Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Artrock 2004
Alain Bashung  (Saint Brieuc)  28 mai 2004

Bashung, la classe

La scène est propre, rangée. Seule une table de bistrot avec un verre d'eau fraiche trône derriere les retours. Une estrade dédiée aux musiciens est placée au fond, laissant une large surface pour l'artiste.

L'arrivée de deux écrans plats au niveau des retours me fait perdre toute illusion. Je vais assister au concert sans relief d'un vieil artiste usé qui n'arrive même plus à se souvenir des paroles de ses chansons. Je pense tout à coup à un autre mythe français dont la décence m'interdit de citer le nom de famille mais dont chacune des prestations fait désormais un peu pitié. Oui, vous pensez bien au même que moi...

La musique de fond s'arrête et toute l'équipe entre sur scène. Juste le temps de commencer le morceau et Alain Bashung apparaît, tout de cuir vêtu. Et dès la première chanson, mes préjugés volent en éclats.

Ce n'est pas un vieux mythe ridicule que le public a devant les yeux mais un rockeur bien vivant, une présence, un charisme bien loin de tous les préjugés. "Tel", "La nuit je mens", c'est un départ en fanfare. Derrière lui, on trouve une équipe soudée : un violon, un violoncelle indispensables pour la plupart des nouvelles chansons, un guitar-hero chevelu sorti tout droit des années 80, un bassiste vigoureux au look camionneur (marcel kaki du plus bel effet) ainsi que les classiques guitare-clavier-batterie plus ordinaires. Que de la grosse pointure au service d'une orchestration impeccable.

Des vidéos sont projetées sur des écrans géants derrière le groupe mais personne ne les regarde. Tout le public n'a d'yeux que pour le chanteur. Toutes les générations sont réunies : du jeune adolescent amateur de Kyo et de Star Ac' à la ménagère de moins de 50 ans qui tremble en ecoutant "Vertiges de l'amour" en direct. Les 5 000 personnes sont debout et se pâment.

Hormis les quelques tubes universels, la plupart des chansons jouées ce soir proviennent des deux derniers albums et il est indéniable que le passage au live de Fantaisie Militaire et l'Imprudence montre l'exceptionelle qualité des deux opus.

Les titres les plus sombres se transforment, les plus simples prennent de l'ampleur et les derniers chansons comme "Faites monter" deviennent des bombes soniques à faire rougir les plus bruyants groupes indés. Bashung continue son show. Il boit son verre d'eau, rampe à terre, invite sa femme Chloe Mons à chanter un duo et s'en va théatralement en mettant son chapeau et en quittant la scène dans une volute de fumée.

Comme me le susurre mon voisin pendant "Angora", en regardant la foule ébahie, aux anges : "Il a la classe non ?". Nul ne pourrait dire le contraire.

 

 

Artrock sur Froggy's delight c'est aussi :

Le vendredi
Le samedi

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bleu Pétrole de Alain Bashung
La chronique de l'album Fantaisie Militaire de Alain Bashung
Alain Bashung en concert au Festival Solidays 2004 (vendredi)
Alain Bashung en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (vendredi)
Alain Bashung en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Dimanche
Alain Bashung en concert au Festival Fiesta des Suds

En savoir plus :
Le site officiel d'Alain Bashung
Le Myspace d'Alain Bashung
Le Facebook d'Alain Bashung


Fred         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=