Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Youn Sun Nah
Same Girl  (ACT / Harmonia Mundi)  septembre 2010

Je n’aime pas beaucoup les chanteuses… actuelles et le formatage que prend le jazz vocal, d’autant que cette musique a eu de formidables Ladies, avec pour chacune, un grain particulier, une fêlure. Les "voix" se font rares, non pas seulement les belles et grandes voix (genre lyrique), j’entends les voix qui ont quelque chose à dire, ou à transmettre, qui déclenchent un sentiment profond de trouble, d’émotion, qui vous font tout interrompre pour… écouter. Cette vulnérabilité, on ne la trouve plus chez les chanteuses en promo à la télé.

Youn Sun Nah est une personne rare. Elle nous avait bouleversée dans son "autoportrait" So I Am, sorti en 2004, toute étonnée d’être accueillie avec enthousiasme à notre époque d'"archipélisation". Mais c’est que sa musique voyage dans notre monde parcellisé. Quand elle chante "Kangwondo Arirang", un traditionnel coréen, elle donne une éclatante démonstration de ce que peut être le folklore universel.

Dans ce nouvel album qu’elle signe encore sur le label allemand Act, après le précédent Voyage, elle garde le guitariste suédois Ulf Wakenius, avec qui elle tourna en duo pendant deux ans, compagnon généreux qui entoure d’un écrin de choix, cette voix exceptionnelle, mais aussi le violoncelliste et contrebassiste Lars Danielsson et le percussionniste Xavier Desandre Navarre. Elle a trouvé avec ces compagnons une entente plus que "cordiale", une osmose véritable.

Elle chante toujours, entre souffle et cri, ne ménageant pas les écarts, avec une très grande rigueur, jouant du silence, avec ces fausses suspensions précédant de rauques déchaînements (nouvelle version de "Pancake"). C’est dans ces envolées que sa timidité manifeste s'envole : sa force est sa fragilité même. Sa gestuelle la fait ressembler à une instrumentiste, quand elle s’accompagne d’une trompette imaginaire. C’est qu’elle est, avant tout, musicienne et elle restitue en toute logique (d’instrumentiste), la force de ces "petites" mélodies, ces chansons qui finissent par constituer un répertoire.

Justement, on pourra lui reprocher de balayer large, mais qu‘elle scate à sa façon dans l’étonnant "Breakfast in Baghdad", qu’elle chante le blues fièvreux "Moondog" de Terry Cox, ou le folk du regretté Terry Cox "My name is Carnival", qu’elle reprenne du rock, de la pop ou du jazz, qu’elle transforme en tango avec le violoncelle de Lars Danielsson le "Song of no regrets" de Sergio Mendes (chanté par Lani Hall à l’origine ), Youn Sun Nah peut tout faire.

L’émotion est réelle dès le premier titre "My favorite things", cette bluette de Rodgers & Hammerstein II, que Coltrane transcenda. Interprétée avec une seule sanza, achetée dans un magasin de musique parisien, ces paroles insignifiantes prennent soudain un sens autre. Voilà un standard revisité de la plus belle des façons, et nous reprenons espoir quant à l’évolution du jazz vocal.

Le titre de l’album Same Girl vient d’une chanson de Randy Newman, grande figure de la musique populaire américaine : elle s’approprie cette composition avec une mélancolie respectueuse, réveillant en nous une pointe de nostalgie, puisque nous croyons y reconnaître quelques inflexions de la Barbra Streisand des années soixante-dix.

En français, Youn Sun Nah est tout simplement juste, avec une diction impeccable, fidèle au souvenir de Romy Schneider, si lumineuse dans "La chanson d’Hélène", écrite pour elle par Jean-Loup Dabadie, pour le film de Claude Sautet, Les choses de la vie. C’était un choix délicat, car le souvenir de Romy est fort : elle était d’une sincérité désarmante, montrant un visage sans fard. Sans calcul. Et justement l’émotion n’est jamais feinte quand Youn Sun Nah chante.

Chronique originale publiée dans
Les Dernières Nouvelles du Jazz

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Youn Sun Nah en concert à Tourcoing Jazz Festival #28 (édition 2014) - Lundi 11 octobre
Youn Sun Nah en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Youn Sun Nah
Le Myspace de Youn Sun Nah


Sophie Chambon         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=