Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Artrock 2004
Alain Bashung  (Saint Brieuc)  28 mai 2004

Bashung, la classe

La scène est propre, rangée. Seule une table de bistrot avec un verre d'eau fraiche trône derriere les retours. Une estrade dédiée aux musiciens est placée au fond, laissant une large surface pour l'artiste.

L'arrivée de deux écrans plats au niveau des retours me fait perdre toute illusion. Je vais assister au concert sans relief d'un vieil artiste usé qui n'arrive même plus à se souvenir des paroles de ses chansons. Je pense tout à coup à un autre mythe français dont la décence m'interdit de citer le nom de famille mais dont chacune des prestations fait désormais un peu pitié. Oui, vous pensez bien au même que moi...

La musique de fond s'arrête et toute l'équipe entre sur scène. Juste le temps de commencer le morceau et Alain Bashung apparaît, tout de cuir vêtu. Et dès la première chanson, mes préjugés volent en éclats.

Ce n'est pas un vieux mythe ridicule que le public a devant les yeux mais un rockeur bien vivant, une présence, un charisme bien loin de tous les préjugés. "Tel", "La nuit je mens", c'est un départ en fanfare. Derrière lui, on trouve une équipe soudée : un violon, un violoncelle indispensables pour la plupart des nouvelles chansons, un guitar-hero chevelu sorti tout droit des années 80, un bassiste vigoureux au look camionneur (marcel kaki du plus bel effet) ainsi que les classiques guitare-clavier-batterie plus ordinaires. Que de la grosse pointure au service d'une orchestration impeccable.

Des vidéos sont projetées sur des écrans géants derrière le groupe mais personne ne les regarde. Tout le public n'a d'yeux que pour le chanteur. Toutes les générations sont réunies : du jeune adolescent amateur de Kyo et de Star Ac' à la ménagère de moins de 50 ans qui tremble en ecoutant "Vertiges de l'amour" en direct. Les 5 000 personnes sont debout et se pâment.

Hormis les quelques tubes universels, la plupart des chansons jouées ce soir proviennent des deux derniers albums et il est indéniable que le passage au live de Fantaisie Militaire et l'Imprudence montre l'exceptionelle qualité des deux opus.

Les titres les plus sombres se transforment, les plus simples prennent de l'ampleur et les derniers chansons comme "Faites monter" deviennent des bombes soniques à faire rougir les plus bruyants groupes indés. Bashung continue son show. Il boit son verre d'eau, rampe à terre, invite sa femme Chloe Mons à chanter un duo et s'en va théatralement en mettant son chapeau et en quittant la scène dans une volute de fumée.

Comme me le susurre mon voisin pendant "Angora", en regardant la foule ébahie, aux anges : "Il a la classe non ?". Nul ne pourrait dire le contraire.

 

 

Artrock sur Froggy's delight c'est aussi :

Le vendredi
Le samedi

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bleu Pétrole de Alain Bashung
La chronique de l'album Fantaisie Militaire de Alain Bashung
Alain Bashung en concert au Festival Solidays 2004 (vendredi)
Alain Bashung en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (vendredi)
Alain Bashung en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Dimanche
Alain Bashung en concert au Festival Fiesta des Suds

En savoir plus :
Le site officiel d'Alain Bashung
Le Myspace d'Alain Bashung
Le Facebook d'Alain Bashung


Fred         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=