Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Dandy Warhols
The Black Album - Come on feel the Dandy Warhols  mai 2004

Après des années d'une interminable attente mais une petite semaine seulement après l'avoir commandé sur le site official du groupe, le Black Album des Dandy Warhols arrive enfin dans la boîte aux lettres.

Surprise et déception à la découverte de l'objet : la tracklist diffère passablement de celle des enregistrements ayant circulés jusqu'alors, certains titres manquent même à l'appel et le son est à peine meilleur que les bootlegs ... Qu'importe, le groupe s'est enfin décidé à publier ces démos et c'est là l'essentiel.

En 1995, les Dandy Warhols sortent chez Tim Kerr un premier effort Dandy Rules OK, couronné d'un vague succès, tout en dilapidant en substances illicites l'avance faite par Capitol, leur nouvelle maison de disque. C'est dans cet esprit que débutent, quelques mois plus tard, les séances du deuxième album.

Une première série de maquettes est présentée à Capitol qui remet en cause le projet, renvoyant le groupe au travail. Une partie des titres passent à la trappe en vue d'une deuxième mouture de l'album, avalisée celle-ci, aboutissant à Come Down en 1997. Connu dès lors comme le Black Album, la première série de démos présentée restera donc près de huit ans dans les cartons avant que le quatuor de Portland, sous la pression de plus en plus forte des fans, ne se décide à les commercialiser.

Parmi ces onze titres figurent des versions préhistoriques de titres devenus depuis des classiques : "Not If You Were The Last Junkie On Earth", "Good Morning", "Boys Better", les futures faces-b "Head" et "The Wreck Of The Edmund Fitzgerald" (Gordon Lightfoot) ou encore la fortement éprouvée sur scène "White Gold", crades au possible mais possédant déjà la touche géniale.

Au rang des curiosités, il convient tout d'abord de noter la présence de cuivres (l'innovation principale du son Dandy sur Thirteen Tales) sur "Minnesoter" ainsi que des cinq titres inédits. "Arpeggio Adaggio" et "CCR" (Crack Cocaine Rager), placés en ouverture, reprennent des thèmes chers au groupe tandis que "Shiny Leather Boots" et "Earth To The Dandy Warhols" voient le quatuor de Portland renouer avec les expérimentations pour un résultat souvent intéressant mais avec un fort goût d'inabouti.

Histoire de fêter dignement l'événement, un florilège de faces-B accompagne cette première édition du Black Album. Contrairement aux apparences, aucun titre inédit n'y figure malheureusement, si ce n'est le mix de sous-sol de "Not If You Were The Last Junkie On Earth" par Tony Lash proposé au téléchargement voici quelques années. Ne boudons en tout cas pas notre plaisir de voir enfin compilés "Head" et "One" pour la période Come Down ou encore "Dub Song" et surtout (avec de nouveaux titres) "Thanks For The Show" ainsi que "One Saved Message" pour celle de Thirteen Tales.

Séance de rattrapage également pour ceux passés à côté lors de sa parution avec le simple de "Bohemian Like You", "Lance" (et son alter ego "Retarded") figurent sur la tracklist. Un livre sera un jour écrit sur ce morceau, probablement le plus parfait du groupe : carré par excellence, mélodie à tomber, arrangements léchés, paroles fantastiques ("you can trust your friends, you can fuck your friends ... I don't") ...

Côté reprises, des versions sans intérêt de "Call You" (Blondie) ou "Relax" (Franky Goes To Holywood) au lo-fi génial de "Jean Genie" (claquante mais amputée du dernier couplet), "Stars" (à pleurer, l'occasion de découvrir Brian Jonestown Massacre, le groupe frère), "Free For All" (ou comment entendre Zia s'approprier le vieux tube de Ted Nuggent), chacun y trouvera son compte.

Cependant, les deux plus franches réussites demeurent incontestablement "Hell's Bells" (AC/DC) et "Ohio" (Crosby Still Nash & Young) toujours dans cette version rough mix promo de Thirteen Tales From Urban Bohemia, impressionnantes tant le quatuor de Portand semble se les être appropriées.

Investissement obligatoire pour tout fan des Dandy ou occasion idéale de découvrir une autre facette du plus excitant des groupes néo-psychédéliques des 90's.


 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Distortland de The Dandy Warhols
The Dandy Warhols en concert au Bataclan (28 mai 2003)
The Dandy Warhols en concert à la Maison de la Radio (Black Session) (27 mai 2003)
The Dandy Warhols en concert à Bercy (20 octobre 2003)
The Dandy Warhols en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (Vendredi)
The Dandy Warhols en concert au Festival Musiques en Stock 2008
The Dandy Warhols en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du dimanche
The Dandy Warhols en concert au Festival Le Cabaret Vert #8 (vendredi 24 août 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de The Dandy Warhols
Le Soundcloud de The Dandy Warhols
Le Myspace de The Dandy Warhols
Le Facebook de The Dandy Warhols


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=