Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
Chew Lips - K'NAAN - Viva and the Diva - Plan B - Stereophonics - Quadricolor - Two Door Cinema Club - Paolo Nutini - Martina Topley Bird - Jonsi - Queens of the Stone Age - Naive New Beaters - LCD Soundsystem - Massive Attack - Jello Biafra  (Domaine National de Saint-Cloud)  samedi 28 août 2010

Avant de partir pour ce deuxième jour, j'ai pris quelques précautions. J'ai pris un sac plus grand que j'ai rempli de barres de céréales et de boissons énergétiques. Je n'ai plus envie de me sentir mal comme la veille ! Aujourd'hui, j'ai décidé d'en profiter, de prendre un peu plus mon temps et de me promener dans le festival, quitte à rater des concerts.

Ce deuxième jour commence avec les Chew Lips. Ce trio londonien joue une pop electro très dansante. Comme pour Minus The Bear, ils se tapent la pluie dès qu'ils arrivent sur scène. Ce n'est déjà pas facile de faire l'ouverture d'une journée de festival mais si, en plus, on le fait sous la pluie, c'est vraiment pas de chance. Il y a, malgré la météo, quand même pas mal de courageux devant la scène mais personne ne danse ou ne bouge trop. Dommage car c'est vraiment pas mal. Cela aurait été excellent en ouverture des Ting Tings. Ils auraient chauffé le public à merveille avec leur pop synthétique qui donne envie de remuer du cul (sauf quand il pleut trop du coup…).

Je suis ensuite allé faire un tour du côté de K'NAAN. Je ne m'attendais à rien de la part de ce chanteur Somalo-Canadien (je ne connaissais que son titre en duo avec Féfé pour la coupe du monde de foot, titre qui m'avait laissé un arrière-goût d'indifférence totale). Mais finalement, je fus relativement surpris. Déjà, il y avait un groupe derrière lui et ils étaient assez bons. C'était un mélange de rock, de hip-hop avec des influences reggae/ragga. Cela bougeait bien et le soleil est revenu pointer le bout de ses rayons sur le festival. Du coup, les gens ont commencé à se rapprocher et à bien rentrer dans la musique de K'NAAN. Le public tout devant était vraiment à fond et battait des mains en rythme. C'est presque à regret que je suis parti pour aller voir Viva and the Diva sur la scène de l'industrie.

Il y a un côté tribal/hypnotique dans la musique de Viva and the Diva. Les rythmes et les basses sont ultra répétitifs (mais pas d'une manière chiante). La voix de la chanteuse se fait plaintive puis énergique, elle est l'élément qui nous maintient pour ne pas tomber en transe. Parfois, les titres se font plus pop. On se rapproche d'un son à la Sonic Youth mais avec une voix plus sucrée que celle de Kim Gordon, et avec de bons gros rythmes et gros riffs en toile de fond. On se prend un mur de guitares, lentes et lourdes, que rien ne peut arrêter. On a l'impression d'écouter la B.O. d'un film de David Lynch ou d'un film relatant la vie un serial killer qui s'apprête à tuer une de ses victimes. C'est très cinématographique. Il y a des montées en puissance lentes et progressives. C'est peut-être moins indus en live que ce que j'avais écouté sur leur Myspace, mais j'ai vraiment bien aimé. À surveiller de près.

Je fais une croix sur Plan B et son nouveau style funk/soul. De toute manière, on l'entend partout à la TV et à la radio en ce moment. Je préfère aller à la conférence de presse de Jello Biafra. Mais en me rendant à cette conférence de presse, je repasse devant la grande scène et j'entends le dernier titre du set de K'NAAN. C'est horripilant ! C'est une soupe pop mielleuse chamallow ultra commerciale…

J'aurais préféré ne pas entendre cela ! Il vient de perdre avec moi les points qu'il venait tout juste de gagner ! Pourquoi faire ce genre de musique ? Pourquoi faire ce genre de musique dans un festival rock ? Pourquoi faire ce genre de morceau quand on vient de faire un set plutôt rock et bien foutu ?

Jello Biafra a parlé très longtemps pendant cette conférence de presse, tellement longtemps que je n'ai pas pu tout enregistrer faute de batterie. Il faut que je dérushe tout cela rapidement.

J'ai donc raté Stereophonics que j'avais envie de voir malgré le trop grand nombre de groupes Brit-Pop sur ce festival.

J'ai tout juste le temps d'arriver (j'ai marché vite) un peu avant la fin du set des Quadricolor. Ce que j'en ai vu était très énergique et très dansant. Ils ont la patate et c'est vraiment cool. C'est une vraie alternative aux Bébés Rockeurs. La scène de l'industrie est pleine et le public est très réactif.

J'enchaîne directement avec Two Door Cinema Club (c'est un peu la fête des noms de groupes de ouf, Quadricolor remportant la palme !). Ils font une pop-rock frénétique et sympathique dans la lignée d'un Bloc Party.

Malheureusement pour eux, comme pour beaucoup de groupes qui jouent sur la scène de la Cascade, le stand X-Box est juste à côté et ils sont ultra relous avec leurs jeux de danse et Guitar Hero qu'ils mettent à fond (sans parler de leur animatrice) !

Cela parasite à mort le concert, surtout quand il y a des arrangements un peu subtils (s'il te plaît, monsieur l'organisateur de Rock en Seine, l'année prochaine, est-ce que tu peux mettre les stands trop bruyants loin des scènes ou alors les forcer à avoir un espace insonorisé ?).

Malgré tout, le public est présent. Il doit bien y avoir 10.000 personnes (selon mes estimations, 1 million selon les attachés de presse et 400 selon la préfecture de police). Une grosse proportion du public danse, l'ambiance est là mais c'est un petit peu mou pour moi. Je décide de regarder le concert de loin et d'en profiter pour parler avec des gens et savoir ce qu'ils ont pensé de ce qu'ils ont vu pour le moment.

Je décide de ne pas aller voir Paolo Nutini, uniquement parce que sa maison de disque en a trop fait avec lui et j'ai saturé à force d'entendre son nom prononcé dans des pubs à la TV (apparemment je ne suis pas le seul dans le public à penser cela et je ne suis pas le seul non plus à le surnommer Paolo Nutella).

Je file donc voir Martina Topley Bird qui remplace le groupe Où est le swimming pool dont le chanteur s'est suicidé quelques jours auparavant.

Martina est ultra charismatique et elle a une superbe voix. Elle chante dans une belle robe de soirée rouge et est accompagnée d'un seul musicien qui joue de la batterie, de la guitare et divers instruments, le tout habillé en ninja !

C'est peut-être une des plus magnifiques voix du festival, cela manque un peu de pep's et c'est un peu trop world pour moi, mais j'ai tout de même fortement apprécié.

Je pense que j'aurais préféré découvrir cette chanteuse dans une salle plus intimiste que dans un grand festival.

Je commence à ressentir un peu de fatigue, je me mets dans un coin et fais une pause ravitaillement assez loin de Jonsi qui a réalisé un set semi-acoustique puisque ses instruments étaient bloqués à la douane portugaise (peut-être des douaniers fans de Sigur Ròs).

La foule trépigne et moi avec… On attend tous avec impatience la venue de Queens of the Stone Age. Josh Homme arrive sur scène de manière totalement nonchalante avec une clope au bec. Le public est en effervescence et connaît par cœur tous les titres.  À la batterie, Joey Castillo nous montre son savoir et sa puissance de grosse brute, peut-être pas aussi fou que Dave Grohl mais ultra énergique.

Dean Fertita, au clavier, est comme à son habitude un vrai régal. Il est toujours très bon et assure une homogénéité.

Il n'est pas assez mis en valeur par rapport à son talent (que ce soit dans Queens of the Stone Age ou dans les Dead Weather), on devrait entendre parler de lui dans les années à venir.

Josh Homme avec sa voix lancinante et ses petits rifts de guitare répétitifs mettent tout le monde d’accord. Le concert s’achève sur des classiques : "Go With The Flow", "No One Knows" et "A Song For The Dead" (qu'ils ont bien fait durer et ont bien joué avec des breaks de fou encore pires que sur l'album). Ce n'était pas le meilleur concert des Queens of the Stone Age auquel j'ai assisté mais cela reste très bon, bien au-dessus de la moyenne et toujours très frustrant car on aurait voulu au moins le double de titres.

J'ai raté Naive New Beaters parce que je ne voulais pas rater la bande du roi des roux mais je rate aussi LCD Soundsystem car j'ai perdu mon pass en allant faire pipi dans l'espace presse (il n'y a pas de queue de ouf pour les toilettes aux VIP).

Je suis un peu paniqué et dégoûté en me disant que je vais rater les concerts du dimanche, quand un gentil monsieur de SFR Jeunes Talents (il me semble) me rapporte mon pass qu'il vient de retrouver (c'est vraiment cool car à sa place, je ne sais pas si je l'aurais rapporté, je l'aurais sûrement filé à un pote ou vendu… Donc, un grand merci et bravo pour cet homme merveilleux qui m'a sauvé).

Les Massive Attack mettent un peu de temps à arriver, je ne suis pas fan de ce qu'ils font mais je ne suis pas stupide au point de rater le concert d'un groupe culte.

Mais le concert tarde à commencer et je dois faire un choix : voir un des groupes cultes de la scène Trip Hop (et je ne suis pas un fan absolu de trip hop), ou aller voir Jello Biafra, ex-leader des Dead Kennedys, groupe culte de la scène punk. Tant pis pour Massive Attack, il fallait commencer à l'heure ! Je m'en vais voir le papy du hard-core…

Des bruits de saturations et de larsens se font de plus en plus fort avant l'arrivée du parrain du punk HXC. On le voit sur le côté de la scène en train de sauter en l'air, comme s'il s'échauffait ou s'il trépignait d'impatience de venir hurler sur le public. Quand il arrive enfin, il est habillé d'une blouse de docteur couverte de sang. Malgré son âge et le fait qu'il a pris un peu de poids en trente ans (les Dead Kennedys ont été formés en 78, l'année de ma naissance), Jello saute de partout et gigote en scandant les paroles de ses chansons. Il a toujours ce regard et ces gesticulations de malade mental (regardez des vidéos de 1978 sur Youtube, il est toujours aussi fou !).

On n'est plus à Saint-Cloud, on est entre le Whisky a Go Go de Los Angeles et le CBGB de New-York dans les années 80. C'est un scandale qu'ils jouent sur la scène de l'industrie (la plus petite scène), alors que Blink 182 (du sous-punk commercial) a eu droit à la grande ! Sous sa blouse qu'il vient d'enlever, Jello porte une chemise faite dans un drapeau américain. Biafra fait toujours un mélange de propos engagés politiquement à gauche et de commentaires délibérément choquants et sarcastiques. Il est toujours l'activiste militant qu'il était avant. Entre les chansons, il nous parle politique. Il fait notamment référence aux expulsions de Roms, très mises en avant dans les médias cet été. Il nous lâche des petites punch-lines qui ravissent le public ("Sarkozy has created new enemies to save his ass… Fuck racism, fuck the FN and fuck Nicolas Sarkozy").

Il y a beaucoup de bruits de scratch de guitare à la Tom Morello qui ponctuent les différents titres. Quand la batterie et le riff de basse de "California Über Alles" ont retenti, je n'ai pas pu me retenir, j'ai rangé mon petit carnet dans mon sac et j'ai foncé dans le mosh-pit en hurlant le refrain avec le reste du public tout en pogotant comme si j'avais encore 17 ans ! La chanson, qui était à la base une charge contre Jerry Brown, le gouverneur de Californie à l'époque, a été un peu changée et adaptée à Arnold Schwarzenegger et Barack Obama. C'est le plus gros pogo du festival, à part peut-être pendant Queens of the Stone Age. Après un autre titre culte des Dead Kennedys, "Holiday in Cambodia", ils ont quitté la scène mais sont revenus pour un rappel (chose très rare en festival). Ce concert était une tuerie. Même si je suis un fan absolu de Josh Homme, je dois reconnaître que Jello Biafra and the Guantanamo School of Medecine ont donné le meilleur show de la journée !

Par acquis de conscience, je reste pour le set de 2 Many DJ's (surtout qu'une de mes ex-collègues me les vend comme le truc le plus cool que la Belgique ait produit depuis les frites à la graisse de bœuf). Un des deux DJ arrive sur scène avec une radio et fait mine de chercher une station correcte. Il est habillé en smoking vintage blanc et continue son zapping radio. Il bidouille et scratche entre les stations mais ne trouve rien qui lui plaît, jusqu'à l'arrivée de son collègue sur une structure ressemblant à une soucoupe volante. Les deux compères commencent à mixer sur la dernière station de radio (du classique) pendant que les techniciens finissent d'installer la structure OVNI avec les amplis des retours. C'est pas mauvais mais je ne suis pas un mec qui va en boîte de nuit. Voir deux mecs mixer, même très bien, c'est pas mon délire (et pourtant j'aime bien les mash-up). Je décide donc de rentrer chez moi, le dos en vrac, afin de me reposer pour le lendemain.

Dans le métro qui me ramène à la maison, je repense à ces deux premiers jours de festival et je ressens une grosse frustration. Les groupes en journée ne jouent qu'entre 30 et 40 minutes. C'est cool pour les petits groupes qui sont là aussi pour se faire connaître d'un plus grand public, mais c'est quand même trop peu. Des groupes comme Skunk Anansie ou Queens of the Stone Age jouent à peine une heure. C'est blasant, on n'a droit qu'à des demi-sets de groupes qui auraient dû être têtes d'affiche. Dans d'autres festivals européens, les groupes jouent plus longtemps, surtout quand on voit le prix des billets pour 3 jours. Il faudrait moins de groupes et des sets plus longs. Puis il faudrait aussi une meilleure organisation et gestion des 3 scènes. Si tu paies pour voir 40 groupes et que tu ne peux en voir que 20 car certains jouent en même temps, il y a un peu de la baise ! Rock en Seine devrait se méfier, les autres festivals sont mieux foutus et ont souvent les mêmes têtes d'affiche si ce n'est plus… Je sais que pour ma part, j'hésite vraiment pour l'année prochaine. Vu le prix des billets d'entrée, peut-être que je vais privilégier le festival Primavera à Barcelone.

Pour ce deuxième jour, le top 3 des meilleurs concerts aura été Viva and the Diva, Queens of the Stone Age et Jello Biafra and the Guantanamo School of Medecine.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du samedi - Chew Lips - K'Nann - Viva and the Diva - Plan B - Quadricolor
Chew Lips en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (vendredi 6)
Plan B en concert au Festival Les Trans 2005 (Samedi)
Plan B en concert au Festival Les Inrocks 2006
Plan B en concert au Festival International de Benicàssim #17 (jeudi 14 juillet 2011)
La chronique de l'album You gotta go there to come back de Stereophonics
La chronique de l'album Language. sex. violence. other? de Stereophonics
La chronique de l'album Pull the pill de Stereophonics
La chronique de l'album The Maccabees - Cardiknox - Ben Howard - Mini Mansions - Stereophonics - Glass Animal - Inte de Festival Rock en Seine 2015 - Samedi 29 août
La chronique de l'album Keep The Village Alive de Stereophonics
Stereophonics en concert au Festival Furia Sound 2008
Stereophonics en concert à L'Olympia (jeudi 4 février 2010)
La chronique de l'album Euphony EP de Quadricolor
Quadricolor parmi une sélection de singles (avril 2011)
Quadricolor en concert au Festival Radar 2010 (6ème édition)
Quadricolor en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
La chronique de l'album Tourist History de Two Door Cinema Club
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (samedi 7)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (mardi 10)
Two Door Cinema Club en concert au Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
Two Door Cinema Club en concert au Festival La Route du Rock 2010 (samedi)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Two Door Cinema Club en concert à L'Aéronef (jeudi 20 juin 2013)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Two Door Cinema Club en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (samedi 24 août 2013)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août
La chronique de l'album The Blue God de Martina Topley Bird
Martina Topley Bird en concert au Fil (samedi 11 décembre 2010)
La chronique de l'album eponyme de Queens of the Stone Age
Queens of the Stone Age parmi une sélection de singles (avril 2013)
La chronique de l'album …Like Clockwork de Queens Of The Stone Age
La chronique de l'album Uncovered Queens of The Stone Age de Olivier Libaux
Queens of the Stone Age en concert à l'Elysée Montmartre (11 juin 2003)
Queens of the Stone Age en concert au Trianon (mercredi 19 juin 2013)
Queens of the Stone Age en concert au Festival Rock en Seine 2014
Queens of the Stone Age en concert au Festival Rock en Seine 2014 (Dimanche 23 août 2014)
Queens of the Stone Age en concert au Festival des Eurockéennes #30 (édition 2018) - samedi 7 juillet
La chronique de l'album Divers EP de Naive New Beaters
La chronique de l'album Wallace de Naive New Beaters
Naive New Beaters en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)
Naive New Beaters en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Naive New Beaters en concert à Paléo Festival #34 (2009) - 2ème
Naive New Beaters en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Naive New Beaters en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Naive New Beaters en concert au Festival FNAC Indétendances 2009 (samedi 15 août 2009)
Naive New Beaters en concert au Fil (30 avril 2010)
Naive New Beaters en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet
L'interview de Naive New Beaters (5 mai 2009)
La chronique de l'album eponyme de LCD Soundsystem
LCD Soundsystem en concert au Festival La Route du Rock 2004 (vendredi)
LCD Soundsystem en concert au Festival International de Benicassim 2005 (dimanche)
LCD Soundsystem en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
LCD Soundsystem en concert au Festival Les Inrocks Black XS 2010 (Jour 6
La chronique de l'album 100th Window de Massive Attack
Massive Attack en concert au Festival Rock en Seine 2003
Massive Attack en concert au Festival Rock en Seine 2003 - 2ème
Massive Attack en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Massive Attack en concert au Festival Rock en Seine 2016 - samedi 27 août
Massive Attack en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2018 - Samedi 21
Jello Biafra and the Guantanamo School of Medecine en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Top 3 des meilleurs sets de ReS 2010
2 Many DJ's en concert au Festival Primavera Sound 06 (jeudi)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Rock en Seine
Le Myspace du Festival Rock en Seine

Crédits photos : Diane Hion (Toute la série sur Taste of Indie)


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Quadricolor (15 avril 2010)


# 11 novembre 2018 : En route pour l'hiver

Quoi de plus triste qu'un jour férié un dimanche pluvieux ? Pas grand chose mais il est temps de se remonter le moral avec le sommaire de notre petite sélection culturelle hebdomadaire.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Olivier Brion, complétée par une session 5 titres
"Au dessus" de Au Dessus
"Terrain à mire. Une maison rétive. Contrainte par le toit" de Bégayer
"Rojo vivo" de Borja Flames
"Alaska" de Eryk.E
"Envol" de Joulik
"La boîte de pandore" de Karin Clercq
"Pur sang EP" de Pur Sang
"Grazyna Bacewicz : The Two Piano Quintets - Quartet for four violins - Quartet for four cellos" de Silesian Quartet and Friends
"Songs for a city" de Victoire Oberkampf
et toujours :
"Tempérance #2" de Dominique Dalcan

"Thomas Pesquet : 16 levers de soleil, BOF" de Guillaume Perret
"In the street" de Laurent Fickelson
"Buenos Aires 72" de Marina Cedro
"Caribbean stories" de Samy Thiébault
"Black honey" de Black Honey
"Nulle part" de Daisy Driver
"Ancient majesty" de Portier Dean
"Chimie vivante" de Féloche

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Love" aux Ateliers Berthier
"Ivanov" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Demi-Véronique" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Stück Plastik, une pièce en plastque" à la Manufacture des Oeillets
"La Vie devant soi" au Théâtre Jean Arp à Clamart
"L'Avalée des Avalés" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Filles du Trois et demi" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Fourberies de Scapin" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie lente" au Théâtre de La Reine Blanche
"Pauline Cariou - Chroniques d'une vie décalée" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"My Ex-step-in-law" au Théâtre Dunois
"Les Louvres and/or Kicking the dead" au Centquatre
"Retour à Lemberg" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
les reprises :
"Berlin Kabarett" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ex-Anima" au Théâtre Zingaro
"Le Joueur d'échecs" au Théâtre de l'Epée de Bois
"En couple" à La Folie Théâtre
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Palais des Glaces
et la chronique des autres spectacles de novembre

Exposition avec :

"Grayson Perry - Vanité - Identité - Sexualité" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Carmen & Lola" de Arantxa Etchevarria
"High Life" de Claire Denis
"Un amour impossible" de Catherine Corsini
Oldies but Goodies avec "L'Adieu aux armes" de Frank Borzage en version restaurée
et la chronique des sorties d'octobre

Lecture avec :

"Prisonniers de la géographie" de Tim Marshall
"Le peuple contre la démocratie" de Yascha Mounk
"Le complexe d'Hoffman" de Colas Gutman
"La croisière charnwood" de Robert Goddard
"Haute société / Frank et Billy" de Vita Sackville / Laurie Colwin

et toujours :
"Ce qui t'appartient" de Garth Greenwell
"Et j'abattrai l'arrogance des tyrans" de Marie-Fleur Albecker
"Infirmière" de Christie Watson
"Le camp de la goutte d'eau" de Baniel Bililian
"Qaanaaq" de No Malo
"Treize jours" de Arni Thorarinsson

Froggeek's Delight :

"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows

et toujours :
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=