Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mièle
Interview  (Paris)  mercredi 22 septembre 2010

Mièle a mis quatre ans avant de sortir son deuxième album, un album de chanson française pop intitulé Le jour et la nuit. Or l'album de ce trio belge discret fleure bon la chanson indépendante, décalée et attachante. C'est seulement quelques heures avant de rentrer sur scène, alors que le groupe de première partie répète, que nous rencontrons les deux voix de Mièle, Catherine et Stéphane, pour en savoir un peu plus sur ce groupe dont les chansons sont faites dans la tradition artisanale et non pas par des robots mixeurs comme leur nom pourrait le laisser supposer.

Pourquoi autant de temps de gestation entre deux albums ?

Catherine : Nous avons commencé la musique lorsque nous étions étudiants. C'était d'abord un hobby, nous ne faisions pas cela sérieusement. Finalement après trois ans, nous avons sorti notre premier disque. Pour chaque disque, il a fallu réunir les chansons, l'argent le matériel. Et puisque nous travaillons en auto-production, cela nous prend du temps.

Stéphane : Nous avons tous des projets à côté, c'est surtout ce qui nous ralentit. Peut-être est-on aussi un peu lent. (rires)

Comment se nourrit le projet Mièle durant ce temps ?

Stéphane : Catherine et moi écrivons et composons. Franck s'occupe plutôt de la production. Son expérience avec d'autres formations a beaucoup influencé l'album. Il y a aussi ce qu'on écoute, notre travail au sein des autres projets. Enfin il y a la réaction par rapport à notre premier album. En l'écoutant, nous avons parfois été déçus par le résultat sur certaines chansons. Parfois il arrivait aussi que nous n'ayons plus envie de faire la même chose mais d'explorer des pistes nouvelles.

Catherine : Les chansons que nous faisons sont assez biographiques, on se nourrit aussi de notre quotidien...

Stéphane : Et puisqu'il ne nous arrive pas grand-chose dans la vie, ça prend du temps (rires)

Comment définiriez-vous l'évolution entre vos deux albums ?

Catherine : Le jour et la nuit est plus pop, plus direct. Les chansons sont plus courtes, moins alambiquées. Les arrangements sont plus simples. Sur le premier, nous avions tendance à en rajouter au niveau de la production, alors que si c'est une bonne chanson, elle se suffit à elle-même. On ne sait pas comment cela se passera pour le troisième.

Sur votre Myspace, vous définissez votre musique comme "mélodramatique". Pourquoi ?

Catherine : (rires) Ça c'est moi. Lorsque tu définis ta musique sur Myspace, il y a des styles préétablis, et le style "mélodramatique" j'ai trouvé ça drôle.

Au niveau de l'écriture, les figures stylistiques sont importantes. Comment travaillez-vous l'écriture ?

Catherine : Parfois je prends des notes, mais lorsque j'ai une idée de chanson, j'essaie de la creuser sur l'instant. Mais ça prend du temps, on est rarement content d'un premier jet. Avant que je sois vraiment contente d'un texte, sans avoir envie de changer aucun mot, il y a lecture, puis relecture. Ça me prend du temps.

Stéphane : D'autant que le fonctionnement de Mièle est démocratique, si l'un de nous n'est pas content d'un mot dans le texte que Catherine ou moi proposons, il est tenu de rapidement changer ce mot, ou la phrase impliquée. Le fait que chacun de nous doive être satisfait des différents aspects du morceau au moment où nous le faisons est aussi une des raisons pour lesquelles nous produisons lentement nos disques. Si l'insatisfaction vient après, c'est trop tard.

L'album traite essentiellement de l'absence.

Catherine : Oui, les chansons parlent de rupture ou du décès de quelqu'un. C'est lié à nos vies, à ce qu'on traverse à ce moment-là.

Stéphane : Les gens, lors des concerts, ne le comprennent pas forcément car il faut se pencher sur le texte. La chanson en tant que telle ne montre pas qu'on parle de ça. Pourtant, c'est un thème prédominant chez Mièle, même dans le premier album.

Catherine : Nos thèmes ne sont pas forcément gais, mais nous essayons de ne pas les traiter de manière triste. C'est souvent le thème de l'absence qui revient.

Stéphane : Le thème du manque aussi. Que ce soit par rapport à quelqu'un, à quelque chose. C'est souvent le thème du manque.

Catherine : J'ai du mal à écrire lorsque tout va bien. Si ça va, je ne vais pas avoir envie de rester chez moi, prendre un bic et me lancer dans l'écriture une chanson. Je vais préférer sortir et voir des gens.

Il y a donc un côté psychanalytique dans le fait d'écrire ?

Catherine : Écrire n'est pas une psychanalyse, mais je crois que c'est une manière d'accoucher de certaines choses, de les rendre concrètes.

Stéphane : C'est une manière de digérer les choses.

Catherine : Écrire une chanson, c'est une manière d'exprimer des choses que je ne dirais jamais à une personne.

Il y a aussi les métaphores au niveau de la lumière. Sur dix chansons, cinq ont un titre qui a un lien avec la lumière.

Catherine : Oui, c'est pour cela que nous avons appelé l'album Le jour et la nuit.

Stéphane : Nous nous sommes rendus compte que la lumière était comme un fil conducteur tout au long de l'album. Le dernier morceau qui a été conçu a été "La lumière". Ce titre d'album s'est donc imposé comme une évidence.

Si "La lumière" est le dernier morceau conçu, c'est qu'au début de l'album les choses étaient sombres, et que maintenant tout va bien.

Stéphane : Tout ne va pas toujours bien, mais ça va bien. (rire)

Catherine : Nous sommes des gens qui allons bien la plupart du temps, c'est pour cela que faire cet album a été long. Nous ne serions pas capables d'écrire une chanson triste par jour ou par semaine. (rires)

Le fait que vos chansons soient inspirées de vos vies donne une grande sincérité à l'album. "Les choses" et "Tu n'es pas là" en particulier semblent vraiment vécues.

Stéphane : "Tu n'es pas là" est vécue, mais "La chose" absolument pas. Il y a aussi des histoires qui sans être vécues sont voulues et désirées.

Catherine, parmi les instruments que tu joues, il y a le trombone à coulisse. Cela signifie que tu as du souffle. Pourtant, lorsque tu chantes, ta voix est fluette. N'es-tu pas tentée parfois de pousser sur ta voix ?

Catherine : Oui, j'ai du coffre (rire). Mais je ne pourrais pas. Je pourrais travailler ma voix, mais mon timbre naturel est dans les aigües et me donne une voix plutôt enfantine.

Est-ce un acte politique de faire un disque de chanson française aujourd'hui en Belgique, alors que le pays traverse une crise entre les communautés wallonnes et flamandes ?

Catherine : Non. En Belgique, beaucoup de gens chantent en anglais. Chanter en français, ce n'est pas s'adresser uniquement aux wallons, mais à tous les francophones de part le monde. De plus, il y a beaucoup de flamands qui adorent la chanson française. D'ailleurs, à mon avis, la plupart des flamands préfèrent écouter un groupe wallon qui chante en français plutôt qu'un groupe wallon qui chanterait en anglais.

Stéphane : Ils ne le supportent pas, en raison de l'accent. Ils parlent généralement bien mieux anglais que les wallons.

Catherine : De plus, de nombreux flamands sont amateurs de chanson française.

Stéphane : Par exemple, aux fêtes de Gand, qui sont des fêtes magnifiques, il y a un podium entièrement consacré à la chanson française. Sur ce podium, des artistes reprennent des chansons de tous les grands noms de la chanson française : Brel, Brassens, Gainsbourg... ils sont complètement fans. Ce qu'on entend dans les média à propos de la querelle entre les flamands et le wallon est une réalité, mais lorsqu'on regarde à côté, il y a des personnes deux communautés qui considèrent que c'est un débat qui montre l'immaturité de certains hommes politiques. Tous les belges se sentent forcément concernés, mais beaucoup se sentent dépassés, trouvent que ça va trop loin et n'y comprennent rien. D'ailleurs mon amie est flamande.

Catherine : La situation est telle qu'aujourd'hui les groupes wallons tournent très peu en Flandre, et les groupes flamands tournent très peu en Wallonie. Or la Belgique est un petit pays avec peu de salles, c'est une situation stupide.

Stéphane : Par contre, il est sûr que les deux communautés sont très différentes.

Votre disque vient de paraître en France et au Japon. Or il est paru depuis déjà quatre mois en Belgique. Pourquoi ce décalage, et pourquoi une sortie au pays du soleil levant ?

Catherine : Nous ne savons pas très bien. Ce n'est pas de notre ressort.

Stéphane : A propos du Japon, on espère avoir l'occasion d'aller y faire un petit voyage pour défendre notre disque. Il y a là-bas des passionnés des groupes de labels indépendants francophones, alors pourquoi pas ?

Et avez-vous des projets de concerts au sud de la Seine, car rien n'est indiqué sur votre site.

Catherine : Nous devrions jouer à Marseille en décembre, et faire une tournée en France. Auparavant, nous allons aussi jouer en Espagne en octobre. Et enfin, en Angleterre avant la fin de l'année.

Stéphane : Nous n'avons pas encore de tourneur pour la France. Pour le premier album, nous avions une date à Paris. Pour le second, nous en avons trois, la dernière sera le 27 octobre aux Trois Baudets en compagnie d'Atomique Deluxe.

Retrouvez Mièle
en Froggy's Session
pour 2 titres en cliquant ici !
  

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Mièle
La chronique de l'album Le jour et la nuit de Mièle
L'interview de Mièle (13 octobre 2006)

En savoir plus :
Le Myspace de Mièle

Crédits photos : Laurent Hini (Toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Mièle (22 septembre 2010)


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=