Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Parisians - The Lanskies
La Boule Noire  (Paris)  vendredi 1er octobre 2010

Me voilà de retour dans cette petite Boule Noire, là même où j'y avais découvert les survoltées Donnas il y a quelques années et les Rita Mitsuko, un an avant que Fred Chichin ne quitte ce monde. La promiscuité donc le contact avec le public rend cette salle particulière, tout comme la Maroquinerie. Un groupe timide ne passera jamais à la Boule Noire, on n'y croisera donc pas les Placebo ou Coldplay.

Après m'être pris une petite bière à l'Edward's (moins cher qu'ici), hop, j'arrive pour les premiers morceaux de la première partie, The Parisians. Ce groupe de gamins donne dans le rock bien nerveux, punk basique, mais faisant preuve d'une belle efficacité, ça envoit bien, juste dommage qu'ils chantent en anglais, ce qui ne leur donne pas d'identité. Tous les morceaux se ressemblent, même si correctement exécutés, mais le problème n'est pas là.

Le cuir sur le dos, la bière à la main, la clope au bec, les gars à fond sur leur guitare pour se donner un style, autant d'attitudes faussement "rebelles" qui ne nous apportent pas grand chose et me lassent quelque peu. C'est paradoxalement sur une reprise – dernier morceau de leur set – qu'ils m'emballent le plus. Il faut reconnaître que cette version punk du "Wicked game" de Chris Isaac a de la tronche. The Parisians ont fait leur boulot mais n'ont pas dégagé assez d'émotion à mon sens.

Petit à petit, la salle se remplit vite et je contaste comme un peu trop souvent (ça devient agaçant) qu'avec mes 37 ans au compteur, je fais partie des vieux. Vivement les concerts d'Arno et de Ray Davies en novembre que je me refasse une jeunesse. Enfin, qu'à cela ne tienne, ce n'est pas pour autant que je suis accoudé au bar du fond, faut pas déconner.

Une petite demi-heure plus tard, The Lanskies débarquent sur scène. Très rapidement, on s'aperçoit que le chanteur est un mix de Robert Smith (pour la voix) et Jack Black (pour le physique, limite la même tronche, et l'attitude). C'est une sorte de trublion bondissant, toujours la banane, débordant d'energie.

Cet homme est d'une aisance incroyable, parlant au public très souvent (pour lui demander de se rapprocher), il manie l'humour (il taxe les lunettes de son guitariste pour faire le con, "rapprochez vous et ne vous inquiétez pas, je ne vais pas slamer, je suis trop gros", "j'ai perdu des kilos ce soir, non ?"), il est à fond, il s'éclate, ça fait plaisir à voir.

Question musique, le groupe passe en revue l'ensemble de leur album, du très pop "However" (ça a la fraîcheur et la classe du premier effort des Franz Ferdinand) au très Curien "Listen to the order" (peut-être le meilleur morceau du concert !). Et puis "Eastern wall" au son plus heavy, et ce "Dirty harry" assez punky (ah, ces changements de rythme à la gratte et ces choeurs qui font très "Libertines").

Au milieu de ces titres parfaitement imprégnés de pop anglaise (rappelons que le groupe est français même si le chanteur est anglais), notre trublion continue son show, il fait venir à lui son ex coloc qu'il a reconnu dans la salle, fait monter un fan pour faire le con, entame a capella le "It's not unusual" de Tom Jones (ses ziquos ne voudront pas suivre, pas drôle). Malgré l'orientation entraînante des morceaux et la pêche du chanteur, une bonne moitié du public est bien à fond, le restant apprécie sans se bouger plus que ça.

L'heure arrive bientôt d'interpréter ce "Bank holiday" jouissif (ne tournons pas autour du pot, il s'agit là d'un des titres pop rock de l'année), dance, new wave, rock, en passe de devenir un standard du groupe comme l'était à leur début le "Parklife" ou le "Boy's and girl" des Blur. Alors que l'on s'approche de la fin du concert, notre ami descend dans la foule pour lancer un petit pogo bien sympa.

On se rend compte que les compos d'ensemble du groupe sont indéniablement faites pour la scène. A se demander s'ils ne les ont pas écrites pour les jouer live avant même de les figer sur une galette. 1h de concert pour seulement un album, et pour 12 euros, respect !

On payerait plus du double pour certains groupes pour autant de temps passé sur scène et plus d'albums fournis. A quand la prochaine date ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Shake the Ashes of our Enemies de The Parisians

## The Lanskies##

En savoir plus :
Le site officiel de The Parisians
Le Myspace de The Parisians
Le site officiel de The Lanskies
Le Myspace de The Lanskies


Yannick Maquenhen         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 juin 2019 : C'est la fête !

Vendredi prochain, ce sera la Fête de la Musique, une raison supplémentaire pour en écouter de la bonne en vous baladant dans notre sélection culturelle de la semaine, avec également bien entendu du théâtre, du cinéma, des expos et de la littératures.

Du côté de la musique :

"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada
et toujours :
"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'étrange affaire Emilie Artois" au Théâtre de la Contrescarpe
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph à Ivry
"Huckleberry Finn" au Théâtre de la Huchette
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Homme encadré sur fond blanc" au Théâtre Tristan Bernard
"Un drôle de mariage pour tous" au Théâtre Daunou
"Guigue & Plo" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Hiroshima, mon amour" aux Théâtre des Bouffes parisiens
"Matka" au Théâtre Elisabeth Czerczuk
"Dîner de famille" au Café de la Gare
"Hypo" au Théâtre du Marais
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

dernière ligne droite pour :
"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg
"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Le choc du futur" de Marc Collin
"Bunuel après l'âge d'or" de Salvador Simo

Lecture avec :

"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel
et toujours :
"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=