Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Embrassons-nous Folleville !
Théâtre du Nord-Ouest  (Paris)  août 2010

Comédie de Eugène Labiche, mise en scène de Florence Fakhimi, avec Arnaud Bath'm'wom, Matthieu Brugot, Juliette Chauvelot et Fabrice Pannetier.

Costumes Pompadour, vaudeville du 19ème siècle et tubes yéyé ? Pari réussi pour Florence Fakhimi qui met en scène de manière particulièrement réussie "Embrassons-nous, Folleville !", virevoltante farce en dentelles de Eugène Labiche.

Elle atteste ainsi qu'il est encore possible de se divertir avec une pièce inscrite au répertoire, et régulièrement à l'affiche, en restant fidèle à la partition originale tout en y apportant, sans verser dans la contextualisation forcée et opportuniste, une touche contemporaine par la délicieuse customisation des intermèdes à la sauce vintage des années "Age tendre et tête de bois" ce qui sied d'ailleurs aux protagonistes de cette effervescente badinerie.

En effet, même Labiche pointe du doigt le mariage forcé, qualifié de barbarie et de tyrannie, et brocarde les tempéraments primesautiers, "Embrassons-nous Folleville !" se présente avant tout comme une irrésistible comédie aux répliques peaufinées qui font toujours, et encore, mouche.

Le marquis de Manicamp, émotif - il sent souvent "une larme perler sous ses longs cils bruns" - et démonstratif - il est le chantre de l'embrassade affectueuse - mais vif, il s'échauffe "comme une soupe au lait", est éperdu de reconnaissance envers le fâlot chevalier de Folleville qui l'a sauvé de la noyade au cours d'une partie de chasse près des téangs de Saint Cucufa. Aussi a-t-il décidé de le récompenser en lui donnant "son trésor, son ange, en un mot sa fille", objet d'un doux aveuglement amour paternel ("On ne peut pas ne pas aimer ma fille Berthe").

Las, Folleville, timide et timoré, davantage fait pour les paisibles joies de la campagne que les tourbillons de la Cour, est amoureux de sa cousine et l'ange, qui est bien la fille de son père, une bien impétueuse demoiselle nourrit déjà un sentiment pour un bouillant vicomte de Chatenay séduit par le soufflet qu'elle lui a administré en public lors d'une danse ("quand on me contrarie j'ai envie d'égratigner") et qu'il juge légitime ("quand on promet un menuet, on ne livre pas une fricassée et j'ai livré une fricassée").

Entretiens musclés avec nom d'oiseaux, duel, menace de suicide shakespearien, enlèvement, retraite au couvent sont au programme avant un happy end avec l'antienne paternelle où seul le nom de l'heureux élu aura changé.

Dans la petite salle du Théâtre du Nord-Ouest pour laquelle elle a créé une scénographie adaptée en utilisant et tirant astucieusement partie même de ses contraintes, tels les quatre piliers de soutènement qui servent ici pour un final jubilatoire, Florence Fakhimi a réuni une distribution jeune et homogène pour incarner le quatuor vibrionnant.

Arnaud Bath'm'wom, même s'il est encore un peu jeune pour en avoir l'âge, est parfait dans le rôle du barbon ombrageux, Matthieu Brugot, en bleu pourpoint romantique joue à merveille le timide et timoré chevalier, long escogriffe à la Tati, et Fabrice Pannetier, en velours rouge est un irrésistible et fougueux vicomte un poil précieux. Enfin, Juliette Chauvelot est la belle, belle comédienne également, au coeur de cette drolissime aventure de salon

Tous prennent manifestement du plaisir sur scène, sans surjouer, tout en restant dans l'accentuation à la Daumier résultant de la plume de l'auteur qui a bien résisté aux ans, pour faire partager la gaité et la jeunesse de cette rafraîchissante pépite.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=