Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Art Rock 2004 (Jeudi)
Lugo - Frigo - Liars - Blonde Rehhead  (Saint Brieuc)  28 mai 2004

Le programme est chargé : essayer de suivre le festival en goûtant à tout ce que les organisateurs ont eu la bonne idée de proposer : découvrir les groupes au forum, courir sur la place pour voir les grosses pointures en faisant un saut au musée pour se régaler d'expositions numériques. Le tout en une petite soirée : pas facile et même franchement infaisable.. Mais ne grillons pas les étapes et commençons la journée.

Le groupe désigné pour essuyer les pâtres cette année était Lugo. 'Des locaux' comme me dit mon voisin de concert, fier de ses 19 Art Rock pendant lesquels il a tout découvert. Le concert commence et rapidement une sensation de déjà-vu s'installe... Oui mais quand ? où ? à quoi cette pop acoustique et gentille ressemble-t-elle ? J'ai beau chercher, je ne retrouve pas : peut être une goutte de M pour le chanteur essayant tant bien que mal de faire chanter le public ? Non... Les chansons passent et je n'arrive pas à rentrer dans leur univers. Les textes naviguent entre l'amusant, le sérieux et le délire sans jamais parvenir à s'accrocher quelque part.

A mesure que le concert avance je retrouve peu à peu la mémoire : Lugo me fait penser à un groupe local comme j'en avais connu un à Nancy il y a 10 bonnes années (PS Goodbye pour ne pas les citer). Celui qui est de toutes les fêtes de la musique, de toutes les animations, de toutes les foires, dont on croise le chanteur en allant à la fac, et dont on finit par fredonner les mélodies à force de les entendre au détour d'une beuverie. Mon voisin me confortera même dans mon idée en des termes nettement plus chantants.

Oui définitivement, Lugo est le groupe local du festival, et probablement le groupe local de Saint-Brieuc et ses environs. Ce n'est pas forcément un défaut, mais il manque encore un petit quelque chose à Lugo pour aller au delà de cette étiquette.

Le forum se remplit lentement tandis que Lugo cède sa place à Frigo sur la scène.

Dès le premier morceau, le ton est donné : exit la pop de leurs prédecesseurs, Frigo va faire plus de bruit. Le public assiste alors à une élégante prestation d'un post rock teinté d'une petite touche d'électronique et surtout, plus rare, d'un chant quasiment omniprésent. Cela peut déranger les fans purs et durs de rock instrumental mais il faut bien avouer que cela permet à Frigo de se démarquer de la plupart de leurs confrères. Mieux, un saxophone débarque même sur la scène pour rajouter un timbre cuivré et redonner du rythme à l'ensemble.

Malheureusement, je n'aurai pas la chance de voir le chanteur de Chokebore se mélanger à ce groupe : la grande scène m'appelle et c'est le lot de tout bon festivalier que de devoir faire des choix.

J'arrive donc sous le chapiteau où ont lieu les gros concerts. Bonne nouvelle, ca sent la frite, la merguez, la bière et la bonne musique. Passons sur les tarifs assez prohibitifs de la nourriture et retournons devant la scène.

Le groupe Liars débarque et fait sensation parmi le peu de spectateurs présents sur le site : le chanteur est tout de blanc vêtu, cheveux longs dans les yeux, avec pantalon déchiré pour laisser entrevoir un magnifique slip tarzan tandis que le batteur, armé d'une belle moustache de gendarme, est en nuisette transparente. Seul le guitariste est resté sobre. Suivent 40 minutes de n'importe quoi.

Angus Andrew, le chanteur géant, bouge, court, saute, remue sur la scène. Le spectacle est stupéfiant mais la musique a du mal à suivre. Encore une fois, seul Aaron Hemphill le guitariste garde ses distances et réalise un set impeccable, donnant le rythme à tout le groupe et envie au public de rester. A croire qu'il faut parfois un élément sobre pour rester sérieux...

Pas de regrets quand les Liars quittent la scène pour faire place au trio italo-japonais le plus explosif du moment, Blonde Redhead. Et ce sont les artistes eux-même qui débarquent sur la scène pour installer les instruments et terminer une mini balance. Le public se rapproche tout à coup de la scène : Kazu Makino porte une elegante mini robe blanche qui ne peut pas laisser de marbre les Briochins qui se pressent pour investir les premiers rangs.

Quelques minutes plus tard, ponctuels, la chanteuse japonaise ainsi que les deux jumeux italiens débarquent sur la scène pour démarrer le spectacle. Surprise, Kazu a tombé le gilet pour montrer le dos nu de sa robe blanche. Y'a-t-il une pénurie de tissu à Saint-Brieuc ?

Toujours est-il que le groupe réalise un set magnifique : un mélange étonnant et détonnant de passages instrumentaux et de mélodies surprenantes à deux voix (Amedeo Pace et Kazu Makino). Rien ne manque, on retrouve bien la même violence que chez leurs fans Sonic Youth mais aussi la douceur de la voix de Kazu et une grosse dose de glamour qui tranche franchement avec le premier groupe de cette soirée. Le public en redemande mais c'est trop tard : l'heure c'est l'heure. Le public ne le sait encore pas mais le meilleur est à venir.

 

 

Artrock sur Froggy's delight c'est aussi :


Le samedi
Concert d'Alain Bashung

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Lugo dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
Lugo en concert au Festival La Clé des Chants 2005 - Le tremplin
Lugo en concert au Festival La Clef des Chants 2005 (samedi)
Lugo en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (vendredi)
La chronique de l'album Teleportation de Frigo
La chronique de l'album Funambul de frigo
Frigo en concert au Festival Les Rockeurs ont du coeur 2004
Frigo en concert au Jardin Moderne (7 avril 2005)
La chronique de l'album They were wrong so we drowned de Liars
La chronique de l'album Drum's not dead de Liars
La chronique de l'album Mess de Liars
Liars en concert à La Boule Noire (19 novembre 2003)
Liars en concert au Tryptique (15 mai 2004)
Liars en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Liars en concert au Festival La Route du Rock 2010 (vendredi)
Liars en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - samedi 3 novembre
Liars en concert au Festival La Route du Rock #24 (vendredi 15 août 2014)
Liars en concert à La Machine (jeudi 9 octobre 2014)
L'interview de Liars (novembre 2007)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Art Rock
Le Myspace du Festival Art Rock
Le Facebook du Festival Art Rock

Crédit photos : Frédéric Villemin (Toute la série sur Taste of Indie)


Fred         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=