Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Art Rock 2004 (Samedi)
Magyd Cherfi, Mystic Revelation of Rastafari, Rokia Traoré  (Saint Brieuc)  samedi 29 mai 2004

Une vraie météo bretonne en ce samedi après midi à St Brieuc : entre quelques gouttes, le soleil brille !
Et si la température extérieure nous rappelle que nous sommes au bord de la Manche, sous le chapiteau de la place Poulain Corbion c’est bien les mers du sud que l’on croyait entendre… et l’Afrique nous semblait vraiment toute proche !

Sans se bousculer on s’installe "tranquille" devant la scène, il est 18h et l’ambiance bonne enfant accueille Magyd Cherfi, venu nous faire découvrir sa cité des étoiles.

Le toulousain métisse, sans ses complices de Zebda, entame ses premières phrases à peine arrivé sur scène, en toute simplicité, souriant, presque timide avec une main dans la poche. Les paroles coulent et se boivent sans souci, claires, poignantes elles nous rappellent les thèmes chers à Zebda : immigration, intégration, les douleurs et les joies vécues, mais le style est différent. Plus poétique, moins festif, mais aussi plus diversifié : de java et chanson française jusque reggae et rythmes maghrébins, la musique nous conte autant que les mots d’où vient Magyd.

La simplicité et la maturité qui semblent être à l’origine de son dernier album nous permettent de découvrir, non sans plaisir, la vraie nature du toulousain. Alors à force d’être franc, forcément le courant passe et les sourires envahissent les visages des spectateurs. On en redemande, et c’est avec plaisir que la Bretagne adopterait Magyd s’il désirait connaître un coté de la mer moins amer que le sien !

On se sent bien maintenant, les effluves du sud sont bel et bien ancrées sous le chapiteau et personne n’est décidé à les laisser s’échapper. Nous sommes prêts pour des sons plus rythmés, plus chauds encore, et le reggae ne pouvait pas mieux tomber … Et quel reggae !

Là encore pas de place pour des petits joueurs. Ce sont de vrais croyants rasta qui prennent place. La Mystic Rasta est dans la place !

Remplaçant au pied levé un Anthony B que l’on ne regrettera pas, Mystic Revelation of Rastafari, groupe au nom on ne peut plus évocateur, est une formation créée bien avant nos naissances, dans les années 40, par Count Ossie, véritable père du Reggae. Aujourd’hui ses compères jamaïcains continuent l’aventure, à plus de 80 ans pour certains !

Difficile à croire tant la scène est animée par les chants et les danses, sans doute JAH leur donne t-il cette force ? En tout cas rares furent les spectateurs à ne pas esquisser un ou deux sautillements au rythme des percussions rasta, imitant le spectacle qui se déroulait devant leur yeux…
Aaahh si mon papy avait été rasta !

Décidément c’est bien grâce à leurs origines africaines que les deux premiers concerts de ce début de soirée nous ont tant emballés.. alors allions nous en rester là ?

A 20h, personne, place Poulain Corbion, ne songe un instant à cela ! Ni le discours des intermittents, ni le soleil couchant qui apportait une lointaine fraîcheur ne nous ferait aller voir ailleurs. Et si au fond de nous, c’est l’âme de l’Afrique que nous voulions rencontrer ce soir ?

Quelques minutes de patience et elle était là, l’Afrique !

Incarnée par une princesse aux pieds et à la tête nus : Rokia Traoré.

C’est un véritable "orchestre" traditionnel malien, mené par un balafon magnifique, qui accompagne la chanteuse. Une pointe de modernité folk est apportée par la guitare de Rokia, mais l’ensemble respire la tradition mandingue, le cœur de l’Afrique, avec ses percussions qui vous remuent les tripes. Quand avec tout cela la voix de Rokia , fine et douce, se fait entendre, on est envoûté, les plus grands fans hurlent leur amour aux premiers rangs, on est ailleurs…

Mais ce n’est pas fini, car Rokia et sa choriste ne sont pas que chanteuses : elles dansent ! Et la princesse mandingue devient reine ! Alors on se laisse porter… on se sent vibrer à l’unisson, le rythme est simple et efficace, tout comme l’attitude de la chanteuse qui conte la condition féminine en Afrique mais ne laisse pas paraître la difficulté. Peut être cela paraît un peu lent pour ceux qui ont envie de bouger ? et bien soyez patients !

Au 1er rappel, Rokia appelle, pour un bœuf plutôt bien préparé, la venue sur scène de son ami Keziah Jones, tête d’affiche de la soirée, qui accompagnera de sa guitare résolument électrique les percus africaines pour quelques titres. La sauce prend sans problème et tout le monde sur scène comme dans la foule, se lâche, une danseuse mandingue débarque au coté des stars pour une véritable démonstration, le spectacle est complet !

Dur de quitter tous ces rythmes chauds et ce chapiteau de gens heureux. Car les gens semblent tous plus ravis les uns que les autres, et, si sans doute la plupart étaient venus uniquement pour Keziah Jones, personne ne regrettera les découvertes de la soirée. Et moi je repars avant le concert de LA star malienne, les oreilles et yeux ravis… pas besoin de plus.

 

 

 

Artrock sur Froggy's delight c'est aussi :

Le vendredi
Concert d'Alain Bashung

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Magyd Cherfi en concert à Festival du Bout du Monde 2004 (dimanche)
Rokia Traoré en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (vendredi)
Rokia Traoré en concert au Festival du Bout du Monde 2004 (samedi)
Rokia Traoré en concert au Festival Fiesta des Suds
Rokia Traoré en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Samedi

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Art Rock
Le Myspace du Festival Art Rock
Le Facebook du Festival Art Rock

Crédit photos : Frédéric Villemin (Toute la série sur Taste of Indie)


Anne         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=