Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Soldat de papier
Alexeï Guerman  septembre 2010

Réalisé par Alexeï Guerman Jr. Russie. Comédie dramatique. Durée : 2h05. (Sortie le 15 septembre 2010). Avec Merab Ninidze, Chulpan Khamatova et Anastasya Sheveleva.

Où en est le cinéma russe ? Ce n’est pas avec la sortie au compte-gouttes de quelques films par an, souvent œuvres d’auteurs connus (Mikhalkov, Sokourov) que l’on pourra s’en faire une idée précise.

Il y a quelques mois, on avait vanté “Salle n°6”, une adaptation d’une nouvelle de Tchekhov tournée dans un asile psychiatrique où se mêlaient patients et acteurs, qui permettait de supposer que la Russie bougeait encore cinématographiquement.

Sans doute, le Festival Moscou-St Petersbourg qui commence au Forum des Images, et dont on parlera largement tout au long de son déroulement, devrait permettre de reprendre pied dans une cinématographie abandonnée à la fois par les exploitants et par les revues de cinéma.

La sortie de "Soldat de papier", troisième long métrage d’Alexeï Guerman Jr, permet de répondre à quelques interrogations immédiates : oui, en Russie, il reste encore une volonté artistique, oui, il reste encore des cinéastes ambitieux, oui il reste une envie de revisiter l’histoire du pays par le prisme de la pellicule.

Alexeï Guerman Jr traite d’un élément important de la politique soviétique post-stalinienne : l’aventure spatiale. L’homme nouveau soviétique se devait de devancer dans les étoiles son adversaire capitaliste américain.

Loin du réalisme scrupuleux d’une reconstitution historique académique, Guerman pousse très loin la stylisation de son récit. De la Cité des Étoiles (Baïkonour), on ne verra que des baraquements perdus dans la boue, une ligne de chemin de fer arrivant nulle part et quelques jeunes hommes en survêtements subissant un entraînement bizarroïde en attendant que l’un d’entre eux soit le premier homme envoyé dans l’espace.

Ici, se lit la faillite en pointillé de l’utopie de 1917 : le bonheur promis sur terre est désormais reporté au-delà des airs et comme toujours en Russie, l’aventure que l’on va fantasmer grandiose et que la propagande va rendre glorieuse n’est qu’un prétexte à un joyeux bordel, plein de cris, de vitupérations et propice aux libations.

On ne s’étonnera pas alors que le héros de Guerman ne soit pas le naïf, courageux et radieux Iouri Gagarine, bon garçon soviétique bientôt héros malgré lui, mais le médecin géorgien qui supervise l’entraînement des cosmonautes, un homme anxieux, apeuré devant cette quête inutile et dangereuse, un homme qui pédale à tue-tête vers la folie.

Ce qui frappe dans "Soldat de papier", c’est que Guerman ne répond pas aux canons actuels de la narration du cinéma occidental.

Riche de toute la théâtralité russe, avec des acteurs capables de variations extrêmes, passant de la gravité à l’insignifiance en un rire, son film retrouve des accents oubliés du cinéma d’auteur, comme ce travail subtil sur la couleur ou cette manière de filmer le beau visage de Chulpan Khamatova.

Évidemment, il faut partir pour Baïkonour avec une grande disponibilité car le film est tout sauf aimable. Suivre sans ennui les facéties dépressives de Merab Ninidze dans cet univers boueux se mérite.

Ce n’est pas un seul film qui peut faire le printemps, mais "Soldat de papier" est une proposition originale pour un cinéma encore en reconstruction.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=