassurant ceux qui avait peur de passer un mauvais moment pour cause d’intempéries.

D’ailleurs la pluie cesse de tomber peu de temps après, alors que la foule emplit le Fort Saint-Père. Alors que la veille, la marinière était présente sur le site sous toutes ses coutures, de la veste au pull classique, le temps aura eu raison des fashionistas. Même si quelques filles portent encore mini jupe et ballerines en toiles et que certains marchent pieds nus, la majorité des spectateurs sont parés – bottes en caoutchouc, combinaisons de ski, costumes de marin, ponchos de pluie – pour affronter la soirée en toute quiétude.

The Hundred in the Hands font leur entrée sur scène. Le duo de Brooklyn propose une électro-pop péchue et motivante. Devant un public chaque fois plus nombreux, ils donnent le ton : ça va bouger, ça va donner ce soir ! Apparemment très contente d’être sur scène, Eleanore Everdell, la dégaine rock en perfecto de cuir et slim noir, gratifie le public de nombreux sourires. Sa voix pure accompagne parfaitement la guitare et les percussions de son compagnon Jason Friedman.

Un air New-Yorkais sexy baigne la Route du Rock pour le plus grand plaisir des spectateurs. Mais le concert s’achève rapidement, un peu trop peut-être. Il faut dire que le groupe est encore peu connu du public, leur premier album sortant en septembre prochain. Les spectateurs quittent leur poste dès que le groupe sort de scène, sans attendre le rappel. Le duo revient pourtant, proposant timidement en français une chanson "pour il pluie". Plus calme que l’ensemble du set, le morceau achève de présenter l’ensemble des possibilités musicales des jeunes Américains.

Foals étaient visiblement très attendu. Des jeunes filles en furie s’époumonent à leur arrivée. Le public est compact devant la scène et devant l’écran géant situé derrière la tour technique. Impossible de s’approcher, étant descendue un peu tard d’une conférence de presse. Le nom, écrit en énorme dans le fond de la scène, ne laisse aucun doute sur l’identité du groupe d’Oxford, pour ceux qui se demandaient encore qui ils étaient. En tout cas, après leur prestation plus question d’oublier leur nom.

Présentant leur nouvel album, Total Life Forever, les rythmes électros sont entêtants, les guitares sont généreuses, les musiciens se donnent et prolongent. Un dernier morceau annoncé par un "je t’aime" lancé à la foule obtient moult acclamations. Mais concentrée sur l’obtention d’un sandwich-saucisses-frites pour garder la patate, je manque quelque peu la fin du concert. Ayant décidé que pour le prochain show, je serai bien placée, j’ai un peu honte d’avoir à avouer que j’ai préféré manger que d’accorder à des Foals emballants des derniers applaudissements.

Massive Attack était la tête d’affiche de la soirée, fêtant eux aussi cette année leurs 20 ans. Comme à leur habitude, l’écran de LED fait le show diffusant des informations choc et engagées (le salaire annuel du PDG de BP, le nombre de litres répandus dans le golfe du Mexique, le nombre de personnes touchées par le HIV au Ghana) ou des citations sur la liberté de Goethe, Chomsky ou Sartre. En guest-star, Martina Topley Bird, Daddy G ou Horace Andy viennent à chacun leur tour prêter leurs voix variées aux morceaux joués, extraits des grands classiques du groupe.

Le trip hop donne toujours l’impression que chacun profite de la musique seul dans son coin. Pas d’amis en liesse se tenant par les bras sautant partout, mais des têtes qui basculent toutes dans le même sens. Et pourtant une certaine alchimie se dégage des musiciens et du public. Les fans de toujours adorent, ceux qui ne sont pas familier du style musical se laissent emporter. Pour le salut final les dix musiciens se réunissent sur scène, partageant avec les spectateurs leur bonheur d’avoir joué ensemble. Ils se congratulent et se prennent dans les bras avec une joie qui se propage dans le public. Le concert qui a duré plus d’une heure et demie laisse des oreilles encore pleines de sons parées pour les prochains à jouer, les petits jeunes de Two Door Cinema Club.

Groupe neuf pour sang neuf, les jeunes de Two Door Cinema Club fait danser et toujours danser. Devant la scène ou derrière l’écran géant, parfois arrosé de poignée de boue, ce qui a le don d’énerver les spectateurs attentifs ou juste respecteux, ça "moove son body". La musique plutôt répétitive est efficace. Les spots lumineux insupportables jouent les stroboscopes. Et où l’on voit danser les jeunes filles comme en discothèque, recoiffant sans cesse leur mèche lissée.

La soirée étant déjà bien avancée, les groupes de jeunes partagent leur liesse. Petit bémol pour deux d’entre eux pourtant, puisque Monsieur se fait largement engueuler par son amie, gênant leur entourage d’une bonne écoute du concert.

Ayant peu accroché au son qui se jouait je confesse avoir préféré m’attarder sur cette dispute de couple. Malheureusement, mon italien n’étant pas suffisamment bon, je n’ai pu en comprendre tous les tenants et aboutissants. Le concert se termine sous les hourras du public, et oui, comme à Benicassim, les jeunes rockeurs ont fait glisser leurs instruments d’un air nonchalant mais précautionneux en quittant la scène.

Le concert de We have Band se fait un peu attendre pour les reporters fatigués que nous sommes. Tous vêtus de blanc, ils font leur apparition bien applaudie. Le Fort est encore bien fourni en population par rapport à la journée précédente. Bien motivés par Magnetic Friends qui leur avait donné un avant-goût électro sous les stroboscopes, les spectateurs s’en donnent à cœur joie à danser sur les sons sautillants parfois peu accordés des Londoniens. Mais ce manque d’harmonie rythmique ne gâche pas la fin de la fête.

Il est temps de rentrer à la tente, sur des chemins boueux, en évitant ceux qui tombent sous l’effet de l’alcool et des glissades dans la terre, ceux qui jouent comme des petits fous à sauter dans la boue ou ceux qui s’amusent à se faire tomber dans les flaques. Et de croiser les doigts pour que la tente ne soit pas inondée. Ouf, quelqu’un a entendu nos prières et on s’endort la tête remplie d’idées et de bribes musicales en attendant ardemment le dernier jour.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Blue God de Martina Topley Bird
Martina Topley Bird en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
Martina Topley Bird en concert au Fil (samedi 11 décembre 2010)
La chronique de l'album eponyme de The hundred in the hands
The Hundred in the Hands parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album What Went Down de Foals
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
Foals en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Foals en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Foals en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
Foals en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Foals en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Foals en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Foals en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)
Foals en concert au Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
Foals en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
Foals en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Foals en concert à Splendid (mardi 16 novembre 2010)
Foals en concert au Festival Art Rock 2014 - 6, 7 et 8 juin
Foals en concert au Festival La Route du Rock #25 (samedi 15 août 2015)
Foals en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - samedi 2
Foals en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
Foals en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Foals en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - Dimanche 9 juillet
Foals en concert au Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Vendredi 23 août
La chronique de l'album 100th Window de Massive Attack
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du samedi - Chew Lips - K'Nann - Viva and the Diva - Plan B - Quadricolor
Massive Attack en concert au Festival Rock en Seine 2003
Massive Attack en concert au Festival Rock en Seine 2003 - 2ème
Massive Attack en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Massive Attack en concert au Festival Rock en Seine 2016 - samedi 27 août
Massive Attack en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2018 - Samedi 21
La chronique de l'album Tourist History de Two Door Cinema Club
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (samedi 7)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (mardi 10)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Two Door Cinema Club en concert à L'Aéronef (jeudi 20 juin 2013)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Two Door Cinema Club en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (samedi 24 août 2013)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août
La chronique de l'album Movements de We Have Band
We have Band en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
We have Band en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - samedi
L'interview de We Have Band (19 avril 2010)
L'interview de We Have Band (mercredi 2 avril 2014)

En savoir plus :
Le site officiel du festival La Route du Rock
Le Myspace du festival La Route du Rock

Crédits photos : Marie Guerre (Toute la série sur Taste of Indie)


E.D         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=