Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hopper
A tea with D  (Ethylen Records / Chronowax)  mai 2004

A l’image des angelots dispensateurs du zéphyr des peintures académiques, le quatuor de Hopper nous délivre avec A tea with D., sur fond de pâquerettes et têtes de mort, "le souffle orageux d’un rock sensuel".

Un rock aussi incisif et direct que du Blonde Redhead, une voix rauque à la Courtney Love. Premières émotions à l’écoute des toutes premières mesures de "Stranger for Good", titre d’ouverture du premier album des français de Hopper.

La barre est ainsi placée bien haut et difficile dès lors de ne pas être exigeant quant à la suite de ce Tea With D. Fort heureusement, les oreilles exigeantes seront comblées tant ce disque est une réussite, et, comme le dit la bio, il n'a pas à rougir face à ses cousins américains.

Car c'est bien cette musique là que revendique Hopper. Chant en anglais, guitares tour à tour brutales et caressantes, chansons mêlant calme et tempêtes, voix duelles, atypiques, brutes, hypnotisantes, à la limite du cri (celles de Dorothée et Aurélia) rappelant aussi les Breeders en plus touchant et plus juste. Prégnant comme du Cat Power qui aurait bouffé un lion tout cru !

Mais Hopper n'est pas qu'un simple groupe à guitares surfant sur la vague revival rock. C'est aussi un songwriting impeccable comme le prouvent les remarquables "Calculating Infinity", qui démarre calmement sur une note un peu jazzy pour finir le nez contre un mur de sons, et "A tea with D.", lyrique et sensuel, qui donne son titre à l’album, suivi en guise de "piste cachée" d'un duo acoustique très aérien voguant du côté de Chan Marshall et Shannon Wright.

A côté du son pop de "Sham" et "More and more", l’oreille attentive reconnaîtra sur "Colours" en guise de petit clin d'oeil amusant et drôle une reprise discrète du thème d’Amicalement votre.

Produit par Peter Deimel et Iain Burgess, ce premier album aux atmosphères envoûtantes est une franche réussite pour un groupe qui affiche un réel et singulier potentiel musical.

N'hésitez pas à le découvrir...et bon vent pour Hopper !

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Hopper en concert au Nouveau Casino (17 septembre 2004)
L'interview de Hopper (juin 2004)

De l’influence d’un nom. Vous avez dit Hopper ?

Hopper me fait penser à Dennis et à Edward.

Hopper comme Dennis Hopper, comédien-réalisateur, qui a étudié la peinture sous la houlette de Thomas Hart Benton, également professeur du grand peintre abstrait des années cinquante, Jackson Pollock qui deviendra le chef de file de l’expressionnisme abstrait de l’Ecole de New York.

Dennis Hopper qui, en 1969, réalise le film le plus mythique de la contre-culture psychédélique, Easy Rider, dans lequel pour la première fois la bande son comportait des morceaux de rock et qui interprète en 1987 le stupéfiant personnage de gangster sadomaso se soûlant à l’oxygène dans Blue Velvet de David Lynch.

Hopper comme Edward Hopper, dont la Tate Modern Gallery à Londres expose une rétrospective, peintre réaliste de l'inconscient, qui a ignoré la révolution de l’Ecole de New York, pour qui seul compte l'instant, l'atmosphère de l'instant et dont les peintures, clichés de l'imaginaire américain, sont des instantanés dans lesquels ils ne se passent rien, et ne peignent rien d'autre que le moment qui précède celui où se révèleront les perversions et les crimes.

Edward Hopper a fasciné bon nombre de cinéastes et inspiré notamment David Lynch. David Lynch qui puise dans Hopper ce goût pour les mondes étranges et obscurs derrière les apparences où l’âme est violentée.

La boucle est bouclée.


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=