Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Wolf Parade - Peter Kernel
Point Ephémère  (Paris)  samedi 18 septembre 2010

Peter Kernel est contrairement à ce que son nom indique, un trio composé par Aris (guitare, chant), Barbara (basse, chant) et Däwis (batteur). Le groupe joue une musique entre grunge et noise très influencée par Sonic Youth. Ils oscillent constamment entre chaos et accalmie, vacarme et mélodie avec une grande efficacité.

Si certains titres prennent d'assaut nos tympans à grand coup de hurlements angoissants et d’expérimentations sonores, ils peuvent aussi se faire plus hypnotisants avec un côté aérien appuyé par des guitares ronronnantes.

C’est comme ça durant tout leur set, et le groupe enchaîne les titres et les ambiances sans perdre le public.

La formation Suisse séduit par son mix entre pop rock, noise, et ambiance lo-fi. Peter Kernel a fait mouche avec sa musique influencée par la scène indie-rock des années 90 (et ce n'était pas si facile que cela que d'ouvrir pour Wolf Parade).

Wolf Parade est un très bon groupe qui est injustement méconnu du grand public. Tout d'abord, ils sont trop souvent comparés à Arcade Fire. C'est vrai qu'ils viennent aussi de Montréal et qu'ils font un indie-rock assez rafraîchissant, mais ce n'est pas une raison, bordel !

Ce groupe existe grâce à ses deux papas complètement fous qui multiplient les projets parallèle : Dan Boeckner qui officie à la guitare, au chant et aux synthés joue aussi avec Handsome Furs, Spencer Krug, lui, au chant et aux synthés, joue pendant son temps libre avec les Sunset Rubdown.

On pourrait penser qu'à force de multiplier les side-project, Wolf Parade allait finir par se perdre. Mais non ! Et c'est ce qui fait la particularité de ce groupe. Les deux front-men sont des boulimiques de travail et le mariage de ces deux personnalités fait qu'ils sont un des meilleurs groupes de ces dernières années. D'ailleurs, si on écoute les différents projets parallèles, cela permet de découvrir lequel des deux papas a pris le pas sur l'autre dans la composition de tel ou tel chanson.

Samedi soir, au Point Ephémère, Wolf Parade a donné un spectacle intense et électrique pour une salle remplie mais trop petite pour la qualité du groupe. D'ailleurs, le public a même eu droit à voir le groupe faire ses balances sons, puisqu'ils sont tombés en panne sur l'autoroute avant Paris, et qu'ils sont arrivés in extremis...

Wolf Parade a construit un barrage d'énergie positive et ils ouvrent les vannes en direction du public. Leur musique est nerveuse et brûlante. Cela va à fond et ne ralentit jamais grâce à une rythmique implacable. Ils flirtent avec un rock pesant aidé par des mélodies et une énergie surpuissante. Il y a des grosses guitares avec des bons petits riffs mais ce sont les synthés qui font la couleur si particulière de Wolf Parade. Un rock tout en subtilité et en énergie sur scène. Spencer Krug gigote derrière ses claviers et son tabouret sert beaucoup plus à ses pieds qu'à ses fesses !

Il y a des bons titres bien rock, d'autres plus doux, j'ai vraiment aimé ce que j'ai vu : cela me donne envie de me replonger dans leur dernier album  et de re-écouter tout ce qu'ils ont pu faire jusqu'à présent...

Setlist de Wolf Parade
01. You Are A Runner And I Am My Father's Son
02. Palm Road
03. What Did My Lover Say? (It Always Had To Go This Way)
04. Language City
05. Dear Sons And Daughters Of Hungry Ghosts
06. Ghost Pressure
07. Cave-O-Sapien
08. Fine Young Cannibals
09. Two Men In New Tuxedos
10. This Heart' On Fire
11. I'll Believe In Anything
12. Pobody's Nerfect
13. Californian Dreamer
14. Cloud Shadow On The Mountain
15. Modern World
16. Kissing The Beehive

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Apologies to The Queen Mary de Wolf Parade
La chronique de l'album Expo 86 de Wolf Parade
Peter Kernel en concert à Paléo Festival #34 (2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Peter Kernel
Le Myspace de Peter Kernel
Le Myspace de Wolf Parade

Crédits photos : Didier Richard


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=