Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Radar 2010 (6ème édition)
Deer Tick - Here We go magic - Black Mountain - Caribou - Damien Jurado - Nurses - Archie Bronson Outfit - Part Chimp - Leo(88man) - Anna Calvi - Quadricolor - Pvt - La symphonie électro-ménagère  (Grand Mix, Tourcoing)  9, 10 et 11 septembre 2010

Le programme du Festival Radar est suffisamment hétérogène pour que chacun puisse y trouver un concert susceptible de l’intéresser. Chaque année, le Grand Mix sélectionne à l’occasion de ce festival une douzaine de groupes, en général peu connus par le public, mais sur le point d’acquérir une petite notoriété médiatique. On s’y rend dans le but de découvrir de nouvelles idées, et de nouvelles questions se posent, par exemple : quel est l’avenir du rock ? Parce que si réponse il y a, elle est à chercher quelque part sur scène, à un moment-clé de ces trois soirées.

Quelque chose aura lieu, il faut se montrer suffisamment disponible pour reconnaître l’événement ; mais aussi savoir relâcher l’attention lorsque la qualité diminue. Si tel est le cas, une terrasse extérieure est mise à la disposition du public, au bar de laquelle on peut rencontrer un serveur nous expliquant le rapport qu’il a pu trouver entre tel vin et tel groupe ; et donc nous proposant de tester ses expérimentations. Ce concept est mis en place par Eric Ecolan, dont le site indique le principe : réalisation des événements de dégustations œnologiques mis en rapport avec l’expression culturelle, en l’occurrence ici musicale. Une façon comme une autre de confirmer l'ordinaire convivialité du Grand Mix et de se souvenir que la musique est aussi affaire de fête, de plaisir, d'échanges.

Malheureusement, le festival a montré en partie le déclin musical de notre temps : peu de groupes parviennent réellement à se démarquer. Les exceptions notables sont Black Mountain, Archie Bronson Outfit, Part Chimp et Pvt. Pour le reste on peut relever le manque de maturité de quelques formations, auquel s’ajoute pour certaines d'entre elles un excès d’influences bien plus regrettable encore.

Par exemple le folk du groupe américain Deer Tick se base sur un rock sans cohérence interne. Un saxophone tardif parviendra difficilement à établir l’équilibre manquant. Here We Go Magic, formation assez agressive qui séduit par moments, par sa rythmique presque tribale, se repose sur des éléments agressifs, mais il s’agit d’une agressivité qui cherche à saturer le vide : le silence est aboli, comme toute progression musicale. La seule logique existante est celle du remplissage. A chaque moment de nouvelles idées apparaissent, qui semblent contredire les précédentes. Cette musique de laboratoire nécessiterait au contraire plus de respiration, et une certaine lenteur dans l’agencement des instruments.

Revenons à Black Mountain, groupe canadien ayant de fortes tendances new-wave, apportées par la nonchalance de la chanteuse Amber Webber et le clavier original de Jeremy Schmidt. Il faut aussi relever une autre tendance hard-rock, non moins importante, qui étonnamment apporte dynamisme et structure aux morceaux. Cette rencontre entre deux styles a priori opposés produit sur scène quelque chose de singulier.

Autre groupe canadien de la première soirée, Caribou, interprétant une électro-pop savante, que David Victor Snaith, son créateur, décrit de la manière suivante : "c’est une dance music liquide, dans le sens où elle connaît des flux et des reflux".

On ne saurait mieux dire.

Nurses fait partie de ces nombreux groupes actuels, sans personnalité, qui suivent le sillon Fleet Foxes : la musique au grand air, sous le ciel étoilé ; patchwork musical, où divers styles de musiques s’assemblent, pour aboutir à une densité, souvent difficile à recevoir ; rythmiques tenant de l’afro-beat, envolées mélodiques soulignant un climat pseudo-pastoral, volonté pop, etc. On parvient en réalité difficilement à avoir prise sur ces chansons : elles nous échappent parce qu’elles n’ont pas de centre.

Damien Jurado, contrairement aux étiquettes qui lui sont attribuées, ne joue pas comme Nick Drake ; son folk lent et solitaire serait plutôt dans la lignée d’un Will Oldham sans la joie (je vous laisse imaginer), donc sans la force de conviction qui lui est liée.

Cela dit, l’essence des chansons commence  à apparaître après plusieurs titres, mais pour cela la patience est nécessaire.

Les anglais de Archie Bronson Outfit et de Part Chimp ont conclu successivement la deuxième soirée par quelques déflagrations sonores, traversées par de courts moments de calme : amateurs de belles mélodies, passez votre chemin.

Un vin fort et épicé, assez long en bouche, établira des correspondances entre ces deux groupes. Résultat : un vin rouge Gigondas Caves Saint Ronain 2009 traduira l’impact de Part Chimp ; un vin rouge Marcillac Causse Marines 2008 révèlera le mysticisme de Archie Bronson Outfit.

Mais si un festival comme le Radar doit encore à briller pour sa sixième édition, c'est certainement par sa capacité à continuer à nous faire découvrir de nouveaux talents. Côté public, l'enjeu est celui de la curiosité – et aussi d'une certaine patience, car il en faudra pour mettre la main sur une jeune garde prometteuse et, au fil du temps, la laisser vieillir dans les caves embrumées des clubs nocturnes.

Ainsi le troisième soir aura-t-il révélé qu'il faudra garder une oreille attentive sur Leo(88man), devenu trio à l'occasion de son troisième album, From speaking parts to blazing rows, et dont les compositions paraissent aussi solides sur scène que sur disque, quoique la candeur de l'équipée se révèle plus nettement face au public. Mais la candeur n'est pas un défaut, loin de là. C'est une promesse. Et il y a toujours quelque chose d'émouvant dans la maladresse avec laquelle naît une voix. Reste peut-être à la formation à gagner en ambition pour évoluer encore.

D'Anna Calvi, en revanche, on attendait certainement trop pour en apprécier honnêtement les qualités. Une chose est certaine : ceux qui veulent la relier (comme chaque jeune femme jouant de la guitare et chantant ses tourments...) à Polly Jean Harvey ou (c'est une nouvelle tendance), à Sophie Hunger, passent certainement totalement à côté de sa personnalité propre, à la fois plus baroque et moins écorchée. Un rendez-vous manifestement manqué, qui exigera un autre jour une deuxième chance, l'oreille plus innocente, le cœur plus disponible.

Quadricolor, enfin, chevauche déjà avec une expertise remarquable pour le jeune âge de ses membres (pas encore vingt ans) à travers les terres d'une pop complexe, foisonnante, anglophone, électrique, assez lisse, sautillante, acidulée, lumineuse, à-peine électronisée, ronde en bouche, souvent guillerette, toujours proprette, rafraichissante, synthétique, printanière et au total bien polie. On citerait encore Fleet Foxes, Phoenix, Arcade Fire, sans d'ailleurs bien comprendre comment ces formations peuvent avoir une telle influence sur tant de musiciens jeunes – quid du rock, du punk, de la révolte, de l'adolescence ? Il semble en effet qu'une grande partie de l'avenir du rock tienne dans ce virage pop obsédé de joliesse et quelque peu maniéré. Du rock avec du gel fixation intense de chez une grande marque, pour que la mèche tienne bien en place tout en ayant l'air de ne pas avoir été faite exprès.

Fort heureusement, les australiens de Pvt (anciennement connus sous le nom de Pivot) chargés de clore le festival proposeront une alternative. Le trio arpente en effet pour sa part les terrains clivés d'un rock électronique où il cohabite avec Kraftwerk ou Tangerine Dream, les géniaux précurseurs, mais aussi Trans Am, Battles ou Foals, les plus modernes pionniers de ces synthétismes-là, ou encore Triosk, autre formation australienne parfaitement recommandable à laquelle l'histoire de Pvt est intiment liée. Vous savez, ces musiques qu'écouteraient les nihilistes allemands du Big Lebowski de Joel Coen. Sur scène, on est évidemment très loin de la caricature et il n'est pas certain que le cliché le plus scandaleux se trouve de ce côté-ci du rock. En tout cas, on en redemanderait plutôt.

On notera également la présence sur le site de l'installation / performance La symphonie électro-ménagère, qui a proposé tout au long du festival aux spectateurs d'occuper les longues minutes de changement de plateau entre deux sets en redécouvrant la musique de chambre, mais aussi la musique de salle de bain ou la musique de cuisine en participant à ce qui, au total, ressemblait à une joyeuse cacophonie électro-expérimentalo-domestique.

C'est improbable. Donc essentiel – non ? On voit bien en tout cas comment, au-delà des seuls concerts, c'est tout un regard qui est porté sur la musique à l'occasion de cette sixième édition du festival Radar. Ainsi le Grand Mix ouvre-t-il la saison des concerts pour la Métropole avec un mélange de convivialité, d'expérimentation, de déception, de découverte, d'exaltation, de brefs moments d'ennuis, de nombreuses heures de plaisir, de quoi s'interroger, s'émerveiller, s'enthousiasmer, s'aviner, s'abreuver, se restaurer, danser, chanter, taper des mains, se rafraichir, s'émouvoir, se plaindre, se morfondre, prendre partie, se souvenir, s'épuiser, au final dans toutes les facttes de la musique. Bonne saison 2010-2011 !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Black Dirt Sessions de Deer Tick
La chronique de l'album Pigeons de Here we go magic
La chronique de l'album A Different Ship de Here We Go Magic
La chronique de l'album Kadavar - Pond - My Morning Jacket - Last Train - Hot Chip - Here we go magic - Tame Impala de Festival Rock en Seine 2015 - Dimanche 30 août
Here We go magic en concert au Festival La Route du Rock #21 (dimanche 14 août 2011)
Here We go magic en concert au Grand Mix (jeudi 1er novembre 2012)
Black Mountain en concert à La Maroquinerie (lundi 4 octobre 2010)
La chronique de l'album Swim de Caribou
Caribou en concert au Festival La Route du Rock 2008 Collection Hiver
Caribou en concert au Festival La Route du Rock 2010 (vendredi)
Caribou en concert au Festival La Route du Rock #24 (jeudi 14 août 2014)
La chronique de l'album Saint Bartlett de Damien Jurado
La chronique de l'album Derdang Derdang de Archie Bronson Outfit
Archie Bronson Outfit parmi une sélection de singles (novembre 2006)
La chronique de l'album Coconut de Archie Bronson Outfit
Archie Bronson Outfit en concert à Main d'Oeuvres (20 septembre 2004)
Archie Bronson Outfit en concert au Festival Les Nuits de l'alligator 2007 (mercredi)
Archie Bronson Outfit en concert au Festival La Route du Rock 2010 (dimanche)
L'interview de Archie Bronson Outfit (20 septembre 2004)
Part Chimp en concert au Festival de dour 2004 (vendredi)
La chronique de l'album From speaking parts to blazing rows de Leo(88man)
La chronique de l'album eponyme de Anna Calvi
Anna Calvi en concert à Cité de la Musique (mardi 26 octobre 2010)
Anna Calvi en concert au Trianon (vendredi 22 avril 2011)
Anna Calvi en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Dimanche
Anna Calvi en concert au Festival International de Benicàssim #17 (jeudi 14 juillet 2011)
Anna Calvi en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du dimanche
Anna Calvi en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Anna Calvi en concert au Spendid (samedi 1er octobre 2011)
Anna Calvi en concert au Festival La Route du Rock #24 (vendredi 15 août 2014)
Anna Calvi en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - vendredi 31 octobre
Anna Calvi en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2015 - Jeudi
La chronique de l'album Euphony EP de Quadricolor
Quadricolor parmi une sélection de singles (avril 2011)
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du samedi - Chew Lips - K'Nann - Viva and the Diva - Plan B - Quadricolor
Quadricolor en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
Quadricolor en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
La chronique de l'album Homosapien de PVT
Pvt en concert à Pzzle Festival #3 (édition 2017)

En savoir plus :
Le site officiel du Grand Mix de Tourcoing
Le Myspace du Grand Mix de Tourcoing

Crédits photos : Cédric Chort


David Falkowicz & Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Quadricolor (15 avril 2010)


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=